Gaston Leroux : La Machine à assassiner

gaston lerouxGaston Leroux (1868-1927) est un romancier français. Gaston-Alfred-Louis Leroux grandit en Normandie et après avoir obtenu le baccalauréat de lettres au lycée de Caen, il s'installe à Paris en octobre 1886 où il s'inscrit à la faculté de droit. Devenu avocat en 1890, il exerce cette profession jusqu'en 1893. Pour arrondir ses fins de mois, il écrit des comptes rendus de procès pour le journal L'Écho de Paris. A partir de 1901, devenu grand reporter, il effectue de nombreux voyages en France et à l'étranger, notamment en Espagne et au Maroc. Sa renommée s’appuie sur la série des romans avec Joseph Rouletabille ou ses chefs-d’œuvre comme Le Mystère de la chambre jaune (1907), Le Parfum de la dame en noir (1908) et Le Fantôme de l’Opéra (1910).

La Machine à assassiner est la suite de La Poupée sanglante, tous deux romans de 1923. Si les deux ne font qu’un, à mon grand étonnement ces deux ouvrages sont diamétralement opposés ou, si le terme est exagéré, complètement différents l’un de l’autre. Et ce billet ne pouvant traiter de manière isolée ce second volet sans le comparer au premier, je préviens ceux qui seraient tentés de lire ce diptyque que je risque de déflorer le mystère…

L’intrigue de La Poupée sanglante se résumait grosso modo à l’enchevêtrement de trois mystérieuses affaires : un personnage étrange nommé Gabriel, tenu au secret chez un horloger de l’île Saint-Louis à Paris et finalement assassiné ( ?) par l’orfèvre et son neveu Jacques Cotentin étudiant en anatomie, au grand désespoir de Christine, sa fille ; un relieur d’art, Bénédict Masson, voisin de ceux-ci, amoureux transi de Christine et guillotiné en fin d’ouvrage, reconnu coupable d’assassinat de jeunes femmes dans sa résidence secondaire en grande banlieue ; d’un comte qui semble immortel grâce à la vie qu’il suce en sa femme… Ce premier volet s’achevait en nous laissant en plan, rien de ces mystères n’était certifié avéré et peut-être n’était-ce que notre imagination qui courait à sa guise ? Tout était étrange, le fantastique rôdait dans toutes les pages, le suspense était haletant et l’épilogue incertain attisait une frustration qui faisait de cette Poupée sanglante (titre inapproprié alors) un excellent roman.

 Une suite s’imposait, La Machine à assassiner était là pour répondre à toutes nos interrogations. Et oui, nous avons une explication « logique » à ces trois affaires liées – de ce genre de logique qu’on accepte pour ce type de roman, bien entendu. Réponses qui auront leurs origines dans les progrès de la science et les fantasmes induits chers aux écrivains et, pour ajouter une touche d’extravagance exotique comme on l’appréciait à cette époque, l’entrée en scène, bien que modeste, des Thugs !

Alors en quoi cet ouvrage est-il si différent du premier ? Le premier, c’était comme assister à un merveilleux spectacle de prestidigitation qui vous laisse pantois et ravi, le second c’est d’apprendre comment l’artiste à procédé ! La Machine à assassiner est un vrai polar un peu désuet. Gabriel, « la chose », a enlevé Christine et perpétuerait de nouveaux crimes à l’identique de ceux de Bénédict Masson (déjà guillotiné), la police lui court après et de leur côté, Jacques et l’horloger, qui savent tout, tente de récupérer Gabriel les premiers… Le mystère n’est plus aussi prégnant, la tonalité générale est même à la rigolade ( ?) : des scènes burlesques, des dialogues avec un directeur de la police qui m’ont faire penser à De Funès dans Fantômas etc. Les portraits/croquis de personnages secondaires tous issus des classes populaires (retraités, petits commerçants…) sont très amusants et l’épilogue se clôt sur une note d’humour.

Aussi suis-je bien ennuyé pour conclure. Autant j’ai adoré le premier tome, autant je suis un peu/beaucoup désappointé avec celui-ci : La Machine à assassiner n’est pas un mauvais roman mais il est tellement différent de l’autre, plus vieilli aussi tout en étant plus amusant que je ne sais quoi penser de l’ensemble ? 

PS : j’ai parlé de diptyque – mot qui m’est venu tout seul sous la plume – pour évoquer ces ouvrages, or en recherchant la définition exacte de ce mot dans le Larousse, je lis : « Œuvre composée de deux parties qui s’opposent ou se mettent en valeur par contraste. » Tout est dit.   


wallpaper-1019588
Ce que nous confions au vent - Laurent Imai Messina ♥♥♥♥♥
wallpaper-1019588
Télécharger Valhalla: Action RPG APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
LE VRAI LIEU – Annie Ernaux
wallpaper-1019588
Toucher le noir – Collectif