Joachim de Cetro

Depuis que j'ai découvert cet auteur, je lis et achète ses romans dès que possible. https://livresque78.wordpress.com/2019/01/03/apres-la-neige-de-cetro/ https://livresque78.wordpress.com/2018/06/11/recycles-de-cetro/ https://livresque78.wordpress.com/2018/06/11/recycles-de-cetro/ Une souffrance difficile à supporter, un côté sans pitié qui fait que cette fois j'ai eu du mal à trouver le côté humain du " méchant ", mais je pense que savait très bien que sur ce coup, il serait difficile au lecteur de comprendre et de pardonner. Un constat sur les actes et leurs conséquences, sur le mal que cela transmet de génération en génération comme une malédiction, un message à tous les idiots qui jugent encore, qui ne parviennent pas juste à voir l'amour dans son plus simple appareil, à accepter la différence... Une réflexion sur le monde actuel, tout cela transposé dans une fiction sans pitié, mais ce monde n'est-il pas sans pitié?

Difficile d'expliquer pourquoi j'aime autant son style, sa poésie parfois, car manie les mots avec beaucoup d'adresse. Il me surprend ici encore une fois, avec un roman plus fantastique, et surtout dur, très dur, bien que cette petite touche d'humanité qu'il instille à chaque fois dans ses histoires est toujours présente. Il parvient toujours à rendre son humanité à ses personnages, qui sont pourtant quelques fois de sacrés salopards. Il touche ici à un registre que je n'avais encre jamais lu chez lui, c'est donc avec étonnement tout d'abord, puis au fil des pages un engouement sauvage, que j'ai lu . Comme l'ont dit certains, un petit côté Stephen King, le patron du fantastique qui a influencé chaque auteur, chaque lecteur, mais avec le style, ces souvenirs racontés avec tant de cœur et de beauté dans le journal, cette gouaille hors du commun qu'il donne à l'univers gitan et qui m'a si souvent fait sourire. On reconnait donc la plume et en même temps elle nous surprend, comme à chaque fois et je pense que c'est ce qui est aussi incroyable et excitant à l'idée de débuter un livre de ou Cédric Veto, appelez-le comme bon vous semble, il reste le même.

Mag @maglivresque @livresque78

Joachim de Cetro

Bonne lecture.

Résumé:


wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Chronique : Vaste comme la nuit - Elena Piacentini (Fleuve)
wallpaper-1019588
La vie parfaite de Silvia Avallone
wallpaper-1019588
Lectures d’été partie 2
wallpaper-1019588
Quelle n'est pas joie