Parlons Jeux vidéo #7

Hello tout le monde !

Me revoici pour vous parler des trois derniers jeux vidéo que j’ai fais et dont j’avais envie de vous parler ! Même si c’est la période de Noël, je suis encore en mode Halloween en ce qui concerne les jeux… Au programme des jeux qui ont été parfaits pour le mois d’octobre vu qu’il s’agit de jeux d’horreur à l’ambiance bien glauque ! C’est parti :

Blair Witch

Parlons Jeux vidéo #7

Dernier bébé des éditions Bloober Team, je me suis précipitée sur la précommande de ce jeu dès qu’elle a été disponible. Par les créateurs de la superbe série Layers of Fear et plus récemment du jeu Observer, j’avais méga hâte de jouer à Blair Witch, inspiré du film du même nom. Si j’ai globalement apprécié ma session de jeu, j’ai quand même été très déçue et suis ressortie blasée de ce jeu.

Parlons Jeux vidéo #7

Je m’attendais vraiment à une histoire autours de la sorcière de Blair Witch et de la maison emblématique mais non : le jeu nous fait jouer à un ancien militaire de guerre traumatisé et en proie à de violentes crises de panique et d’hallucinations qui décide de partir à la recherche d’un petit garçon disparu en forêt. Le jeu va surtout s’axer sur le côté hallucinatoire du personnage principal, nous faisant douter sur ce que l’on vit : est-ce le fruit d’un homme traumatisé par la guerre ou alors y a t-il réellement des créatures dans cette forêt?  Et c’est là que j’ai été déçue : je voulais une histoire sur la sorcière et pas sur l’éternel cliché du soldat américain traumatisé par la guerre. Cela m’a complètement déconnecté de l’ambiance du jeu. Je voulais quelque chose de profondément glauque et malsain et je me suis retrouvée face à une histoire très américaine et clichée. 

Parlons Jeux vidéo #7

Il y a bien quelques monstres dans ce jeu mais ils ne m’ont pratiquement jamais effrayé et m’ont rappelé un peu trop ceux de Alan Wake avec ce système d’éblouissement à la lampe torche. La célèbre maison du film n’apparait que dans le chapitre final qui m’a vite lassé à cause d’une séquence d’hallucination beaucoup trop longue (au moins 2h non stop). J’avais l’impression de jouer à un Layers of Fear du pauvre. Les développeurs ont réutilisé les mécaniques de Layers of Fear sauf que pour Blair Witch ça ne marche jamais vraiment et cela donne même la sensation d’une flemmardise de leur part. Il y a une brève histoire avec Bullet l’adorable chien qui nous accompagne tout du long, mais que l’on soit gentil ou non avec lui ça ne change pratiquement rien au final du jeu qui propose trois fins différentes durant la toute dernière minute du jeu. C’est très court et ça n’a pas un immense impact sur l’histoire. Tout ça pour ça ! En bref : grosse déception pour ce Blairwitch que je ne compte pas refaire. Je conseille plutôt Layers of Fear


A plague Tale : Innocence

Parlons Jeux vidéo #7

A Plague Tale Innocence est un jeu vidéo français qui a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie ! Et pour cause, les graphismes sont splendides et l’histoire se passe en France au Moyen-Age. J’ai beaucoup aimé ce jeu sans que ce soit un coup cœur. J’ai été charmée par les graphismes et le fait que le jeu se déroule pendant les 4 saisons. On commence en automne et les couleurs sont juste magnifiques. Les paysages, même s’ils sont très linéaires, donnent envie de s’y balader. Nous incarnons Amicia qui va assister au massacre de sa famille par l’Inquisition et qui va devoir protéger son jeune frère Hugo. Ce dernier semble particulièrement intéresser l’Inquisition qui va tout mettre en œuvre pour le retrouver. Dans un décor envahi par la peste et les rats, Amicia armée uniquement de sa fronde, va devoir redoubler d’effort afin de protéger son frère. 

Parlons Jeux vidéo #7

La première moitié du jeu est géniale ! J’ai été complètement happée par l’ambiance glauque et effrayante qui en ressort. Cette histoire de peste et de rat est malsaine au possible avec ces villages entiers mis en quarantaine et aux portes condamnées. La musique composée par Olivier Derivière aide à se projeter dans le jeu et les passages avec les rats sont excellents et très bien mis en scène ! Si le gameplay est assez rigides et peu sembler un peu vieillot, cela ne m’a pas empêcher de prendre beaucoup de plaisir à jouer Amicia. 

