Les liens du sang T01 de Shuzo Oshimi

Les liens du sang T01 de Shuzo Oshimi

Une relation familiale toxique, scellée dans le sang !
Vue de l'extérieur, la famille du jeune Seiichi est des plus banales : un père salarié, une mère au foyer, une maison dans une ville de province... L'adolescent va à l'école, joue avec ses amis, est troublé quand il pose les yeux sur la jolie fille de la classe. Tout est normal... ou presque. Il ne s'en rend pas compte lui-même, mais sa mère le couve beaucoup trop.

Seiko traite encore son fils comme un bébé et, avec un mari toujours absent, son monde est d'autant plus centré autour de Seiichi. Ce dernier est incapable de résister : il se laisse lentement emprisonner dans le cocon. Trop jeune, il ne décèle pas la folie cachée derrière l'amour maternel. Jusqu'à ce qu'il soit trop tard...

paru aux éditions Ki-Oon est un manga anxiogène avec des protagonistes, Seiichi et sa mère, qui mettent mal à l'aise. Surtout sa mère, Seiko. Le lecteur sent tout de suite que quelque chose ne va pas avec elle. Elle a un regard étrange.

Alors que son fils est au collège, elle continue de le traiter comme un bébé et si Seiichi s'en agace, il ne sait pas dire non à sa mère. Seiko semble vivre dans son monde qui n'englobe que son enfant. Elle ne se rend pas compte qu'il grandit et qu'il a besoin de plus en plus d'espace. Même quand sa belle-sœur vient leur rendre visite avec son fils. Ce dernier embête gentiment son cousin à ce sujet, mais Seiichi ne semble pas savoir ou vouloir changer cette relation entre lui et sa mère aussi toxique que malsaine. L'absence répétée du père qui travaille beaucoup n'aide pas non plus.

Si Seiichi s'arrange de cette relation qu'il vit avec sa mère, tout sera remis en cause après un terrible drame qui montrera une facette de sa mère qu'il n'avait jamais vue... Mais n'en avait-il pas un peu conscience ?

Le graphisme, la manière dont Shuzo Oshimi pose les traits, et la mise en pages, nous fait ressentir comme une sorte de malaise qui colle à la peau. Le rendu est très bien fait et la mère est représentée avec ce regard doux, mais qui semble toujours ailleurs. Indéniablement, elle ne nous met pas en confiance. Sa manière d'être avec son fils, et ce dernier qui est totalement prisonnier de son emprise. La mère que je suis a eu beaucoup d'empathie pour le jeune garçon. Tout comme mon cœur s'est décroché à la fin de ce premier tome avec une scène que j'ai trouvé particulièrement insoutenable d'un point de vue émotionnel.

Si la narration de ce début de série commence de manière lente, presque apathique, la fin se termine en apothéose et on se demande comment la suite sera appréhendée.

J'avais repéré ce titre depuis un moment et je ne regrette pas de l'avoir lu. de Shuzo Ozhimi promet d'être un excellent thriller psychologique selon la façon dont l'auteur va dresser ses pions.

Un très beau premier tome, vivement la suite !

7.90€

Les liens du sang T01 de Shuzo Oshimi


wallpaper-1019588
La silencieuse qui nous murmure à l'oreille
wallpaper-1019588
Punisher la section (the platoon) : ennis et parlov rejouent le vietnam
wallpaper-1019588
La mélancolie du kangourou de Laure Manel
wallpaper-1019588
Les méchants de l'Histoire, tome 1 : Dracula - Bernard Swysen & Julien Solé
wallpaper-1019588
The war of the realms : giant-man #1
wallpaper-1019588
{Musique} Playlist #29 : Trois musiques à cette semaine (vol.19) – @Bookscritics
wallpaper-1019588
Fleurs ! de Hervé Tullet
wallpaper-1019588
Chronique : Un fiancé à durée limitée – Whitney G.