Une lady en haillons

"Une femme aime se sentir séduisante (...). Mais en toute franchise, je ne sais absolument pas flirter."
Une lady en haillonsGarwood Julie
505 pages
Éditions J’ai lu (2019)
Collection aventures & passions
Sidéré, Harrison MacDonald contemple la jeune fille qui se tient devant lui. Seigneur, c'est le sosie parfait de Lady Agatha ! La même beauté ensorcelante : de hautes pommettes, des yeux d'un bleu tirant sur le violet, de souples cheveux blonds qui ruissellent sur ses épaules... Quoique la courbure des lèvres soit plus sensuelle encore... L'avocat jubile : il vient de retrouver la fille de Lord et Lady Elliott, dans ce village perdu du Montana ! Pour s'assurer de l'identité de cette ravissante personne, Harrison a recours à une ruse. Il feint d'être un " pied-tendre ", risque sa vie dans une bagarre de saloon et... ça marche ! Mary-Rose prend sous sa protection ce cow-boy maladroit mais au charme incontestable. Voici bientôt Harrison installé dans le ranch des Clayborne. Mais la belle a quatre frères, qui ne semblent guère disposés à laisser un intrus s'ingérer dans la famille. Manifestement, les Clayborne dissimulent un secret...
Extrait :
« - Vous êtes catholiques ?
- Tu as quelque chose contre les catholiques ?
- Euh ... non, rien, se hâta de répondre Harrison, qui avait du mal à se remettre de sa surprise. Simplement, j'imaginais que ...
Son esprit fonctionnait à toute allure. Une catholique ! Lord Elliott serait horrifié, lui dont la famille obéissait au rite anglican depuis des lustres ! Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il saurait convertir Mary Rose en douceur ...
- Nous ne sommes pas toujours catholiques, annonça alors la jeune fille.
- Comment ça ... pas toujours ?
- Non, seulement en avril, mai et juin, précisa-t-elle.
- En juillet, août et septembre, nous sommes luthériens, ajouta Travis.
- Et ... en octobre, novembre et décembre ? s'enquit Harrison d'une voix enrouée ?
- Baptistes.
Harrison ébaucha un geste irrité.
- Avez-vous fini de vous moquer de moi ? Je ...
- Je n'ai pas fini, coupa-t-elle. Voyons, où en étais-je ?
- Janvier, l'informa aimablement Travis.
- Ah oui, janvier. En janvier, nous sommes juifs.
- Juifs en janvier ! cria Harrison.
Cole le foudroya du regard.
- Qu'est-ce que tu as contre les juifs ? s'exclama-t-il. On dirait que tu as beaucoup de préjugés sur les religions !
Harrison ferma les yeux, et, lentement, compta jusqu'à dix. »

Mon avis :
Julie Garwood est une auteure que j’apprécie découvrir peu à peu. J’avais eu l’occasion de découvrir Un mari féroce qui m’avait surprise. C’est tout naturellement que je me suis tournée vers cet ouvrage lors de sa réédition, attirée par son résumé et l’idée que l’intrigue se déroule au cœur de contrées sauvages.
1860, au plein cœur de New-York, Adam, Douglas, Douglas, Travis vivent dans la rue où ils trouvent une fillette abandonnée dans une poubelle. Ils décident de veiller sur elle et de former ensemble une famille pour la protéger. En 1879, l'avocat britannique Harrison MacDonald est en mission pour retrouver la fille de son employeur, le richissime industriel Lord Elliott, enlevée alors qu’elle n’était encore qu’un bébé. La tâche se révèle difficile et vouée à l’échec. Mais Harrison garde espoir année après année. Suite à un témoignage intriguant, il se retrouve à quitter Londres pour les majestueuses montagnes du Montana, où il trouve Mary Rose Clayborne, une jeune femme d’une grande beauté ressemblant étrangement au portrait de feue Lady Elliott. Harrison décide d’infiltrer la famille en jouant sur la générosité de Mary Rose pour qu’elle s’intéresse à lui et ainsi en découvrir davantage sur cette jeune femme et ce qui la lit à ces hommes qui se disent ses frères. Il ne faudra pas longtemps pour que Harrison et Mary Rose commencent à tisser de profonds liens...
Harrison a l'habitude des femmes anglaises. Et Mary Rose est très différente de ce qu’il a toujours connu : c’est une bouffée d’air frais pour lui. Elle est honnête et n’a pas honte de montrer ce qu’elle ressent. Elle est capable de se débrouiller seule, même si ses frères sont toujours là pour veiller sur elle. Nous découvrons une famille particulière d’ailleurs, loin des codes que l’on peut rencontrer dans les romances historiques habituelles. Harrison découvre un univers qui chamboule ses croyances, mais lui ouvre aussi une nouvelle vision de l’existence. J’ai apprécié découvrir cette existence dans ces plaines sauvages à travers les yeux d’un protagoniste qui a mené une vie guindée et strict. Je n’ai pas ressenti d’attaches particulière pour notre héroïne, mais plutôt pour quelques protagonistes secondaires avec des personnalités marquantes. L’ensemble de l’histoire est un peu lent à se construire, l’auteure s’étant attardée sur les liens qui unissent les différents personnages. Pour ma part, cela m’a plu. C’est une belle histoire d'amour, de famille et des liens qui nous unissent.
Une lady en haillons est le premier tome d’une série tournant autour des différents membres de la famille Clayborne.
★★★☆☆
Stéphanie
Du même auteure :
Une lady en haillons
Une lady en haillonsAvec plus de 15 millions de livres vendus, elle est l’une des romancières les plus appréciées pour son humour et l’intensité des émotions. Ses romans ont pour cadre l’Écosse médiévale, l’Angleterre à l’époque Régence, le Montana ou l’Amérique contemporaine

wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Lost Rider de Gaëlle Sage
wallpaper-1019588
"J'adorais mon père quand j'étais encore un être humain. Puis il est mort, j'avais faim, puis ça a été le bateau. Puis rien. Puis l'Amérique. Puis John Cole. John Cole était mon amour, tout mon amour était pour lui".
wallpaper-1019588
{Double Chronique} Apprentie Sorcière & Royaume de Vent et de Colères
wallpaper-1019588
Agnès Price, Tome 2 : Sang pour sang – Sébastian Bernadotte