Parlons Jeux vidéo #7

Mais malheureusement, le souffle est retombé au bout de la deuxième moitié. J’ai commencé à me lasser du gameplay répétitif et les personnages secondaires rencontrés m’ont vite agacé. On va se retrouver avec de nombreux personnages qui nous accompagnent et nous aide et je ne les ai pas vraiment aimé. Hugo m’a lui aussi énervé à de nombreuses reprises et son comportement d’enfant pleurnicheur qui s’enfuit toutes les deux minutes m’a semblé être juste un prétexte pour ajouter de la difficulté à l’histoire. La fin m’a laissé de marbre. Je n’ai pas été autant émue que j’aurais du l’être. La relation entre Amicia et son frère ne m’a pas spécialement attendrie. Néanmoins A Plague Tale est un jeu sympathique et agréable à jouer avec un contexte original et peu vu. La durée de vie est très correct (une dizaine d’heures) et on se laisse vite prendre au jeu. Pas un coup de cœur, mais tout de même une très chouette expérience. 


Call of Chtulhu

Parlons Jeux vidéo #7

Voici surement ma plus grosse déception de ces derniers mois ! La bande-annonce de ce jeu m’avait tellement hypé que je pensais que j’allais vraiment adorer. Enfin un jeu Lovecraft avec une ambiance proche des romans ! J’ai été tellement déçue par des jeux Lovecraft (Conarium, Call of Cthulhu: Dark Corners of the Earth) que je pensais vraiment que celui-ci serait parfait. Si au final l’ambiance est là et les graphismes très corrects, je me suis ennuyée comme pas possible pendant les 10 heures de jeu proposées…

Parlons Jeux vidéo #7

Call of Cthulhu est avant tout un jeu d’enquête avant d’être un jeu d’action. C’est un jeu bavard, beaucoup trop bavard à mon goût où l’on passe plus de temps à écouter parler les personnages que véritablement enquêter. J’ai trouvé ça d’une longueur abominable et j’avais envie de passer tous les dialogues afin de pouvoir reprendre le jeu. L’histoire en soi est sympathique, on est vraiment sur du Lovecraft et les décors sont très jolis et reproduisent bien l’ambiance XIXe siècle. Le point positif : j’ai aimé découvrir chaque nouveau lieu. Que ce soit une librairie abandonnée, un manoir défraichi, un hôpital qui ressemble plus à un asile… Le jeu de lumière est très bien fait avec ces lampes qui projettent une lumière bleu/vert et cette brume omniprésente. 

Parlons Jeux vidéo #7

On retrouve tout un bestiaire bien connu des écrits de Lovecraft, là dessus c’est bien respecté. Mais voilà, l’histoire est ennuyeuse et les personnages manquent cruellement de charisme. On a juste envie de découvrir le prochain niveau sans se sentir vraiment concerné par l’enquête. C’est donc une déception, et ce n’est pas encore demain que l’on aura un bon jeu Lovecraft…


Voilà donc pour mes trois dernières découvertes ! Comme vous le voyez c’est un bilan assez mitigé. Pas de mauvais jeu mais rien d’excellent. Dernièrement j’ai aussi fini l’épisode 3 de The Long Dark qui est un jeu de survie incroyable même si cet épisode était en deçà des autres. Actuellement je suis sur Ghost of a tale et Luigi’s Mansion 3. Deux jeux que j’apprécie sans pour autant sentir venir le coup de cœur. Il y a des périodes comme ça ! Et vous, à quoi jouez-vous en ce moment?

Parlons Jeux vidéo #7 Parlons Jeux vidéo #7 Parlons Jeux vidéo #7 éèé

wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Le podcast "le bulleur" présente : les entrailles de new-york
wallpaper-1019588
Dossiers froids : une enquête d’Isidore Lune
wallpaper-1019588
C'est lundi ! J'ai lu, je lis et je pense lire #6 - 2020
wallpaper-1019588
Bakhita de Véronique Olmi
wallpaper-1019588
Paul Morand : Tais-toi