Immersion dans les machines de Blake et Mortimer

Immersion dans les machines de Blake et Mortimer Dès que l’on pénètre dans l’exposition « Scientifiction, Blake et Mortimer au musée des Arts et Métiers », on est saisi par l’ambiance mystérieuse et fantomatique qui règne dans la salle. L’exposition est plongée dans une semi-obscurité uniquement éclairée par des lumières de couleur et une musique étrange, presque inquiétante achève de nous plonger dans l’atmosphère des aventures des deux héros de Edgar P. Jacobs. « Blake  et Mortimer, c’est du spectacle avec son et lumière s’il vous plaît, des acteurs grandioses, des costumes superbes, des décors majestueux des tirades mémorables, le tout au service de thèmes éternels », détaillent Thierry Bellefroid et Eric Dubois, les commissaires de l’exposition. Une rétrospective est en effet consacrée au chef d’oeuvre dessiné d’Edgar P. Jacobs depuis le 26 juin 2019 au musée des Arts et Métiers. Les bédéphiles peuvent y admirer 65 planches originales, préservées par la fondation du roi Baudoin. Et à partir du 3 octobre, 60 nouvelles œuvres du célèbre auteur belge viendront renouveler l’exposition qui durera jusqu’au 5 janvier 2020.

Tout au long de l’exposition, les quatre éléments (feu, terre, air et eau) servent de fil conducteur à l’exploration des sciences (physique, chimie, biologie, radioactivité…). L’originalité du parcours de visite repose également sur un dialogue entre les planches encrées, calques d’étude, crayonnés, photographies et repérages d’Edgar P Jacobs d’une part, et soixante-dix objets conservés dans les réserves du musée des Arts et Métiers d’autre part. On peut ainsi par exemple une véritable boîte de visualisation de radar qui rappelle le contexte de guerre froide dans lequel ont commencé les aventures du physicien et de l’agent secret. Le modèle de moteur d’avion Turbo générateur de bord qui porte le nom d’Espadon n’est pas sans rappeler l’arme révolutionnaire conçue par Mortimer dans « Le secret de l’Espadon ».

Immersion dans les machines de Blake et Mortimer
Un précurseur

Ce qui est véritablement impressionnant dans cette exposition, au delà de la ressemblance physique et graphique de certaines machines, c’est la façon dont Edgar P. Jacobs se documentait  pour que les éléments de la bande dessinée collent à la  réalité, voire même la devance. Ainsi, Edgar P. Jacobs fait plonger le sous-marin présent dans « Le secret de l’Espadon » à 400 mètres  de profondeur car à l’époque c’était la limite technologique connue… mais le célèbre auteur voulait le faire plonger plus profond ! Et l’histoire lui donna raison : quelques temps après la parution de l’album, la limite d’immersion d’un sous-marin était repoussée à 412  mètres ! Cette anecdote, parmi d’autres, ne fait que confirmer le rôle de précurseur de l’auteur belge et combien une exposition dédiée à son œuvre trouve sa place dans le musée des Arts et Métiers de Paris, un des plus anciens musées technique et industriel au monde et qui regroupe plus de 80 000 objets et 15000 dessins dans ses réserves et 2500 objets visibles au public.

Guillaume et Elodie Flaux

Immersion dans les machines de Blake et Mortimer Immersion dans les machines de Blake et Mortimer

Immersion dans les machines de Blake et Mortimer

Infos pratiques :

Musée des Arts et métiers. 60 rue Réaumur – Paris 3ème

www.arts-et-metiers.net

Horaires d’ouverture :

Du mardi au dimanche inclus de 10h à  18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h30.

Tarifs : Billet couplé 9€  (permanent et temporaire) tarif réduit 6,50 €, moins de 18 ans 4€.


wallpaper-1019588
Je t'aime - Barbara Abel *****
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tu avais l'odeur de l'herbe fraichement coupée
wallpaper-1019588
A la ligne : feuillets d’usine - Joseph Ponthus
wallpaper-1019588
Cogito de Victor Dixen
wallpaper-1019588
Le tournoi impossible
wallpaper-1019588
Le marchand de sable 1