Chroniques oubliées #4

Chroniques oubliées #4

Nouveau numéro du billet Chroniques oubliées qui me permet de faire un petit rattrapage sur toutes les lectures dont je n’ai pas encore eu l’occasion de vous parler.

Chroniques oubliées #4

À nous regarder, ils s’habitueront – Elsa Flageul

Résumé : « Ils sonnent à l’interphone, s’annoncent, entrent, ouvrent leur casier fermé à clef, y déposent leurs sacs, leurs manteaux, se lavent soigneusement les mains au savon, pendant plusieurs secondes, chacun leur tour, sans parler, sèchent leurs mains avec du papier puis les passent sous une pompe géante de solution hydro-alcoolique, se les frictionnent longtemps, sèchent leurs mains avec du papier, enfilent chacun une blouse jaune transparente, Vincent attache celle d’Alice dans le dos, Alice attache celle de Vincent.
Ils ouvrent la porte qui sépare César du reste du monde. Chaque matin, après avoir accompli tout cela, Alice met la main sur la poignée de la porte, chaque matin elle prend une grande inspiration, ferme les yeux et dit tout bas : j’espère que la nuit s’est bien passée. Chaque matin.
En réalité chaque matin elle se demande : mon bébé est-il mort ? »

Mon avis : Le parcours touchant d’un couple devant faire face à une naissance prématurée. Une plume sensible, délicate pour ce joli récit qui restitue avec justesse toutes les angoisses d’une jeune mère.  

note 3

********

Chroniques oubliées #4

Arcadie – Emmanuelle Bayamack-Tam

Résumé :  Farah et ses parents ont trouvé refuge en zone blanche, dans une communauté libertaire qui rassemble des gens fragiles, inadaptés au monde extérieur tel que le façonnent les nouvelles technologies, la mondialisation et les réseaux sociaux. Tendrement aimée mais livrée à elle-même, Farah grandit au milieu des arbres, des fleurs et des bêtes. Mais cet Eden est établi à la frontière franco-italienne, dans une zone sillonnée par les migrants : les portes du paradis vont-elles s’ouvrir pour les accueillir ?

Mon avis : Un roman surprenant avec une héroïne adolescente hors-norme, mature et attachante qui vit dans une communauté libertaire. Une histoire d’une grande richesse qui parle notamment d’amour, de tolérance, de migrations ou encore d’écologie. Des mots crus qui pourront peut-être en heurter certains. Une lecture forte, qui marque sans aucun doute. Et la version audio lue par Isabelle Carré est une belle réussite.        

note 4

********

Chroniques oubliées #4

Ça raconte Sarah – Pauline Delabroy-Allard

Résumé : Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre, ça raconte le moment précis où l’allumette craque, le moment précis où le bout de bois devient feu, où l’étincelle illumine la nuit, où du néant jaillit la brûlure. Ce moment précis et minuscule, un basculement d’une seconde à peine. Ça raconte Sarah, de symbole : S.

Mon avis : La passion qui anime la narratrice pour Sarah n’a pas eu l’effet escompté de mon côté. En dépit de la qualité indéniable de la plume, cette histoire d’amour n’a pas réussi à m’émouvoir. Au fil des pages, les répétitions notamment ont été un frein à ma lecture et je suis restée en marge de ce récit.

note 2

********

Chroniques oubliées #4

La mélancolie du kangourou – Laure Manel

Résumé : La naissance de Lou aurait pu être pour Antoine le plus beau moment de son existence. Mais la mort de Raphaëlle, son épouse qu’il aimait au-delà de tout, l’a brisé, et il a du mal à créer un lien avec son bébé. Jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?

Mon avis : J’ai passé un excellent moment avec ce roman chargé en émotion. Si la fin est prévisible, j’ai malgré tout été emportée par ce récit grâce à des personnages attachants. Une très belle histoire sur la résilience et sur la vie tout simplement. 

note 4

********

Chroniques oubliées #4

Indian Creek – Pete Fromm 

Résumé : Le garde commença à parler de bois à brûler. Je hochais la tête sans arrêt, comme si j’avais abattu des forêts entières avant de le rencontrer. — Il te faudra sans doute sept cordes de bois, m’expliqua-t-il. Fais attention à ça. Tu dois t’en constituer toute une réserve avant que la neige n’immobilise ton camion. Je ne voulais pas poser cette question, mais comme cela semblait important, je me lançai : — Heu… C’est quoi, une corde de bois ?  Ainsi débute le long hiver que Pete Fromm s’apprête à vivre seul au cœur des montagnes Rocheuses, et dont il nous livre ici un témoignage drôle et sincère, véritable hymne aux grands espaces sauvages.

