Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Petit article complètement utilitaire, donc un peu décevant ne nous le cachons pas, je m'amuse plusse quand je te parle de livres, mais j'ai le sentiment profond, la viscérale sensation, qu'un petit mot est nécessaire sur...

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Plein de gens me disent encore " Boah... je vois pas l'intérêt " (d'y aller), à quoi je réponds, mais HOSANNA, cuisine donc ta tarte aux quetsches *sans* la prendre en photo pour tes réseaux, passant ainsi du temps de qualité loin des écrans.

MAIS.

Mais, parmi ces gens qui ne voient pas l'intérêt, des gens très bien, parfois même (sert son cœur entre ses griffes) des amis, il y a des passionnés de littérature, des amateurs de blogs littéraires - et LÀ, , il me semble impératif de mettre les points sur les zi.

INSTAGRAM EST FAIT POUR TOI !Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on litImpossible cornichon fermenté.

Laisse-moi t'éclairer.

Si tu es avide et gourmand·e de critique et échanges littéraires fréquents : en 2020, il n'est vraiment plus l'heure de tergiverser, faut t'y mettre. Même si tu n'as pas envie, toi-même, de publier des photos, ou de proposer du contenu. C'est comme Facebook, tu peux te contenter de scroller anonymement, tel un petit espion ricanant. Sauf que Facebook est moribond et déserté, qu'il n'y plus que des vidéos de BRUT et des publicités : narmol, tout le monde s'est déplacé.

Sur Instagram.

Spécifiquement, le milieu du livre, la blogosphère, les éditeurs, sont désormais, en grande majorité, bien plus actifs là-bas. D'autres domaines, comme la critique de cinéma et de jeux-vidéos, les enjeux de société, la vulgarisation culturelle, ont davantage fait leur nid sur Youtube... mais le Livre, lui, semble avoir trouvé sa place sur insta.

Note : je suis loin d'être une pro des réseaux, je suis même une nouille technologique patentée. Vous êtes comme toujours (dans la vie en général et sur ce blog en particulier) invités à vous forger votre propre opinion. Pour quelles raisons le livre s'est-il déplacé sur insta ?

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on litComme cet écureuil sur cette branche.
Regarde comme il a l'air bien aise.

1) LE FORMAT

(Plein, sans doute.) Quelques pistes :

2) LE TEMPS D'UTILISATION

C'est plutôt un bon format pour le livre : une photo (le livre) + un texte (court ou long) qui peut être critique ou promotionnel + une section commentaires qui permet l'échange dans une plus grande instantanéité que sur les blogs.

3) LE MILIEU DU LIVRE ASSEZ FÉMININ

Les posts instagram (taille + mise en page) prennent moins de temps à rédiger que les articles de blogs, et évidemment moins de temps à monter que les vidéos YouTube ; côté abonné, il est très agréable de scroller et se laisser " attraper " par une photo et les premiers mots d'un post, avant de choisir si oui ou non l'on va dérouler le texte et en lire l'intégralité.

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit 4) L'ÉCHANGE BIENVEILLANT

Autre raison qui a pu jouer dans le déplacement de la critique littéraire sur insta... Le livre est traditionnellement un domaine culturel assez féminin (plus de blogueuses que de blogueurs, et même plus de lectrices que de lecteurs, etc.), et Instagram était initialement surtout alimenté par des utilisatrices ; je te laisse additionner a+b et comprendre le glissement qui s'est opéré.

La recommandation de lecture est une démarche de partage positive, généreuse, bienveillante, or, s'il y a bien trois adjectifs qui qualifient Instagram, ce sont ceux-là. RESTE UN INSTANT.

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Je m'adresse à toi, petit gnome grinçant qui fuis les paillettes et les licornes et sens monter les miasmes de l'indigestion à une énième utilisation du mot " bienveillant ".

Je te comprends. Néanmoins, reste un instant.

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Les réseaux sont globalement assez toxiques pour la santé, par le temps ce cerveau qu'ils dévorent, l'étrange pouvoir hypnotique qu'ils ont sur nous (si toi aussi tu phases au bord de ton lit à 7h du matin en scrollant tes notifs, c'est donc que nous entrons chaque matin en fusion cosmique, ton corps et le mien), toutes choses auxquelles on ne peut pas faire grand-chose sinon apprendre soi-même à les gérer, en se limitant comme on limite sa consommation de sucre, etc., je m'arrête là. Non, ce que je voulais dire, c'est que si les réseaux sont certes toxiques par essence, ils le sont aussi par les rapports humains désincarnés et extrêmement agressifs qu'ils entraînent inexplicablement. Or,
OR,
OR,
Contrairement à Twitter qui est plein de haters,
Instagram est plein de love.

1) LE CONCEPT MÊME DU RÉSEAU-PHOTO

Pourquoi, comment, par quel miracle ? Quelques pistes, ici aussi :

Instagram est un réseau essentiellement visuel. Les post s'articulent autour d'une photo, ce qui, en toute logique, invite à poster de belles choses (beaux paysages, visages, plats, graffitis, décors, que sais-je), ce qui par suite, entraîne la réaction suivante :

2) L'UX DESIGN DE LA PLATEFORME

" Wahou ❤ "

La première façon d'interagir sur instagram est d'aimer un post. En mettant un cœur. C'est la seule réaction possible. Tu mets rien ou tu mets un cœur. Ce qui me rappelle cette citation de Panpan dans Bambi :

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit" Si tu n'es pas capable de dire un mot gentil, tu ne dis rien du tout. " (VF de ma VHS)

Une philosophie selon laquelle, putain de merde, davantage de personnes feraient bien de vivre. (Je suis un peu poète.) (Ici tu penses à ce quidam de ton entourage qui ne fait jamais jamais jamais que des remarques négatives et te donne envie de décoller pour Mars au bout de cinq minutes de conversation.)

