Un souffle d’indépendance (Les Conquérantes, Tome 3) d’Alain Leblanc

Magistrale... Cette fin de saga est tout simplement géniale. J'attendais le troisième tome de cette série d'Alain Leblanc chez FrenchPulp Editions depuis longtemps et je ne suis vraiment pas déçue du voyage.

Alors que le premier tome nous présentait Clémence née en 1890, mariée à un homme qu'elle ne connaissait pas et destinée à rester au foyer, nous assistions à la passionnante prise de pouvoir de cette femme sur son mari, sur la société, sur son destin. Le second tome nous avait transportés dans la Seconde Guerre Mondiale aux côtés de Clémence et de ses filles, dont l'une revendiquait son indépendance et son engagement, Gilberte, et l'autre, Noémie, avait été mariée à un sympathisant de la politique d'Hitler. Le dernier opus nous invite à découvrir la génération suivante, celle de Marianne (l'une des filles de Noémie), de ses sœur et cousines, dans la seconde moitié de ce XXe siècle, qui fut celui du début de l'émancipation féminine.

Un souffle d’indépendance (Les Conquérantes, Tome 3) d’Alain LeblancJ'ai eu le plaisir de voir renouer l'auteur avec le type d'histoire que nous avions dans le premier tome, le deuxième tournant essentiellement autour des problèmes inhérents à la Seconde Guerre Mondiale en France (collaboration, résistance, protection ou délation des Juifs...). Ici, les conflits mondiaux, fort nombreux du reste, constituent une toile de fond sur laquelle les destins de Marianne, Lise, Carole, Anne et les autres s'écrivent peu à peu.

Et quel destin ! Cette période (des années 1960 aux années 2000) va être celle de la légalisation de l'IVG, de la multiplication des divorces, de l'entrée des premières femmes à l'Académie, au gouvernement, de la pénalisation du " viol " comme crime mais aussi celle de l'OAS, du SIDA, de l'immigration et de la découverte des traditions atroces comme l'excision, après les horreurs qui s'étaient multipliées avec les faiseuses d'anges. Carole, Marianne, Ninon ne sont pas que des témoins de tout cela, elles en sont des victimes, des actrices. Elles conquièrent difficilement un bonheur qu'elles ne trouvent toutes qu'après cinquante ans, forcées qu'elles sont, auparavant, de se battre pendant leurs études, contre leur(s) père(s), contre leurs maris qui deviennent souvent autoritaires et violents, contre la société qui peut leur retirer leurs enfants, contre la loi qui refuse de statuer sur tous ces trous béants dans la législation sur le statut des femmes. J'ai avec plaisir recroisé les personnages historiques centraux dans cette évolution.

Mais surtout, après l'ébranlement que furent les deux conflits mondiaux, ce ne sont pas seulement les femmes qui doivent se battre. Les combats de Marianne croisent ceux de Steve et des Américains contre la guerre du Viêtnam, des défenseurs des nationalistes pendant la guerre d'Algérie, des jeunes révoltés contre le système de 1968, mais aussi des homosexuels contre le Sida ou des pères qui, eux non plus, ne peuvent rien contre un divorce qui leur retire leurs enfants. Une vie et un bonheur qui s'arrachent dans le sang et dans les larmes.

Je pense sincèrement qu'il est nécessaire de rappeler à quel point nous, femmes d'aujourd'hui, sommes redevables à toutes celles qui se sont battue pour que l'on puisse épouser qui l'on veut, monter une société individuellement, avoir un compte en banque, mener ou non une grossesse à son terme, quitter un homme que l'on n'aime pas, porter plainte à la suite d'un viol et espérer que le coupable aille en prison pour longtemps.

Les héros de cette saga (parce que, oui, certains hommes aident les femmes dans leur lutte, ils sont même assez nombreux, le roman n'est absolument pas manichéen) sont à des postes stratégiques (cabinets d'avocat, gouvernement, hôpitaux, presse) et se dressent ainsi en témoins privilégiés des changements de la société.

Parallèlement à ce travail d'archive exceptionnel mené par l'auteur, Les Conquérantes se distinguent aussi comme une fiction aux qualités remarquables. Tous les personnages sont finement construits avec leurs histoires, leurs désirs, leurs traumatismes, leurs complexités. Leurs relations sont également d'une richesse rare : à l'amour familial s'ajoutent des antécédents générationnels, des intrigues qui ne les touchent même pas directement. Toutes ces données construisent une mosaïque de personnages hauts en couleurs et attachants.

La destinée de Marianne est vraiment palpitante. Privée très tôt de ses parents qui l'avaient éduquée dans l'idée que la révolte était nécessaire, elle va se construire comme l'opposé des autres femmes : elle ne veut pas se marier, elle ne veut pas forcément d'enfants... Pourtant la vie suit son cours : elle tombera amoureuse, elle fera des erreurs, elle sera heureuse... souvent, elle souffrira... beaucoup !

J'avais déjà été vraiment emballée par les deux premiers tomes mais celui-ci m'a définitivement conquise, je ne peux que chaleureusement vous le conseiller, vraiment !

Priscilla (@Priss0904, @litterapriscilla, Page Facebook)


wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Réceptions de la semaine (96)
wallpaper-1019588
{Découverte} Génération K : Tome 1, Marine Carteron – @Bookscritics
wallpaper-1019588
La Fourchette, la Sorcière et le Dragon de Christopher Paolini
wallpaper-1019588
Les gourmandises 2019 #9 – duo de cookies