Moon Brothers - Sarah Crossan

Moon Brothers - Sarah Crossan

 Rageot (2019) ◾ 373 pages  ◾ 15.90 €  (neuf) 

Après avoir lu et adoré Inséparables, j'avais plus qu'envie de lire d'autres romans de Sarah Crossan. J'ai donc jeté mon dévolu sur celui-ci après avoir vu les bons avis se multiplier. Autant le dire tout de suite, ce roman est un énorme coup de cœur. Je l'ai lu en 24h et il m'a juste bouleversée. Et j'ai bon espoir que ce soit aussi votre cas quand vous le lirez. 

Pourquoi Ed est parti, son frère Joe ne l'a jamais vraiment compris. A l'époque, il n'était qu'un petit garçon. Aujourd'hui, Joe a 17 ans et il doit accompagner son grand frère dans ses derniers moments. Ne plus penser au système qui l'a mis en prison. Mais que faire pour l'aider ?  Comment lui pardonner alors que leur famille a volé en éclats ? Et où trouver la force d'espérer ?

Comme vous pouvez le voir, ce roman n'est pas hyper joyeux. Après les enfants siamois, l'autrice s'attaque à un autre sujet peu traité en littérature YA : la peine de mort. Attention : pas la peine de mort au Moyen-Âge ou durant la Révolution française. On parle bien de la peine de mort, qui est encore autorisée dans certains pays de nos jours. Ici, les Etats-Unis. 
Ed, le frère de Joe, est en prison parce qu'il est accusé de meurtre et est condamné à mort à une date précise. De là, l'autrice va nous montrer le conséquence que ce drame va avoir sur une famille, sur une ville, sur une vie. 

Moon Brothers, c'est aussi une critique juste du système pénal américain. (texan plus particulièrement) Un système injuste et hypocrite, qui est prêt à reconnaître un jeune de 18 ans coupable lorsque rien ne l'innocente. C'est à travers les yeux de Joe qu'on découvre ce système abracadabrant, superficiel. Les difficultés rencontrées dans la recherche de l'avocat, l'impossibilité de ce dernier a faire quoi que ce soit, comment les médias s'emparent de l'affaire créant ainsi un climat hostile à la famille de l'inculpé et la brutalité des policiers. Puis, on voit cette famille déchirée se débattre de leur côté et vivre dans un climat de peur constante. 

Mais, en dépit de sa noirceur apparente, le récit contient quand-même une touche d'espoir. Garder espoir quand on pense qu'il y en a plu, continuer à aimer la vie aimer la vie quand la mort est si proche et la difficulté de faire le deuil et de dire "au revoir". J'ai adoré la relation entre les deux frères. Leurs hésitations, les doutes et le courage de Joe, les fous rires entre quatre murs de prison, leur enfance soudée. Ce sont des personnages attachants et réalistes, que Sarah Crossan a construit avec beaucoup de tendresse. 

Comme je l'ai dit dans l'intro, j'ai juste dévoré ce roman, même en tentant de faire durer ma lecture le plus possible. La forme n'y est pas pour rien. Sarah Crossan écrit en vers, ce qui apporte une certaine fluidité au roman. On tombe très vite dans le cercle vicieux du "un chapitre, puis un autre, ah et puis un petit dernier pour la route…".  Les chapitres sont aussi tout petits et se présentent comme des petits poèmes qui oscillent entre passé et présent. Les mots employés par Sarah Crossan m'ont frappées de plein fouet et nous mettent la boule au ventre, la larme à l'œil.  J'applaudis le magnifique travail de traduction de Clémentine Beauvais

Autant Inséparables m'a bouleversée, autant celui-ci m'a nouée les entrailles et pris aux tripes. Moon Brothers est un roman puissant qui même si il ne contient pas des rebondissements et des twists de fou, nous prend du début à la fin. Malgré le destin d'Ed qui semble scellé, on continue à avoir un espoir que la situation redevienne à la normale. C'est un roman puissant, bouleversant, intense, juste duquel on ne peut pas ressortir indemne. 

                                                        Ma note : ♥♥♥♥♥/5  

Moon Brothers - Sarah Crossan

"Donnez-moi quelques instants avec Ed/pour lui dire ces mots. Je les penserai vraiment/Je lui dirai/Je t'aime./"


wallpaper-1019588
#46 Sorties livresques de Février 2022
wallpaper-1019588
Cheffe ne met pas ce rouge à lèvre • Caffelatte et JINHA
wallpaper-1019588
Pete Fromm : Le Lac de nulle part
wallpaper-1019588
c’est lundi, que lisez-vous ?