Les Disparus de la Purple Line – Deepa Anappara

Les Disparus de la Purple Line – Deepa Anappara

Les Disparus de la Purple Line - Deepa Anappara - Presses de La Cité, Avril 2021.

Interpellée par la couverture de ce roman, tant promesse d'émotion que de dépaysement, j'ai souhaité lire Les Disparus de la Purple Line, supposant découvrir dans ses pages bien plus qu'un thriller ou un simple roman policier puisqu'il est ainsi classé dans les catégories du catalogue Net Galley. Criant de vérité, ce livre est un témoignage romancé, magnifique et bouleversant des conditions de vie désastreuses réservées aux enfants des bidonvilles en Inde.

" En Inde, 180 enfants disparaissent tous les jours. J'ai écrit ce roman pour faire mentir l'idée selon laquelle ils sont réductibles à des statistiques. Je l'ai écrit pour nous rappeler que derrière les chiffres, il y a des visages. " Deepa Anappara. Une phrase qui en dit long sur l'ambition de ce roman.

Jai a neuf ans et vit avec sa famille dans un basti (bidonville) d'une mégalopole indienne, situé entre le marché du Bhoot Bazar et la Purple Line, ligne de métro locale, en permanence recouvert d'un smog noir qui s'invite jusque dans les salles de classe. Une décharge et un mur de brique surmonté de barbelés les séparent des quartiers riches où l'on entre que pour travailler, dans des conditions proches de l'esclavagisme. Quand un des camarades de classe de Jai disparait, le jeune garçon décide, face à l'inaction et au désintérêt des forces de l'ordre, de mener l'enquête, entrainant avec lui ses amis Pari et Faiz. Les disparitions s'enchaînent alors, jusqu'à toucher Jai de très près...

Dans ce roman policier d'un genre bien particulier, aucune enquête policière ne sera menée sur les disparitions d'enfants car la police dans ce pays n'est pas inexistante, loin de là, mais elle préfère se soucier de retrouver le chat du commandant plutôt que de rechercher les enfants disparus. La population des bidonvilles, considérée par les plus riches comme des parasites, n'a guère le droit à la justice puisque s'ils se font remarquer on les menace de raser leurs habitations au bulldozer... Purement révoltant: un peuple de miséreux, opprimé et victime d'injustices, dont les enfants disparaissent, sans raison. Le courage, la désinvolture et la candeur dont font preuve Jai et ses camarades sont bouleversants : utiliser la voix de Jai pour raconter cette histoire, cette enquête que nul autre n'a voulu mener, est habile , judicieux et efficace. Bien évidemment un enfant de neuf ans n'a pas une capacité d'analyse aussi pertinente dans la réalité, mais il suffit d'imaginer que Jai nous raconte à l'âge adulte l'histoire qu'il a vécu enfant... Quelle lecture! L'empathie a pour moi été totale avec ces enfants, j'ai été transportée au cœur de ces familles, dans ce dédale de ruelles sombres, dans la cacophonie de sons et de couleurs du marché de Bhoot Bazar, moi qui je l'avoue n'avais pas plus de connaissance que cela de ce pays. Une communauté où l'on ne se considère pas victime de ses conditions de vie, preuve en est de ces enfants qui manifestent une grande joie de vivre, beaucoup d'aplomb et de vivacité. Le récit au demeurant sombre et sordide de Jai n'est d'ailleurs pas dénué d'humour, c'est également ce qui rend ces personnages si attachants.

Le quotidien de ces familles est particulièrement bien décrit, on comprend rapidement que le système nuit à l'éducation des enfants: les mères " occupées à garder les gosses des riches ", les pères violents et alcooliques, la facilité avec laquelle les enfants font l'école buissonnière et le fait de devoir travailler très jeune pour compléter les revenus du foyer... L'auteur connait son sujet: journaliste à Bombay et Dehli, Deepa Anappara a consacré plusieurs reportages à l'impact de la pauvreté et des violences religieuses sur l'éducation des enfants. Les conflits hindous, pakistanais et musulmans gâtent les relations jusque dans les cours d'école, et pourtant ces familles aux religions si diverses vont être unies dans le malheur...

Une écriture très cinématographique : au cours de ma lecture, j'ai eu l'impression de voir défiler les images d'un film, et j'aimerais que ce livre soit un jour adapté au cinéma : il le mérite vraiment. Ces enfants le méritent. Ce livre est une réussite que je vous conseille vivement de découvrir. Un immense merci aux Editions Presses de La Cité et à Net Galley pour cette lecture !

Les Disparus de la Purple Line – Deepa AnapparaSlum dwellers, Dhaka, Bangladesh ©Kumar/Godong/Leemage

wallpaper-1019588
Ce que nous confions au vent - Laurent Imai Messina ♥♥♥♥♥
wallpaper-1019588
Télécharger Valhalla: Action RPG APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
LE VRAI LIEU – Annie Ernaux
wallpaper-1019588
Toucher le noir – Collectif