INTERVIEW – Aimée de Jongh: « J’avais vraiment envie de dessiner le Dust Bowl »

INTERVIEW Aimée Jongh: J’avais vraiment envie dessiner Dust Bowl

Révélée par le roman graphique « Le retour de la bondrée » en 2014, l’autrice néerlandaise Aimée de Jongh a percé auprès du grand public francophone en 2018 avec « L’obsolescence programmée de nos sentiments », sur un scénario de Zidrou. Aujourd’hui, Aimée de Jongh marque définitivement les esprits avec ce qui est d’ores et déjà l’une des BD les plus réussies de l’année 2021. « Jours de sable » se déroule aux Etats-Unis dans les années 1930 et raconte l’histoire de John Clark, un jeune photographe de 22 ans qui est envoyé en Oklahoma par la Farm Security Administration (FSA) afin de prendre des photos de la situation dramatique des agriculteurs de cette région ravagée par la sécheresse et la misère. Confronté aux terribles tempêtes de poussière, un phénomène climatique appelé « Dust Bowl », le jeune citadin prend peu à peu conscience de l’incroyable drame humain qui est en train de se jouer sous ses yeux. Il décide alors de remettre en question son rôle en tant que photographe…

D’où est venue cette idée de faire une bande dessinée sur le « Dust Bowl »?

A la base, je ne connaissais pas du tout ce phénomène. Cela faisait longtemps que je m’intéressais aux Etats-Unis et je m’y étais déjà rendue à plusieurs reprises, mais pour dire la vérité, je ne m’étais jamais dit que je ferais un jour un livre qui se passe là-bas. Je trouve, en effet, que c’est très difficile de parler d’un pays lorsqu’on n’y vit pas. Et puis un jour, il y a cinq ans, je suis tombée sur une photo du « Dust Bowl ». On y voyait des toutes petites maisons avec en arrière-plan un énorme nuage de poussière. C’était une photo en noir et blanc et ce nuage paraissait très sombre. Immédiatement, je me suis demandée qui pouvait bien habiter dans ces maisons. J’ai donc commencé à creuser pour comprendre l’histoire derrière cette photo.

Où avez-vous vu cette image pour la première fois? Dans une exposition?

Non, je crois que c’était simplement sur un site web. Je suis tombée dessus complètement par hasard. Après ça, j’ai commencé à chercher d’autres photos et j’ai trouvé uniquement des photos en noir et blanc. Comme j’avais lu par ailleurs que la couleur de ces tempêtes de poussière était très particulière, avec de l’orange, du brun, du rouge, du jaune, je me suis dit que ça allait être un régal de dessiner le « Dust Bowl », parce que personne ne l’avait encore jamais vu en couleurs. C’est comme ça que j’ai décidé de me lancer.

Ces photos d’époque existent donc uniquement en noir et blanc?

Oui, effectivement. Par contre, il existe énormément de documents écrits, notamment des journaux intimes, dans lesquels les habitants décrivent les tempêtes. Ils y expliquent qu’elles étaient parfois rouges, parfois oranges. Sur base de ces descriptions, on peut tout à fait imaginer à quoi ressemblaient ces tempêtes. C’est ce qui m’a inspirée. J’ai vraiment ressenti la volonté de dessiner ces paysages si particuliers et mettre en scène des doubles pages avec seulement du sable et de la poussière. Je crois que l’élément qui m’a le plus convaincue de me lancer dans ce projet un peu fou, c’est la partie graphique. J’avais vraiment envie de dessiner le « Dust Bowl ». 

Vous avez dû beaucoup chercher pour trouver les bonnes couleurs?

Je me suis inspirée en partie de ces journaux intimes que je viens d’évoquer, mais mon inspiration est surtout venue de mes voyages sur place. J’ai pu voir là-bas à quoi ressemblait la couleur du ciel, du sol, de l’herbe… J’ai même assisté à des petites tornades de sable, qui ont un côté très jaune, mais heureusement ça n’a plus rien à voir avec l’intensité des tempêtes de poussière des années 30.

INTERVIEW – Aimée de Jongh: « J’avais vraiment envie de dessiner le Dust Bowl »

Avez-vous également essayé de retrouver les auteurs de toutes ces photos d’époque?

Oui, en partie. Ça s’est notamment fait lorsque j’ai été visiter une exposition du photographe Walker Evans au Centre Pompidou en 2017. C’était une nouvelle fois un pur hasard, car j’étais venue à Paris pour voir une autre expo. Mais comme celle-ci m’avait beaucoup déçue, je me suis mise en quête d’autre chose à visiter. Ces photos de Walker Evans montraient des fermiers recouverts de poussière, avec énormément de rides sur leurs visages. J’ai été complètement fascinée par ces images. C’est à ce moment-là que je me suis dit que ce serait intéressant de raconter l’histoire du « Dust Bowl » du point de vue d’un photographe, non seulement parce qu’il voit la réalité à travers l’objectif de son appareil mais aussi parce qu’il est un observateur extérieur. 

