Premières lignes #26 - 2019

Premières lignes #26 - 2019

Rendez-vous pour vous donner envie de découvrir ma lecture du moment

Les premières phrases ... avant de lire ma chronique dans quelques temps.

Premières lignes #26 - 2019

Si l'on imaginait le paradis terrestre sous la forme d'un village, ce serait SAINT-SORLIN.

Le long des rues pavées qui dévalaient la pente douce jusqu'au fleuve, chaque façade constituait un jardin. Pendant que les glycines suspendaient leurs lampions mauves aux étages, les géraniums flambaient aux fenêtres, la vigne illuminait les rez-de-chaussée, les digitales fusaient derrière les bancs, tandis que des brins de muguet pointaient entre les pierres, compensant leur taille menue par un puissant parfum.

À qui le traversait, SAINT-SORLIN-EN-BUGEY donnait le souvenir de n'avoir qu'une saison : le mois de mai. La fleur y abondait, vive, drue, insolente, réduisant les maisons à des supports. Sous un ciel bleu et naïf, une conspiration de roses envahissait les murs, des roses roses, dodues, épanouies, plus mûres que des fruits mûrs, vibrantes, prospères, exhibant une chair de pétales qui appelait les caresses ou les baisers, des roses noires, pudiques et empourprées, des roses rouges, sèches et sveltes, des roses jaunes aux fragrances de poivre fin, des roses orange, muettes sans odeur, des roses blanches, effarouchées, éphémères, trop vite déçues, déjà oxydées. Ici ou là, tels des sauvages venus camper en ville, de minces églantiers au feuillage grenu présentaient des boutons rubescents dont les habitants tiraient de la confiture. Bordant la margelle du lavoir, d'épais hortensias parme gratifiaient les lieux d'une respectabilité bourgeoise. De l'église Sainte-Marie-Madeleine aux rives du Rhône, la végétation extravaguait à SAINT-SORLIN.

Place de la Halle, cheminait Lily BARBARIN, une dame âgée dont le charme s'accordait aux coquettes ruelles. Souriante, fluette, le teint délicat, le nez précis, les yeux clairs, elle offrait l'effigie de la bonté. Si SAINT-SORLIN figurait le paradis, à coup sûr Lily incarnait la grand-mère idéale ! Bienveillante, soucieuse d'aider ses concitoyens, elle paraissait faire de la vieillesse un effacement poli mêlé d'altruisme. Pourtant, la vie aurait dû la mener à la haine, la cantonner au ressentiment. N'avait-elle pas été harcelée durant des décennies ? N'avait-elle pas été dédaignée, malmenée, trahie, détestée ? Et surtout, n'allait-elle pas, le lendemain, comparaître en justice pour meurtre ?

→ Quatre nouvelles qui nous dévoilent quatre destins, quatre histoires.

Titre : La vengeance du pardon (1 septembre 2017)

Auteur : Éric-Emmanuel SCHMITT

Nombre de pages (papier) : 326

Il s'agit de présenter chaque semaine l'incipit (premières phrases) d'un roman. Il vous permet de découvrir en quelques lignes un style, un langage, un univers, une atmosphère.


wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Love crescendo.
wallpaper-1019588
IndéPanda 9
wallpaper-1019588
Helden T1 de Mélodie Smacs
wallpaper-1019588
Elsie Ciboulette, apprentie sorcière