Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur

Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
Sommes-nous les jouets des astres ? Qu’est-ce que ces choses lointaines éveillent en nous, qui nous anime, et nous pousse à agir d’une façon qui nous étonne nous-mêmes ?
Au-dessus de la demeure de Vidal, l’éleveur d’ânes, une planète brille trop fort ; le comportement de cet homme paisible s’en ressent. Son amie Aube assiste, impuissante, à sa transformation. Parviendra-t-elle à l’arracher à cette influence néfaste, ou faudra-t-il attendre l’aide de Peyr Romo, le magicien des Monts de souffre ?
Dans la vallée de Pélagis, de vieux instincts s’éveillent, prêt à dévorer toute humanité dans le cœur des êtres…
Une plongée dans l’âme d’un monstre, dans l’univers des Sentiers des Astres.
Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
Pourquoi ce livre ? C'est en allant à une dédicace de l'auteur, organisé par Critic, que j'ai acheté, impulsive que je suis, Dévoreur. À l'époque je commençais seulement Manesh alors je peux dire que j'ai surtout craqué sur cette couverture magnifique. Bon, je tombais déjà amoureuse de la plume, et je sentais que les deux tomes alors parus en poche ne me suffiraient pas. Je me connais si bien…
Dévoreur est un conte, et aussi la preuve que Stefan Platteau sait écrire des romans courts (ahah) ! Tout est paisible dans une vallée. Peyr Romo peut partir le cœur léger remplir son devoir, laissant femme et enfants s'occuper de la demeure. Le voisin Vidal, veuf et père de deux enfants, part lui aussi vendre ses bêtes. Mais quand, a son retour, Aube, épouse de Peyr, ne voit pas son ami la saluer, elle s'inquiète et fait un pas en avant. Loin de se douter que les ténèbres l'attendent…
Stefan Platteau réussit le pari de mêler horreur et poésie. L'horreur, car ce monstre, cette divinité, a fait d'un simple berger un être odieux et obscur, un mangeur d'hommes allant jusqu'à commettre les pires atrocités. Je m'attendais à ce qu'il perde toute lucidité, pourtant il se souvient de tout, des noms, des liens. L'horreur est là, et Vidal le berger l'embrasse. J'ai frissonné à plusieurs reprises, emportée par le dégoût que m'inspirait cet être abjecte.
Et nous, pauvres lecteurs, lisons le conte avec une avidité quasi dérangeante. Parce que c'est magnifiquement bien écrit, avec un vocabulaire qui évolue selon le personnage narrateur. J'ai été subjuguée par cette écriture, à la fois en accord avec le récit et trop belle pour lui. Les mots sont rares, pesés, mais si beaux. Les sonorités sont toujours là, douces et poignantes. Les mots d'un barde d'antan qui raconte son histoire.
Les personnages sont forts et beaux dans la réaction. Leur simplicité, leur proximité avec leur environnement, tout a fait que je les ai aimés dès les premiers mots. Aube m'a plue pour son dévouement, sa gentillesse et son instinct maternel (alors qu'habituellement j'apprécie peu cela…). Peyr m'a envoûtée par ses mots, sa magie, sa détermination. Il a tout fait pour aider les autres. Vidal a été tout à la fois. J'ai ressenti de l'horreur mais aussi de la compassion envers cette âme sensible à présent damnée car ses explications ne manquent pas de souffrance.
Alors oui, la résolution est un peu simple, l'usage de la magie aussi. Cela reste un conte pour adulte, avec son merveilleux et ses facilités. De plus la lettre finale de Peyr a un religieux a de quoi être savoureuse puisqu'elle offre une explication sur l'origine du mal. Une explication qui m'a convenu.
Enfin quelques détails font çà et là référence à la saga Sentier des Astres, la complexifiant, ouvrant de nouvelles portes, toutefois rien n'empêche de le lire indépendamment des tomes car les détails sont légers, discrets.
Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
Troisième lecture et troisième coup de cœur. L'univers est peu exploité mais c'est tout là la magie du conte, d'aller au but. L'horreur est présent, poignant, tout comme la compassion. La magie résout sans peine le conflit, sans annihiler l'émotion. Et la beauté des mots, le mot juste, pour raconter les histoires. Je souriais encore une heure après ma lecture. C'est bien là la seule chose à retenir.
Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
20/20
Les Sentiers des Astres, tome 0 - Dévoreur
Les autres titres de la saga :
Hors série 1. Dévoreur
Hors série 2. Le Roi cornu
1. Manesh
2. Shakti
3. Meijo
- saga en cours -

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Films parfaits pour HALLOWEEN 🎃🔪
wallpaper-1019588
Amazone 1984 ou le combat contre l’omnipotence d’un distributeur.
wallpaper-1019588
Effroyable porcelaine – Vincent Tassy
wallpaper-1019588
In my mailbox (du 7 au 12 octobre 2019)