Fraternidad – Thibault Vermot

Fraternidad – Thibault Vermot

Pour fêter ma reconduction en tant que partenaire des éditions Sarbacane pour l'année 2019-2020 #Miminesesentpluspisser, j'ai choisi de lire la petite grosse nouveauté de la collection Exprim' :

Fraternidad

de

Thibault Vermot

( en librairie le 21 août, chuchote-t-elle).

Et attention, pavasse dans la margoulette oblige (un peu plus de 600 pages), l'article va être long, hein, je tiens à prévenir, parce qu'on va décortiquer tout ça comme des pinces de crabe royal.

IL LE FALLAIT.

Dans l'Angleterre contemporaine (2019 pour être précis), Edward Perry est un adolescent aux aspérités très éloignées des jeunes gens de sa génération. Il préfère s'acheter une épée de Tolède plutôt que le nouvel smartphone dernier cri, il aime faire de longues balades à cheval habillé en costume XVIIe siècle dans la campagne anglaise et il emploie un vocabulaire suranné qui, on le comprend vite, est le moyen d'échapper à son monde moche et vulgaire.

En gros, Ed est un tocard, incompris par sa mère et sa soeur et cible de moqueries et d'harcèlements par ses camarades (bas du front). Bref, ça va pas fort-fort.

Puis un jour, Ed décide d'agir dans ce monde qui va mal, faisant fi de toute prudence, et met ses exploits d'apprenti justicier en ligne avec langue châtiée et rimes en alexandrin. Et là, dans la nuit de solitude qu'est sa vie, Ed aperçoit une petite lumière d'espoir : quelqu'un lui a répondu. Quelqu'un qui le comprend enfin.

Ed n'est plus seul.

Thibault Vermot est une valeur sûre pour moi. Après son Colorado Train (édité dans la même collection) qui m'avait époustouflée par la qualité et l'exigence de l'écriture avec son petit côté Stand By Me, c'est le coeur gonflé d'enthousiasme que je suis partie bille en tête dans cette histoire folle.

Et j'ai pas été déçue car côté patoune, oh ma Simone, que c'était bon. J'ai adoré la façon dont l'écriture joue à merveille sur l'anachronisme et les différents niveaux de langue, l'urbain et le bel ancien, avec le parlé irrévérencieux et moderne d'adolescents et le vocabulaire daté du héros Edward. T'y ajoutes des passages épiques de cape et d'épée en hexasyllabe (ouais les cocos, EN HEXASYLLABE), et t'as un sacré mélange de styles et d'époques qui marche À MORT.

Et ça ma foi, ça me plaît.

Beaucoup beaucoup.

Surtout que Thibault Vermot touche là la corde sensible : me parler de mousquetaires nouvelle génération, à moi, la grande fan des héros d'Alexandre Dumas qui ont bercé mon enfance littéralement (c'était mes copains et j'étais leur reine-mousquetaire, cherchez pas), c'est dire comme j'ai été en phase avec les rêves d'évasion et d'héroïsme d'Ed Perry sur son cheval blanc, la plume du galurin au vent.

Le petit gars m'a bien bien plu d'ailleurs. Garçon complexe, parfois antipathique et misanthrope (j'ai juste envie de dire humain et profond) mais aussi sacrément débrouillard, Ed est un de ces " boys next door " atypique qui m'a fouetté le visage par sa persévérance à vivre selon ses principes et ses rêves. À mon sens, Edward Perry est une des grandes réussites du roman.

c'est là où je vais mettre la demi-molle sur mon enthousiasme général.

L'énorme travail sur la forme m'a semblé parfois prendre le pas sur le fond lui-même.

Que je vous explique.

C'est très (très) beau mais côté fond, la narration m'a semblé s'étaler et diluer finalement un peu trop les très belles idées qui entourent le quotidien d'Ed et sa quête à l'héroïsme. Parce que des idées il y en a et même que ça se bouscule au portillon, tellement que l'histoire devient un peu décousue, ne sachant plus quel chemin prendre. L'ensemble " fait " un peu longuet.

