Un crime sans importance d'Irène Frain

Un crime sans importance d'Irène Frain


Éditeur : Seuil
Parution : 20/08/2020
Nombre de pages : 250
Genre : littérature française

L'auteure : 
Un crime sans importance d'Irène Frain











Irène Frain née le 22 mai 1950 à Lorient est agrégée de lettres classiques. Cette romancière qui est également historienne est l'auteur de nombreux romans et biographies dont "Gandhi, la liberté en marche" (2007), "Les Naufragés de l'île Tromelin" (2009) un ouvrage couronné par le Grand Prix de l'Académie de Marine 2010 ainsi que le Grand Prix Palatine du Roman Historique 2009,"La Forêt des 29" (2011), "Beauvoir in love" (2012), "Sorti de rien" Prix Bretagne-Breizh 2014 et "Marie Curie prend un amant" (2015). "Un crime sans importance" vient d'obtenir le prix Interallié 2020.
Quatrième de couverture : 
" Les faits. Le peu qu'on en a su pendant des mois. Ce qu'on a cru savoir. Les rumeurs, les récits. Sur ce meurtre, longtemps, l'unique certitude fut la météo. Ce samedi-là, il a fait beau. Dans les commerces et sur les parkings des hypermarchés, on pointait le ciel, on parlait d'été indien. Certains avaient ressorti leur bermuda et leurs tongs. Ils projetaient d'organiser des barbecues dans leur jardin.L'agresseur, a-t-on assuré, s'est introduit dans la maison de l'impasse en plein jour. On ignore à quelle heure. Pour trancher, il faudrait disposer du rapport du policier qui a dirigé les investigations. Malheureusement, quatorze mois après les faits, il ne l'a toujours pas rendu. "Face à l'opacité de ce fait divers qui l'a touchée de près – peut-être l'œuvre d'un serial killer –, Irène Frain a reconstitué l'envers d'une ville de la banlieue ordinaire. Pour conjurer le silence de sa famille, mais aussi réparer ce que la justice a ignoré. Un crime sans importance est un récit taillé comme du cristal, qui mêle l'intime et le social dans des pages tour à tour éblouissantes, drôles ou poignantes.
Mon avis :
« Je vais écrire sur Denise. Ecrire pour que la justice se mette à son tour à écrire. Des mots comme "crime", par exemple, au lieu "d'agression" et "meurtre" au lieu de "décès". Même si elle ne met pas la main sur le coupable, elle est seule à pouvoir laver nos vies du sang versé. Si la police a échoué, c'est à elle, la justice, de reprendre le flambeau. A elle d'agir, maintenant, à elle de dire, à elle d'écrire, à elle de remettre de l'ordre dans ce chaos. Il est simple, cet ordre, les humains le connaissent depuis la nuit des temps. Les vivants chez les vivants, les morts chez les morts. »
Elle avait 79 ans et vivait une retraite paisible dans un modeste pavillon de banlieue. Anonyme parmi les anonymes, elle sortait peu et uniquement en journée, pour faire quelques courses ou se rendre à l'église évangélique le dimanche. Elle était méfiante et fermait toujours à double tour ses portes et ses volets le soir venu. L'horreur a pourtant frappé à sa porte, par une chaude après-midi de septembre 2018. Elle composait des sachets parfumés à la lavande de son jardin pour ses proches, et elle était à mille lieues d'imaginer qu'elle vivait son dernier été. Un monstre s'est introduit à son domicile pour la dépouiller de ses biens, la tabassant avec une rare violence et la laissant pour morte. Elle succombera d'ailleurs de ses blessures, après sept semaines d'hospitalisation.La victime de ce meurtre sauvage, l'auteure la connaissait bien. C'était sa sœur ainée. Elle s'appelait Denise.Pas de marche blanche pour elle, à peine un entrefilet dans le journal pour dénoncer ce crime abominable.Révoltée par ce silence et l'immobilisme de la justice, Irène Frain va remuer ciel et terre pour que justice soit rendue. En vain. A ce jour, ce meurtre reste toujours impuni et les nombreuses questions que se posent l'auteure sont sans réponses. Alors, elle a décidé de faire revivre sous sa plume cette sœur qui a illuminé son enfance… afin de la sortir de la horde des invisibles !
Avec beaucoup de pudeur, de juste colère mêlée d'effroi et d'impuissance, et d'une admirable obstination, Irène Frain dénonce  la barbarie, l'injustice et un odieux silence à travers ce récit intime et douloureux. Pour sortir Denise de l'anonymat, l'auteure a décidé de dégainer sa meilleure arme : l'écriture. Un tourmentant exercice de style qu'elle a réussi avec brio puisqu'elle vient d'obtenir le prix Interallié avec ce témoignage.  Son récit m'a émue aux larmes car j'ai senti qu'il était écrit avec le cœur. Et comme le disait si justement Alexandre Dumas fils :  "La sincérité trouve toujours de l'écho" !
 Un crime sans importance d'Irène Frain

wallpaper-1019588
Spider-island : un spider-man en chaque new-yorkais!
wallpaper-1019588
Délivrez-nous de la tentation - Jean-Pierre Levain
wallpaper-1019588
La famille Quichon, la preuve par onze
wallpaper-1019588
Code Triche Monster Castle APK MOD (Astuce)