Petits mensonges 2.0, de Sarvenaz Tash

Petits mensonges 2.0, de Sarvenaz Tash

De Sarvenaz Tash

Paru le 2 juillet 2020

Chez Hugo New Way

294 pages

17€

Petits mensonges 2.0, de Sarvenaz Tash

Lorsque son petit copain Caleb déménage dans un lycée l’autre bout du pays, Mariam se retrouve célibataire pour la première fois. Elle tombe alors sur une nouvelle application de rencontres en ligne, qui fait la promesse de trouver votre âme-soeur grâce à un questionnaire très précis… L’app permet également de participer à des rendez-vous en ligne incognito à l’aide d’un avatar virtuel.

Mariam n’a pas grand chose à perdre… Et en quelques clics, elle découvre ses résultats. Manque de bol, ses deux matchs sont Caleb et Jérémy, son ex et son meilleur ami avec qui elle partage tout ! Elle va alors se lancer dans une série de rencards anonymes pour en savoir plus sur ses deux prétendus prétendants. Dans cet océan d’émotions virtuelles, saura-t-elle écouter les battements IRL de son cœur ?

Petits mensonges 2.0, de Sarvenaz Tash

J’ai commencé Petits mensonges 2.0 en étant très, très sceptique. Je sentais venir à dix mille kilomètres les clichés gros comme des maisons et surtout, une histoire un peu abracadabrante sans trop d’attachement aux personnages, et une intrigue mal ficelée. En gros, j’avais de sérieux doutes. Finalement, même si ce n’était pas la lecture de l’année, je dois avouer avoir été agréablement surprise.

Alors, oui, le point de départ de l’histoire repose sur une énorme coïncidence très peu crédible : Mariam s’inscrit à l’équivalent hyper moderne d’un site de rencontre et se voit proposer, sur l’immense base de données, deux matchs : Caleb, son ex-petit copain de trois ans dont elle vient juste de se séparer (qui vient juste de la larguer, plutôt), et Jérémy, son nouveau collègue et meilleur ami. Déjà un, c’était une sacrée coïncidence, mais les deux, c’était un peu de trop.

Oui, je sais, c’était dans le titre, mais j’ai eu beaucoup de mal avec le mensonge qui joue sur les sentiments des gens. Mariam laisse Caleb croire pendant très, très (trop) longtemps qu’il discute avec une autre qu’elle, sous couvert d’un anonymat possible sur l’application de rencontre, et Caleb pense avoir trouvé l’âme soeur (j’exagère un peu, mais c’est l’idée) . Du coup, même si j’ai beaucoup aimé Mariam, ce point précis et moralement très discutable m’a fait l’apprécier un petit peu moins. Cependant, j’ai compris ses motivations, même si j’ai trouvé ça très cruel pour Caleb, je comprends sa réflexion, que l’autrice explique très bien. Même s’il s’agit là quasiment du point le plus important du roman, il a été pour moi assez difficile à lire, ayant réellement du mal avec ce genre de mensonges.

L’autrice a abordé un sujet auquel je ne m’attendais absolument pas : le partage d’information sur internet, et plus particulièrement avec les intelligences artificielles. Je ne vous en dirai pas plus afin de ne pas vous gâcher le plaisir de découvrir l’application de rencontre inventée par l’autrice. L’autrice aborde ainsi des questions de morale et d’éthique, que j’ai trouvé extrêmement bien traitées, et qui ont été la très bonne surprise du roman ! Il y avait une vraie réflexion derrière, intéressante.

La partie qui m’a agréablement surprise, c’est l’évolution de l’histoire. Et aussi, l’évolution du personnage principal, qui est capable de se remettre en question comme je le vois rarement dans des romans. Même si ses choix étaient par moments discutables, elle grandit réellement et mûrit, et j’ai trouvé ça très agréable. Je ne vais pas mentir, l’histoire n’est pas exceptionnelle, l’intrigue est prévisible, mais c’est un joli roman, léger.

☆☆,5


wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
22/11/63 de Stephen King
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
La maîtresse de Trevelyan
wallpaper-1019588
J’avais 15 ans : vivre, survivre, revivre » Elie Buzyn
wallpaper-1019588
Les Furtifs
wallpaper-1019588
Malgré nos différences » Fanny André