Le développement des personnages en pâtit aussi un peu et, mis à part Ed, les autres protagonistes restent un pooooil superficiels. Ainsi, lorsque le parcours d'un des personnages secondaires (pas mal stéréotypé) prend un tournant inattendu, j'ai eu un peu de mal à y croire. Dans le fond, l'intention était super chouette, mais dans l'exécution... meh. Ça faisait " pouf j'te pose ça là " plus pour faire avancer l'intrigue que pour l'évolution logique du personnage tel qu'on nous l'avait présenté.

Parce qu'on va pas chicaner mille ans non plus, hein, on a aut'chose à faire.

V'là qu'au moment où j'étais un peu aux fraises, les 100 dernières pages ont déboulé façon " Oh Eve lève-toi et danse avec la vie " et m'ont fait l'effet d'une petite secousse sismique.

Enfin, ces derniers passages permettent de resserrer le fil rouge avec une narration endiablée, rythmée et pleine de suspense (oh my God ! le placard... oh my L'ARMOIRE), et de mieux mettre en évidence ce qu'est vraiment le fond de cette histoire à mes yeux : des jeunes paumés, dans un monde malade au bord du gouffre, qui décident d'agir par leur propre moyen parce que merde ça va bien comme ça. Le symbole est fort et à l'image de Greta Thunberg, citée dans les remerciements de l'auteur, Ed et les autres intrépides compagnons incarnent l'espoir lumineux d'une génération qui veut prendre les choses en main, qui refuse le défaitisme et l'immobilisme de ses aînés.

Et ça c'est beau.

Fraternidad – Thibault Vermot

Alors par contre.

(mais que de rebondissements dans cet article les enfants !)

Il y a un point que je voulais partager avec vous, un petit bémol dans la béchamel : le parti pris de la narration qui, manquant parfois d'empathie, montre les femmes du roman comme des objets sexuels.

Et par dessus le marché, elles sont très souvent (pour ne pas dire à chaque fois) montrées en position de faiblesse, de vulnérabilité et/ou en incapacité de se mouvoir, dès qu'il s'agit de parler des émois sexuels d'un point de vue masculin.

Fraternidad – Thibault Vermot

C'est l'poil de cul dans la soupière, si vous me permettez l'expression. Car je sens bien qu'il y a de la maladresse quelque part, mais j'vais être honnête avec vous, y a des passages qui m'ont mise mal à l'aise (la petite culotte retirée par inadvertance ; une victime de viol dont on squeeze les sentiments pour focaliser sur ceux de son sauveur qui fantasme sur sa vulve... hum HUM #cultureduviolbonjour).

Là où est le paradoxe, c'est que le roman est parfaitement conscient des problématiques liées à la misogynie et au sexisme, y a vraiment un propos incisif et va-t-en-guerre sur les violences faites aux femmes, donc bon j'ai pas trop compris, je vous avoue.

Fraternidad est un roman ambitieux, à la plume de grande qualité, qui révèle de beaux moments de bravoure (parfois inconsidérés mais c'est ça qui est fun). Un roman qui t 'embarque par sa poésie dans un univers hybride et original et qui te donne envie de créer ton propre gang, rien que pour pouvoir te balader en poney dans les rues, fier comme Artabant.

C'est donc :

  • un Grand oui pour l'originalité de la forme (challenge réussi !) ; pour le héros Ed que j'ai appris à aimer et à admirer.
  • un Petit Mwé sur le développement des autres personnages et le récit un poil trop long.
  • un Grand non sur les maladresses autour des femmes au sein de la sexualité qui, à mon sens, auraient pu être évitées.

wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Marvel dans les annees 90 : l'x-plosion mutante
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Le Prieuré de l’Oranger
wallpaper-1019588
Télécharger Gratuit Soul Hero: Epic Fighting Action RPG APK MOD (Astuce)
wallpaper-1019588
Agents et associés T4 : Double objectif de Layla Reyne
wallpaper-1019588
Nul si découvert