Corto Maltese, sous le drapeau des pirates (Hugo Pratt) – Editions Altaya – 12,50€

Corto Maltese, sous le drapeau des pirates (Hugo Pratt) – Editions Altaya – 12,50€Parution : 02/2019 

Résumé
L’île de Maracà, les bouches de l’Amazone, un navire fantôme allemand, ce sont là les ambiances préférées de Corto, mais voici ensuite Raspoutine, l’ami-ennemi qui, après « la ballade« , réapparait dans une aventure située à Saint Kitts et pour finir c’est une mouette l’actrice principale d’une folle histoire se déroulant sur une île du Honduras britannique. Peu d’éléments suffisent à décrire trois histoires caribéennes au parfum de rhum et d’aventure, où le bruissement des palmiers et le clapotis paisible du ressac sont souvent interrompus par des coups de feu ou par des coups de canons. Trois histoires pour rêver d’un monde saumâtre où le vrai trésor est celui de notre propre voyage dans l’imaginaire.

Notre avis
Le quatrième opus de la collection éponyme réunit dans un album trois histoires d’une vingtaine de pages chacune, format imposé à l’époque par Pif-Gadget, narrant les voyages de Corto Maltese à travers l’Amérique du Sud et les Caraïbes. Ce volume regroupe en effet trois épisodes se déroulant dans la mer des Caraïbes que réalise Hugo Pratt à partir de l’été 1970, trois histoires de pirates, d’aventures et de trésors. Le premier « L’Aigle du Brésil », publié dans le numéro du 31 juillet de Pif-Gadget, évoque le plan machiavélique de Bouche Dorée pour récupérer le trésor de trois galions chargés d’or que convoite Corto Maltese. Le second, « …Et nous reparlerons des gentilshommes de fortune », dans le numéro du 18 septembre 1970, décrit une course au trésor menant à l’or caché par un certain Santo. Enfin le dernier épisode,  initialement publié dans le numéro du 6 novembre 1970, mène Corto Maltese sur une île isolée vers la demeure étrange d’une bande qui ne l’est pas moins « à cause d’une mouette ». Corto Maltese y est égal à lui-même, figure à la fois iconique et anti-héros, se laissant porter par les événements, parfois aventurier malgré lui, au gré de ses rencontres. Hugo Pratt nous fait pénétrer un peu plus a chaque fois dans l’univers d’un héros instinctif qu’il réinvente au fil des pages, qu’il construit minutieusement. Il tisse lentement et avec labeur les fondements d’une légende dont il ne se doute probablement pas, à l’époque, qu’elle deviendra planétaire. Nous retrouvons avec plaisir des personnages des précédents episodes qui accompagnent notre marin mais aussi des « légendes réinventées » de trésors cachés avec une place particulière faites aux femmes dans un triptyque qui n’en est pas un. Rien n’est simple lorsque l’on recherche le profit dans ces mers et ces territoires hostiles en pleine genèse d’un premier conflit mondial. Ah les trésors de Pirates … Une légende, une carte avec une croix, des as en ivoire et notre imagination s’envole. Dans la majorité des cas, c’est un coffre caché dans une grotte, ou enfoui plus ou moins profondément sur une île déserte, mais parfois c’est une épave engloutie dont les cales regorgent d’or ou peut être un fortin espagnol, ouvrant sur le mythique El Dorado. Pratt, inventeur de génie, disait lui même « Mon père avait raison, j’ai trouvé mon île aux trésors. Je l’ai trouvée dans mon monde intérieur, dans mes rencontres, dans mon travail. Passer ma vie dans un monde imaginaire a été mon île au trésor. » Probablement bercé par les écrits de William Defoe et ceux de Robert Louis Stevenson, l’ombre du trésor de long John Silver plane sur ses récits alors qu’il est lui aussi en course, vers un succès dont il ne se doute pas. Le livret de Michel Pierre agrégé d’Histoire, licencié en histoire de l’art et en archéologie complète parfaitement cet album ; il est l’auteur de nombreux livres sur l’Histoire contemporaine, tout particulièrement sur celle des empires coloniaux, en complicité avec Hugo Pratt, dont il fut ami,il a d’ailleurs aussi publié « Corto Maltese, Mémoires » en 1988 et « Les femmes de Corto » en 1994, entre autres. Michel Pierre nous fait pénétrer via un cahier didactique claire et précis quoi que trop court, troppo corto aussi, enfin troppo breve, dans cet album. « Une histoire des pirates, des mers du sud à Hollywood« , de Jean-Pierre Moreau, rassasiera le lecteur en quête d’informations complémentaires sur une époque devenue riche de ses mystères. A suivre …

En deux mots
Des pirates, des trésors, de la magie, de l’aventure … Corto Construit la légende de Pratt, ou Hugo construit celle de Maltese, dans trois histoires courtes et splendides.

Jean-Claude Attali

Site officiel de Corto Maltese.

Lien vers la page des Éditions ALTAYA de « Tout Pratt, Édition Collector »

Retrouvez notre chronique de l’album précédent de la collection  ici

Corto Maltese, sous le drapeau des pirates (Hugo Pratt) – Editions Altaya – 12,50€  Corto Maltese, sous le drapeau des pirates (Hugo Pratt) – Editions Altaya – 12,50€

Info édition : ©Altaya 2018. © CONG SA, Suisse. Pour les histoire de la série Corto Maltese : Corto Maltese ® et Hugo Pratt ™ © CONG SA-Tous les droits réservés. © CASTERMAN Postfaces : Michel Pierre © 2018 EDITORIAL PLANETA DEAGOSTINI POUR LA PRÉSENTE ÉDITION ISBN : 978-84-684-5720-8 (œuvre complète) ISBN : 978-84-684-5724-6. DÉPÔT LEGAL EN ESPAGNE : B 11636-2018 DÉPÔT LEGAL EN FRANCE : A PARUTION Dos toilé bleu. En fin d’album, un cahier inédit de 6 pages sur l’univers de l’auteur.


wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Entre les lignes de Michelle Adams
wallpaper-1019588
Challenge 1% de la rentrée littéraire 2019
wallpaper-1019588
Boy Diola - Yancoubé Diémé
wallpaper-1019588
"Juliette à New York" (la bd) de Rose-Line Brasset, Emilie Decrock et adapté par Lisette Morival