Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

Résumé :

Ils sont cinq … mais ils sont seuls.

Il y a d’abord Yvan, 9 ans, l’artiste rigolo et carrément lâche. Il y a ensuite Leïla, 12 ans, la garçonne énergique et optimiste. Viennent ensuite Camille, 8 ans, la naïve généreuse et moralisatrice et Terry, 5 ans et demi, le gamin turbulent et attachant. Et puis, il y a aussi Dodji, 10 ans, l’ours au grand cœur.

Ces cinq enfants se réveillent un matin et constatent que tous les habitants de la ville ont mystérieusement disparu. Que s’est-il passé ? Où sont leurs parents et amis ? Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans une grande ville vide et vont devoir apprendre à se débrouiller… SEULS !

Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

Découverte :

Cette BD fait parler d’elle depuis un moment mais je n’avais jamais eu l’occasion de la lire. Il y a quelque temps, je l’ai repéré sur Vente Privée (ICI article bon plan – vente privée) et hop j’ai sauté sur l’occasion ! D’une certaine manière je ne regrette pas mais je suis un peu mitigé… Je vous laisse avec la suite 😉

Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

Seuls : du dessin à l’histoire :

Dès les premières pages, le ton est donné. Les planches sont simples et très colorées, on a l’impression d’être dans une bande-dessiné « ancienne ». En effet, le décor, le trait et les colories peuvent très bien rappeler ceux des anciens comics, c’est très nostalgique !

Avec ce style, j’ai eu l’impression de lire un mélange des traits de Superman X Foot de rue X The Wlaking Dead !

Après quelques bulles, on découvre tour à tour les jeunes personnages de cette histoire et leur petite vie « avant tout ça ». Mais qu’est-ce que tout ça ? C’est le moment où ils s’aperçoivent que presque tout le monde a disparu et qu’ils sont seuls livrés à eux-mêmes dans un monde en plein changement. Ce qui est intéressant c’est de voir que chacun à un mode de vie totalement différent, chacun vient d’un milieu différent, « privilégié » (j’aime pas ce mot) ou non. Ils se retrouvent tous dans le même pétrin et vont devoir cohabiter les uns avec les autres. Pourquoi ?

Seuls, la Disparition de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann

L’histoire et les similitudes :

·   The Walking Dead. Étant une grande fane de la série The Walking Dead, mais soyons clair : les saisons sans Neghan seulement, il y nombreuses similitudes entre les deux histoires. Sans prendre en compte le fait qu’ici les héros sont des enfants face à des adultes (majoritairement) dans TWD, et en oubliant les morts-vivants, le cadre principal est le même. Un grand changement vient d’avoir lieu, personne ne comprend vraiment la situation, les personnages décampent de leurs maisons pour rejoindre la ville quand tout à coup…

·   Seuls au monde. Je n’ai pas réussi à lire cette saga jusqu’au bout, bien trop de mal avec le style d’écriture, mais la trame est semblable. Elle est aussi semblable à de nombreuses dystopies actuelles : des jeunes se retrouvent sans défense face à un danger, une menace détruisant tout sur son passage et se réunissent entre survivants. Dès-lors, ils vont devoir trouver d’où vient le problème et comment survivre dans une telle situation…

Cliquer pour visualiser le diaporama.

Mon avis :

Dire que je n’ai pas apprécié cette BD ne serait pas totalement honnête.

Je suis vraiment mitigée.

Par rapport à mes attentes, liées à de nombreuses recommandations, je m’attendais clairement à mieux. L’histoire n’est pas si originale que ça AUJOURD’HUI (la BD date de 2006).

Pour le moment je trouve que ce sont des adolescents pas très « matures », beaucoup trop stéréotypés et ayant peu de dialogues les uns envers les autres. J’ai bien aimé le côté aventureux et courageux (mais qui jouent les gros durs…) de Dodji et Leïla mais Camille et Yvan sont pour moi le gros cliché des « intellos à lunettes » qui ne savent rien faire de leurs dix doigts… J’aimerais beaucoup voir leur évolution et espère que ces deux types de tempéraments vont s’équilibrer.

Ce tome se lit très/trop vite, on n’a pas vraiment le temps de s’arrêter sur les images. Plus jeune (au collège peut-être) cette histoire aurait été un véritable coup de cœur ! C’est tout à fait un genre vers lequel j’aime me tourner, mais ici il y a trop de « déjà vu » et pas assez de développement. Et puis je me rends compte d’une chose, je trouve les dystopies de plus en plus lassantes. C’était à la base mon genre préféré mais à force d’en lire de partout (même si j’ai adoré Hunger Games, Le Labyrinthe, Divergente, La 5^ème vague…) c’est souvent la même chose et il n’y a plus trop de suspense…

Maintenant, deux questions se posent : peut-être qu’avoir lu un livre aussi vite n’est pas que négatif : avec une telle action, difficile d’approfondir pleinement puis de dire qu’on n’aime pas… Ensuite, c’est un premier tome. Il n’y a que très peu de pages et c’est un livre plus axé jeunesse : la suite vaut peut-être le coup d’œil ? Que me conseillez-vous ?

En bref :

En soi l’histoire n’est pas totalement déplaisante, le dessin m’a bien plu, mais j’aimerai bien savoir si la suite de l’histoire va « s’améliorer ». Ce que je retiens c’est un assez bon moment de lecture et que je suis bien contente de l’avoir acheté 2€ et non plus !

L’interview de Fabien Vehlmann pour les éditions Dupuis :

Saga : Seuls

Titre : La Disparition, tome 1

Dessinateur : Bruno Gazzotti

Scénariste : Fabien Vehlmann

Éditions : Depuis

Année de parution : 2006

Nombre de pages : 56

ISBN : 9782800136929


wallpaper-1019588
Le début de la faim
wallpaper-1019588
La mélancolie du kangourou de Laure Manel
wallpaper-1019588
Des livres à mettre dans votre valise 2ème partie
wallpaper-1019588
Se souvenir de l'écrivain Alain Nadaud et le découvrir encore et encore
wallpaper-1019588
Whispered Reviews #1 – Haper & Knox – Amheliie & Maryrhage
wallpaper-1019588
Samedi Ciné #15
wallpaper-1019588
Killing Eve #1 – Codename Villanelle (Épisodes 1 & 2) » Luke Jennings
wallpaper-1019588
Les livres de… Antony Altman