Drosophilia – Mardi Noir et Quentin Zuttion

Drosophilia – Mardi Noir et Quentin Zuttion

Titre : Drosophilia

Auteurs : Mardi Noir et Quentin Zuttion

Date de parution : août 2020

Editions : Payot

Alex, la trentaine, est une femme en mal d’amour. Elle enchaine les histoires sans lendemain, ne s’épanouit pas dans ses relations amoureuses et les échecs s’accumulent. Mais, ses proches souhaitent qu’elle trouve enfin chaussure à son pied, d’autant plus que sa meilleure amie, heureuse dans sa vie de couple, a un projet bébé.

Au beau milieu de l’été, sur un coup de tête, elle prend un billet de train pour aller rejoindre l’un de ses clients à l’autre bout de la France. Mais la déconvenue sera au rendez-vous et notre héroïne va enchainer les rencontres plus ou moins bonnes telle une mouche qui gravite dans tous les sens sans jamais parvenir à trouver sa place.

Drosophilia – Mardi Noir et Quentin Zuttion

Cette lecture nous offre le portrait touchant d’une femme qui se cherche, qui se sent seule et erre au gré de ses rencontres amoureuses bancales.

Dans ce périple singulier à travers la France, j’ai retrouvé la patte graphique de Quentin Zuttion que j’apprécie tant. Mention spéciale à la dernière planche qui est sublime et qui clôt à merveille cette histoire.

Drosophilia – Mardi Noir et Quentin Zuttion

La métaphore avec la mouche est un peu déroutant au départ pour finalement faire sens au fil des pages. La mue s’opère dans ce roman graphique qui évoque avec justesse la quête de soi et du bonheur face au poids de la pression sociale.

Une belle découverte.

Drosophilia – Mardi Noir et Quentin Zuttion


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs
wallpaper-1019588
Malgré nos différences » Fanny André