Ça y est, vous teniez donc votre idée. Mais quelle a ensuite été votre approche pour transformer cette matière en un scénario de bande dessinée?

Ça m’a pris beaucoup de temps! L’écriture de « Jours de sable » a été un processus très long et très intense. J’ai écrit une première version, puis une deuxième, puis une troisième, en changeant à chaque fois certains éléments. J’ai complètement modifié mon histoire après avoir fait un voyage aux Etats-Unis, afin de m’imprégner des lieux. Je me suis rendue en Oklahoma et dans la région du « Panhandle », mais aussi en Californie, pour faire la même route que les migrants. Au total, il y a eu douze versions du scénario! Le dessin, par contre, est venu beaucoup plus naturellement. Cette partie-là du bouquin a été un véritable plaisir.

Est-ce qu’il y a encore beaucoup de choses à visiter qui sont liées au « Dust Bowl »?

Oui, il reste pas mal de choses à voir. Il y a des villes fantômes avec des vieilles maisons abandonnées et il y a plusieurs musées. C’est là que j’ai pu consulter des archives et discuter avec des historiens. C’était très intéressant. J’y ai appris tellement de choses que j’ai finalement tout repris à zéro pour l’écriture de mon récit.

Voyez-vous un lien entre les catastrophes climatiques vécues par ces fermiers américains dans les années 1930 et notre époque actuelle?

Bien sûr! Il existe d’ailleurs des experts qui affirment que ce phénomène des tempêtes de poussière pourrait revenir dans un futur proche, étant donné que le réchauffement climatique entraîne à nouveau des fréquentes périodes de sècheresse. Cela dit, la différence entre cette époque-là et aujourd’hui, c’est que dans les années 1930, on n’avait évidemment pas la même conscience des problèmes climatiques. A ce moment-là, les gens décidaient simplement de construire une ferme quelque part et ensuite, ils démarraient une activité agricole sans réfléchir du tout aux conséquences de leurs actions. Ce n’est que des années plus tard qu’ils se sont rendus compte que c’étaient eux qui étaient à la base de ces dérèglements climatiques. En réalité, ces fermiers se sont établis dans l’Oklahoma à une période où il y avait beaucoup de pluie. Ils ont donc pensé que ce serait l’endroit idéal pour faire de l’agriculture. Mais dans ces régions, il y a depuis toujours des cycles de précipitations et de sécheresse. Du coup, quand la pluie a cessé de tomber, toutes les conditions ont été réunies pour générer ce fameux « Dust Bowl ». Les Comanches, qui habitent cette région depuis beaucoup plus longtemps, connaissent bien ces cycles. C’est pour ça qu’ils n’ont jamais enlevé l’herbe du sol, parce qu’ils savent que c’est elle qui permet d’éviter ce genre de tempêtes. Pour moi, c’est là où on peut faire le parallèle avec notre époque actuelle, parce que ça démontre bien que lorsqu’on touche à un écosystème, cela finit toujours par entraîner des problèmes.

INTERVIEW – Aimée de Jongh: « J’avais vraiment envie de dessiner le Dust Bowl »

Cette période du « Dust Bowl » n’est pas tellement connue en Europe. Comment l’expliquez-vous?

Selon moi, c’est lié au fait qu’en Europe, les années 30 et 40 sont d’office associées à la Seconde guerre mondiale. En tant qu’Européens, nous avons nous-même été confrontés à la crise et la misère durant cette période, ce qui explique sans doute pourquoi nous ne nous sommes pas intéressés à ce qui se passait en Oklahoma. Aux Etats-Unis, par contre, le « Dust Bowl » est très connu, notamment grâce aux romans de Steinbeck, mais aussi grâce aux nombreux films, documentaires et livres historiques qui existent sur le sujet. Et bien sûr, c’est un épisode qu’on enseigne dans les écoles américaines.

Est-ce qu’il existe aussi des BD sur le « Dust Bowl » aux Etats-Unis?

Pour le moment, je n’en ai pas trouvé. Le seul livre illustré que j’ai déniche sur le phénomène est un ouvrage pédagogique à destination des écoles. Mais il n’est pas franchement passionnant…

Cela veut dire que vous êtes la première autrice à faire une bande dessinée sur le sujet, ce qui pourrait certainement intéresser les Américains. Votre livre va-t-il être traduit en anglais ? 

Je l’espère! Il y a des discussions en cours, mais rien n’est signé pour le moment. Cela dit, je suis plutôt confiante, car les premiers contacts sont très prometteurs. Je pense effectivement qu’il y a suffisamment d’intérêt aux Etats-Unis pour sortir une version en anglais, parce que j’ai déjà reçu beaucoup de messages de gens qui veulent lire le livre, ou qui veulent l’utiliser dans le cadre de leurs cours à l’école.

