Vénéneuses

VénéneusesVénéneuses de Thomas Gilbert, Editions Sarbacane

Pour résumer:

Vénéneuses suit le fulgurant destin de Noor et Domitille, deux lycéennes sensuelles et sauvages. Nos héroïnes veulent vivre à 1 000 à l’heure, avec une force de vie et de mort époustouflante : soirées – trop – arrosées, amours interdites et dangeureuses, fascination pour l’auto-destruction, relations compliquées entre filles…

Ce que j’en pense:

C’est en cherchant Salem (du même auteur) que je suis tombée sur ce roman graphique. Ne trouvant pas le fruit tant attendu, je me suis donc laissée tenter par cette BD aux couleurs franches. Je l’avoue, je n’ai même pas lu la quatrième de couverture, j’ai juste pris le livre…Comme ça… Sans savoir…

J’ai donc découvert l’histoire de Domitille et Nour avec une certaine stupéfaction. Les deux jeunes adolescentes sont issues d’un milieu favorisé et « profite » de leur jeunesse. En fait, elles brûlent plutôt la chandelle par les deux bouts. Les jeunes filles enchaînent les soirées où drogue, alcool et sexe font bon ménage. Très vite, je me suis sentie dérangée par cet aspect de l’histoire. Voir ces deux jeunes agir de la sorte m’a profondément choquée. Et si il n’y avait que ça…

Très vite, on s’aperçoit que les réseaux sociaux et la connectivité abusive poussent les adolescentes à agir de façon inconsidérée. De plus, leur relation est nocive, les auto-détruisant à petit feu. Vivant à cent à l’heure, Domitille et Nour en viendront à faire l’inimaginable.

Le scénario de ce roman graphique est donc diabolique. On s’y retrouve complètement prisonnier. Tout au long de ma lecture, je me suis posée de multiples questions et je me suis de nombreuses fois retrouvée désarçonnée par les attitudes des jeunes filles. C’est violent, provocateur et j’en suis persuadée terriblement réaliste.

Les deux personnages principaux sont torturés. J’ai eu l’impression qu’elles n’étaient pas saines d’esprit tellement certaines actions m’ont paru aberrantes. Et pourtant…. Ce que je retiendrai de Nour et Domitille, c’est ce sentiment de souffrance, cette douleur permanente face à ce monde qui ne les écoute pas. Le mal être de ces filles transpire par toutes leurs pores. Les personnages vivent une véritable souffrance qu’elles alimentent elle même créant un espèce de cercle sadique.

Ce sentiment de perdition est accentué par l’esthétique que confère Thomas Gilbert à son oeuvre. Les personnages sont longilignes et maigres. Les traits sont accentués. Tout paraît presque irréel. L’ambiance générale est très colorée. C’est criard et violent. Le graphisme donne presque l’impression que l’ensemble est un simple cauchemar dont nos héroïnes vont se réveiller. Mais, il n’en est rien. Bien que de prime abord pas attirée par ce genre esthétique, Thomas Gilbert a su faire de moi la prisonnière de cette descente infernale que vivent ses héroïnes.

Bref:

Une lecture dérangeante mais qui fait son petit effet.

Si je devais le noter:

Vénéneuses

Un petit aperçu:

  • Vénéneuses
  • Vénéneuses

wallpaper-1019588
Il nous restera ça • Virginie Grimaldi
wallpaper-1019588
Swamp thing infinite tome 1 : l'éveil à la sève
wallpaper-1019588
Glen Baxter, une vie d'artiste
wallpaper-1019588
Ils ont rejoint mon Himalaya à lire