Un livre de martyrs américains · Joyce Carol Oates

Un livre de martyrs américains · Joyce Carol Oates
Quand je lis un roman de Joyce Carol Oates, j’ai toujours l’impression de prendre le pouls de l’Amérique, d’avoir une vue d’ensemble sur ses côtés les plus sombres. On dira ce qu’on voudra, qu’on aime ou non, Joyce Carol Oates est une figure incontournable dans le paysage des lettres américaines. À 81 ans, elle a publié près de 60 romans. Et pas que des petits. Les pavés de plus de 800 pages, il y en a plusieurs, dont ce Livre de martyrs américains, l’un de ses grands, très grands romans.Un livre de martyrs américains · Joyce Carol OatesDans une petite ville de l’Ohio,le matin du 2 novembre 1999, le «soldat de Dieu» et militant anti-avortement Luther Dunphy tire à bout portant sur le docteur Augustus Voorheeset sur son assistant, Timothy Barron, devant une clinique d’avortement. Luther Dunphy n’a pas agi impulsivement. C’est Dieu qui lui a demandé d’agir. Luther Dunphy a sauvé de la mort des milliers d’enfants à naître. Qu’est-ce que la mort de deux hommes, en comparaison? Luther Dunphy sait ce qui l’attend.Sa condamnation sera son prix à payer.

Ça, ce sont les grandes lignes du roman. Mais le plus intéressant reste à venir. À travers Un livre de martyrs américains, Oates s’intéresse plus particulièrement à la désintégration des deux familles touchées de près par ce meurtre – deux femmes ayant perdu leur mari, des enfants ayant perdu leur père. Elle se penche plus spécifiquement sur Dawn, la fille de Dunphy, devenue une boxeuse professionnelle, et sur Naomi, la fille du médecin, qui deviendra documentariste et se consacrera aux archives de son père. Même si tout oppose ces deux familles – l’une est démocrate, athée, cultivée et bien nantie, l’autre de milieu modeste, croyante et ultra-conservatrice –, elles partagent un même sort et subissent les mêmes déchirements Malgré les divisions causées par les idéologies et les convictions, elles ont plusieurs similitudes. Oates dissèque ses personnages et leurs états d’âme avec une précision qui force l’admiration. Elle se montre à la fois critique et empathique, rejette d’un revers de la main l’hypocrisie et les faux-semblants.Elle ne tombe pas dans le piège de lancer de simples arguments moraux. Aucun jugement, ici, aucune caricature. Jamais elle ne démonise Luther Dunphy, de la même façon qu’elle n’angélise aucunement Augustus Voorhees. Elle présente avec la même absence de parti pris ces deux hommes si opposés – dans leur vie, leurs principes et leur morale.Au cœur du roman, l’avortement aux États-Unis, les idéologiques qui s’opposent, la violence, l’intégrisme religieux, les droits des femmes, le port des armes à feu, la peine capitale. Le programme est vaste et chaque page vaut son pesant d’or.Un grand roman, à la portée large, dont la dernière scène vaut à elle seule tous les chapitres précédents. J’en suis sortie sonnée, pantoise, bouleversée.Un livre de martyrs américains, Joyce Carol Oates, trad. Claude Seban, Philippe Rey, 864 pages, 2019.

★★★★

wallpaper-1019588
Le pianiste – Wladyslaw Szpilman
wallpaper-1019588
Jeux à gogo - pour ne plus jamais t'ennuyer
wallpaper-1019588
Pablo : l’intégrale - Julie Birmant et Clément Oubrerie
wallpaper-1019588
Le village sauve-qui-peut - Y'a plus un chat ! - Chrysostome Gourio & Joëlle Dreidemy