Mon avis : Troisième rencontre avec Pete Fromm, troisième pépite. Quel plaisir de retrouver la si belle plume de cet auteur américain qui fait partie incontestablement de mes favoris. Une immersion en pleine nature dans les montagnes Rocheuses qui m’a conquise. Un récit initiatique fascinant.  

note 4

********

Chroniques oubliées #4

Le chant des plaines – Kent Haruf

Résumé : Kent Haruf nous entraîne au cœur de cette Amérique profonde que l’on ne connaît pas assez. Nous sommes dans un bled perdu du Colorado : dans le bruissement des éoliennes et le piétinement des troupeaux, des destins se croisent. Une lycéenne demi-indienne de dix-sept ans, enceinte d’un garçon parti sans laisser d’adresse, est jetée à la rue par sa mère. Un prof du lycée du coin tente de s’en sortir avec deux gamins sur les bras après la fuite de sa femme dépressive. Ce petit monde se retrouve bientôt dans la ferme des McPheron, deux vieux célibataires aux mains calleuses mais au cœur en or.

Mon avis : Je me suis laissée bercer par la magnifique prose de Kent Haruf qui va à l’essentiel et dépeint de façon saisissante le quotidien de plusieurs habitants d’une petite ville rurale du Colorado. Un roman choral plein d’espoir et d’humanité qu’il faut lire lentement pour en apprécier toutes les saveurs. 

note 4

********

Chroniques oubliées #4

Grossir le ciel – Franck Bouysse

Résumé : Les Doges, un lieu-dit au fin fond des Cévennes. C’est là qu’habite Gus, un paysan entre deux âges solitaire et taiseux. Ses journées  : les champs, les vaches, le bois, les réparations. Des travaux ardus, rythmés par les conditions météorologiques. La compagnie de son chien, Mars, comme seul réconfort. C’est aussi le quotidien d’Abel, voisin dont la ferme est éloignée de quelques mètres, devenu ami un peu par défaut, pour les bras et pour les verres. Un jour, l’abbé Pierre disparaît, et tout bascule  : Abel change, des événements inhabituels se produisent, des visites inopportunes se répètent.

Mon avis :  Après avoir été chamboulée par l’histoire de Rose, je suis allée à la rencontre de Gus et Abel. J’ai retrouvé cette atmosphère rurale et noire qui m’avait tant séduite dans Né d’aucune femme. Un récit d’une grande intensité au cœur de la campagne cévenole. Un superbe roman.         

note 4

********

71+Yjs+mwGL

Une femme en contre-jour – Gaëlle Josse

Résumé : « Raconter Vivian Maier, c’est raconter la vie d’une invisible, d’une effacée. Une nurse, une bonne d’enfants. Une photographe de génie qui n’a pas vu la plupart de ses propres photos. Une Américaine d’origine française, arpenteuse inlassable des rues de New York et de Chicago, nostalgique de ses années d’enfance heureuse dans la verte vallée des Hautes-Alpes où elle a rêvé de s’ancrer et de trouver une famille. Son œuvre, pleine d’humanité et d’attention envers les démunis, les perdants du rêve américain, a été retrouvée par hasard – une histoire digne des meilleurs romans – dans des cartons oubliés au fond d’un garde-meubles de la banlieue de Chicago. Vivian Maier venait alors de décéder, à quatre-vingt-trois ans, dans le plus grand anonymat. Elle n’aura pas connu la célébrité, ni l’engouement planétaire qui accompagne aujourd’hui son travail d’artiste. Une vie de solitude, de pauvreté, de lourds secrets familiaux et d’épreuves ; une personnalité complexe et parfois déroutante, un destin qui s’écrit entre la France et l’Amérique. L’histoire d’une femme libre, d’une perdante magnifique, qui a choisi de vivre les yeux grands ouverts. Je vais vous dire cette vie-là, et aussi tout ce qui me relie à elle, dans une troublante correspondance ressentie avec mon travail d’écrivain. » G.J.

Mon avis : De la photographe Vivian Maier, j’ignorais tout et j’ai été enchantée de découvrir la vie de cette artiste fascinante et mystérieuse dont le travail a été mis en lumière seulement après sa mort. Des clichés incroyablement saisissants que je suis allée découvrir sur internet une fois ma lecture achevée. Un bel hommage rendu grâce à la plume de Gaëlle Josse, que j’ai pris plaisir à retrouver une nouvelle fois. 

note 3


wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Les guerres intérieures
wallpaper-1019588
Les 7 vies de Léo Belami
wallpaper-1019588
#11 Conseils Lectures pour l’Automne 2019
wallpaper-1019588
Le livre du lundi : Le Diable emporte le fils rebelle