BD : Zaï zaï zaï zaI - Fabcaro (entre *** et ****)

Deuxième rencontre avec Fabcaro et toujours le même sentiment : je suis contente d'avoir lu mais pas sûre qu'il m'en reste grand chose. Zaï zaï zaï zaï est dans la lignée de Le discours : un héros assez autocentré, un humour complètement décalé, un cumul d'événements tantôt rigolos, tantôt exubérants. Le propos est profondément juste sous fond hallucinant (celui de la cavale d'un homme poursuivi pour défaut de carte de magasin), le rythme est tenu et l'auteur en profite pour égratigner allégrement  notre société de consommation, le petit monde journalistique et éditorial, les penseurs, et n'hésite pas à partir en live avec un humour qui gratte, qui choque, qui fait le buzz et qui parfois manque de finesse. Parce que Fabcaro provoque souvent gentillement son lectorat et parfois dépasse les limites (son pitch le permet, il se le permet, rien à dire ou à signaler là-dessus).BD : Zaï zaï zaï zaI - Fabcaro (entre *** et ****)
J'ai lu ce "road-movie" (signalé en sous-titre) il y a dix jours et j'ai oublié la plupart des blagues et le cheminement global. J'ai souri, j'ai rarement ri.
C'est peut-être mon unique reproche : je n'arrive pas à imprimer (ni à adhérer complètement à) ce qu'écrit Fabcaro  pour l'instant, je passe un bon moment avec lui et son univers mais je n'en retiens rien, à part une ambiance (les seules scènes qui m'ont marquée sont celles qui ont provoqué une émotion, ce qui n'est guère surprenant tant la plupart de souvenirs marquants sont souvent liés à des instants forts).
L'avantage de Zaï zaï zaï zaï sur Le discours est la découverte du graphisme de Fabcaro, épuré et vivace.  Les visages sont esquissés (de face, le nez les yeux et la bouche sont apparents de peu de traits ; les visages en biais ou de profil sont plus travaillés) pour marquer l'anonymat de chacun. Le jaune est la marque couleur de fabrique de cette bande dessinée. À l'instar du titre emprunté au refrain de la chanson Siffler sur la colline de Joe Dassin, certaines anecdotes de Zaï zaï zaï zaï sont chronologiquement marquées (allusion régulière aux chansons et chanteurs altermondialistes des années 1980).

la meilleure scène pour moi  reprise en dernière de couverture à juste titre.

La meilleure scène pour moi, reprise en quatrième de couverture, à juste titre.


En gros  (mais vous l'aurez compris) :  Zaï zaï zaï zaï, un moment sympa à défaut d'être inoubliable (disons que chez moi, c'est très mal parti pour).
Éditions 6 pieds sous Terre   (vaste programme)
Autres avis : Geronimo, Sylire, Krol, La Chèvre grise, Alex, Luociné, Natiora,
Du même auteur : Le discours

wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
The Bone Season: Saison d’Os, Tome 1 de Samantha Shannon
wallpaper-1019588
News : Si ça saigne - Stephen King (Albin Michel)
wallpaper-1019588
Code Triche Cuisine Équipe - Jeux du Restaurant du Chef Roger APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Amour malade - de Catherine LABORDE et Thomas STERN