Dans votre BD, des gens meurent à cause de la poussière qu’ils respirent, notamment des enfants. Savez-vous combien de victimes il y a eu au total?

La quantité énorme de poussière inhalée chaque jour par les habitants de la région causait effectivement des maladies pulmonaires, aussi bien chez les adultes que chez les enfants. Au début, les gens pensaient que c’était juste de la fièvre et de la déshydratation, mais par après ils se sont rendus compte que c’était une véritable maladie, qu’ils ont baptisée la « pneumonie de la poussière ». Je ne sais pas exactement combien de personnes sont mortes à cause de ça et c’est sans doute difficile à établir avec certitude, parce que les décès étaient souvent liés à une combinaison de facteurs. La misère, la malnutrition et le manque d’eau aggravaient en effet la situation, d’autant plus que le bétail des agriculteurs mourait lui aussi à cause de la poussière.

L’album « Jours de sable » mélange dessins et photos réelles, ce qui est une très bonne trouvaille. Comment avez-vous choisi ces photos?

Là aussi, ça a été un long processus parce que j’ai dû faire mon choix parmi les milliers d’images qui sont disponibles gratuitement dans les archives en ligne. Dès le début, j’avais une sélection de photos que je trouvais belles. Ma première idée était de les regrouper dans un dossier à la fin du livre. Mais par après, je me suis dit que ce serait fantastique si on pouvait les faire intervenir plus tôt dans le récit. C’est comme ça qu’on a décidé d’utiliser une photo plutôt qu’un dessin pour démarrer chaque nouveau chapitre de la BD. Cela permet de renforcer mon histoire, parce que ça donne l’impression que c’est John, mon personnage, qui a réellement pris ces images. Cela renforce aussi la thématique de la manipulation de l’information, qui est très importante dans le livre.

INTERVIEW – Aimée de Jongh: « J’avais vraiment envie de dessiner le Dust Bowl »

Quand il est engagé par la FSA, votre personnage John Clark reçoit une liste de choses à photographier. Est-ce que ce genre de listes a vraiment existé?

Oui, absolument! La FSA employait 11 photographes et elle leur confiait effectivement des listes comme celles-là. Ces documents peuvent d’ailleurs être retrouvés dans les archives disponibles sur Internet, au même titre que les lettres envoyées par la FSA aux photographes. C’est très intéressant, parce qu’on peut y lire que certaines photos n’étaient pas jugées assez bonnes ou assez fortes, pour telle ou telle raison.

D’où votre idée de parler de la manipulation de l’information…

Bien sûr, parce que ce genre de listes renforce forcément les idées préconçues que l’on peut avoir par rapport à une région. C’est un peu comme si on vous envoyait en Inde pour photographier une liste de choses très précises, alors que vous n’y êtes encore jamais allé et que vous n’avez aucune idée de ce qu’on peut y voir.

En septembre, vous publiez un autre album, « Taxi! », qui paraît aux éditions La Boîte à Bulles. Comment se fait-il que vous sortiez deux nouvelles BD quasiment en même temps?

En réalité, il s’agit de la traduction en français d’un livre qui est paru pour la première fois en néerlandais il y a déjà deux ans. En ce qui me concerne, ça paraît donc déjà très lointain, mais comme « Taxi! » est un livre au format un peu inhabituel, qui plus est en noir et blanc, il m’a fallu du temps pour trouver un éditeur francophone. Je suis très heureuse que cette BD sorte enfin en français. Il s’agit d’une histoire autobiographique sur des trajets que j’ai fait en taxi au cours de mes différents voyages. Je note toujours tout dans des carnets de voyage et je me suis rendue compte que j’avais souvent eu des conversations très intéressantes avec des chauffeurs de taxi, que ce soit à Jakarta, à Paris, à Washington ou à Los Angeles. Ce sont ces quatre villes que l’on retrouve dans le livre.

Et votre projet suivant, ce sera quoi?

Pour le moment, je suis occupée à faire un livre pour la collection « Aire Libre » des éditions Dupuis. Je ne peux pas encore dire grand-chose sur ce projet, mais je pense que ce sera une très belle BD, sur un scénario d’Ingrid Chabbert. En parallèle, je vais me lancer également dans une BD sur une enfant syrienne dans un camp de réfugiés, pour les éditions Dargaud. Je me suis rendue dans un de ces camps et j’ai été très choquée de constater que la moitié des réfugiés y sont des enfants. C’est donc un sujet dont j’ai très envie de parler. Ce sera sans doute un livre muet, pour que tous les enfants puissent le lire, quelle que soit leur langue maternelle.


wallpaper-1019588
Ash Princess • Laura Sebastian
wallpaper-1019588
D'ici là, porte-toi bien de Carène Ponte
wallpaper-1019588
Six Belges et neuf Français et demi dans les 282 candidats au prix Astrid Lindgren 2022
wallpaper-1019588
Mortel Virus de Gérard Neyret