Et puis un jour, on s’en fout et ça fait du bien…

C’est le troisième roman de Virginie Sarah-Lou, et le premier que je lis. Dire qu’on est loin de mon domaine de prédilection est un doux euphémisme, mais j’avais envie de découvrir cette auteure dont j’entends parler en bien depuis plusieurs mois. Je commencerai donc par la remercier pour sa confiance en me proposant de chroniquer son dernier bébé.

Et puis un jour, on s’en fout et ça fait du bien…

224 pages – Ramsay Éditions – Broché – Parution le 16/06/2020

Mon avis :
Mathlide rêvait de voyages, d’aventures, du grand amour. Mais à bientôt quarante ans, Mathilde est coincée dans sa routine d’employée de bureau – travail qu’elle exècre au plus haut point ! – avec des pauses à heures fixes et des collègues médisants, séparée du père de ses deux ados, et prise au piège dans une relation amoureuse qui ne lui convient plus. Sa seule échappatoire est le blog qu’elle tient depuis trois ans, sur lequel sa petite communauté partage ses photos de vacances. Cela lui permet de voyager par procuration… à défaut de mieux pour le moment.
Mathilde rêve sa vie au lieu de la vivre. Le jour où un mystérieux Antoine lui demande pourquoi elle ne poste jamais de photos, elle fait sans s’en rendre compte le premier pas vers sa nouvelle vie.
On se prend au jeu de son quotidien ; comme elle on attend impatiemment les messages d’Antoine avec qui elle correspond régulièrement, on guette avec méfiance l’attitude de sa collègue Chantal, on partage ses doutes, ses regrets, ses craintes, ses fous rires.
Ce récit pourrait être la tranche de vie de tellement de gens !
L’histoire, racontée avec humour et simplicité, fait de Mathilde un personnage presque réel.
Le livre se lit vite et donne le sourire, on ne s’ennuie pas une seconde. L’écriture fluide est agréable, et les questions plus profondes sont bien abordées malgré la légèreté apparente. Je craignais une histoire un peu à l’eau de rose et pleine de (trop) bons sentiments bien mielleux, mais je suis ravie d’être passée outre mes a priori car ce n’est franchement pas le cas.
Ce livre a été pour moi une bien jolie parenthèse dans mes lectures noires ; lu d’une traite, c’est un vrai feel good à n’en pas douter !
J’ai maintenant hâte de découvrir les autres ouvrages de Virginie Sarah-Lou.


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs
wallpaper-1019588
Malgré nos différences » Fanny André