Évidemment,
L'idée n'est pas de :
se dire uniquement des mots positifs. (= Finir par être complètement faux.)
L'idée est de : NE PAS se dire que des mots négatifs. (= Commencer par s'encourager.)

3) L'INCIDENCE DES RAPPORTS FÉMININS (?)

Je ne sais pas toi mais je trouve ça reposant ?

(La compétitivité toxique existe aussi au féminin, HEIN. C'est une autre question.)

C'est, nous le disions, un réseau qui est (encore, malgré ses évolutions) majoritairement féminin. (Clique pour les stats.) (Contrairement à Twitter qui est majoritairement masculin. (Idem)) Or, je voudrais pas dire des bêtises plus grosses que moi mais je vais quand même me permettre une énorme approximation : culturellement, en occident, les femmes ont plus facilement tendance à se complimenter mutuellement.

Ceci, allié à tout ce qui précède, a donné naissance à un réseau où l'on se dit :
" ❤ Wahou ! Tu assures grave, j'adore comment tu as (etc.). "
davantage que :
" Haha j'hallucine, la meuf elle c prise pour une (etc.) ".

Je t'invite donc, toi passionné de livres, à venir explorer Instagram, pour la triple raison que :

  1. C'est là que sévit le milieu du livre,
  2. C'est un réseau globalement incroyablement cool et amical,
  3. C'est là que je publie principalement désormais.

OUI, MOI, TON SOLEIL.

Tu l'auras remarqué, je publie moins régulièrement ici. Je ne compte pas arrêter, mais je vais réserver le blog aux articles longs (analytiques, transversaux... et Tops !! Nombreux tops à venir). Si tu veux suivre mes critiques de livres au fil de l'eau, plus brèves et tout aussi stupides... c'est là que ça se passe :

@juliathevenot
(Julia Thévenot)

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Vous pouvez même trouver, en story permanente, un Top 25 de mes romans jeunesse préférés de la décennie 2010-2019.

Par ailleurs, je dis ça pour les 3 déséquilibrés dans le fond de la salle que ça intéresserait, je tiens également un compte sur les prénoms issus de la littérature, (avec, en légende photo, des explications historico-étymologiques d'obsessionnelle sous ecsta) :

(Je t'en mets pas trop pour pas te noyer mais voilà de quoi démarrer du bon pied.)

Dans le même temps, parce qu'on est clairement là pour ça (démarche de partage positive, généreuse, bienveillante etc. - non, le gnome atrabilaire, ne repars pas !), je te recommande quelques blogs de lecteur·ices que j'apprécie tout plein :

Tu peux également suivre les comptes de tes auteurs, illustrateurs et éditeurs préférés. (Elle est pas belle, la vie ??) Ainsi que découvrir d'autres " pans " d'Instagram comme la tendance illustration, lifestyle, famille, déco, meme, humour, poésie, sport, mode, ETC., tout y est, il te suffit pour cela d'explorer des hashtags par mots-clés*, tu trouveras vite tes repères...

... et de nouvelles personnes formidables auxquelles t'abonner pour passer,
mais oui,
mais SI,
du temps culturel de qualité
.
(Je te laisse gérer tes cernes et ton équilibre social comme un·e grand·e.)

*

En somme, pour répondre de façon éloquente au " Boah... j'vois pas l'intérêt. " de mes amis... L'intérêt ?

DES PHOTOS DE LIVRES. DES CRITIQUES DES LIVRES.
DES IDÉES DE LIVRES. DES LIVRES DE LIVRES. DES LIVRES.

That's l'intérêt, darling.

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Et il me semblait nécessaire, pour toi qui aimes la critique littéraire et n'es pas encore sur Insta, de t'informer qu'il existe une société secrète, tel un Chemin de Traverse tout spécialement pour toi, où trouver ce qui concerne ta race attachante et singulière de petit sorcier littéraire.

Instagram, viens-y donc : c’est là qu’on lit

Cheers,
Julia

* Quelques hashtags qui reviennent fréquemment dans le milieu du livre qui nous intéresse particulièrement toizémoi : #instabook #instalivre #livrestagram #bookstagram #bookaddict #littératurejeunesse #litterature ...

PS : Je suis consciente que j'enfonce les portes ouvertes pour la majorité d'entre vous. Néanmoins, pour le bénéfice du retardataire distrait au fond de la classe... je propose ce petit topo de dernière minute avant le devoir surprise. Bisou le cancre.


wallpaper-1019588
Pomélo+Co, des soins naturels pour vos cheveux
wallpaper-1019588
Comics de la semaine : Nightwing #92, Power Rangers #19, et plus
wallpaper-1019588
La trilogie Angie s'achève de façon trépidante
wallpaper-1019588
Donald, le chevalier déjanté T1 (Ambrosio, Gatti, Pesce, L. et A. Pastrovicchio, Canglialosi) – Unique Heritage Editions – 9,95€