Le tiers sauvage - Aliénor Debrocq

Le tiers sauvage  -    Aliénor Debrocq

Résultat de recherche d'images pour
Editions Luce Wilquin
Sméraldine
Parution : 13 septembre 2018
Pages : 320
Isbn : 9782882535528
Prix : 21 €
Présentation de l'éditeur
Pour Clara Clossant, trente ans, née le jour de la catastrophe de Tchernobyl, la vie est trouée de toutes parts. Croyant fermement au pouvoir des histoires, elle est persuadée que si l’on tombe dans le bon trou, celui de la fiction, il se peut qu’on ait une seconde chance, qu’on puisse battre les cartes une nouvelle fois. C’est ce qui lui arrive lorsqu’elle croise la route de Marcus Klein, auteur à succès récemment débarqué de Paris à Bruxelles. Agacée par sa popularité, elle décide de mener son enquête pour en faire un roman. Mais les livres qu’on imagine sont rarement ceux que l’on écrit et, bientôt, l’intrigue se déforme sous ses yeux sans qu’elle puisse contrôler ce qui se glisse dans les inter­stices entre le réel et la fiction.
Née à Mons (Belgique) en 1983, docteure en Art et Histoire, Aliénor Debrocq vit à Bruxelles où elle est journaliste, professeure de littérature et maman de deux petites filles. L’écriture de fiction donne sens à sa vie dès l’adolescence. Depuis 2013, elle a bénéficié de plusieurs bourses et résidences, publié deux recueils de nouvelles aux Éditions Quadrature et reçu le Prix Franz De Wever 2017 de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique.
Mon avis
Clara Clossant a 30 ans, elle vit dans un triste appartement devant un viaduc.  Pour vivre, elle écrit des catalogues d'art pour des ventes aux enchères.
Sa vie est un gruyère et elle aimerait s'évader persuadée que si elle tombe dans le bon trou, celui de la fiction, cela changera sa vie.  Son rêve, écrire, être sur le fil entre rêve et réalité.  La frontière est tellement mince lorsqu'elle écrit entre réel et imaginaire.
L'écriture ça doit le connaître, lui, Marcus Klein, écrivain parisien à succès.  Il vient de s'installer à Bruxelles.  Elle devient son assistante, elle va pouvoir mettre son projet en oeuvre, l'espionner pour comprendre sa popularité, son but ultime en faire un roman.
Mais ce que l'on imagine et ce que l'on vit sont tout autre, je n'en dis pas plus pour la suite de l'histoire si ce n'est qu'on va beaucoup voyager tout en restant à Bruxelles et en Bretagne, Calias, la Thaïlande à portée de main.
Ce roman, c'est l'histoire de l'écriture, de la création, le pouvoir des mots, de la littérature.  Il nous parle du processus de création où la frontière est mince pour les personnages imaginés, ceux qui habitent l'auteur et la réalité.  Difficile de faire la part des choses entre ce que l'on imagine et ce que l'on vit.
J'ai apprécié les nombreuses références littéraires.
Ce roman c'est aussi le roman dans le roman, celui de Marcus, l'ancien, le nouveau, celui de Clara.
C'est un roman à tiroirs que l'on peut lire de différentes façons en y abordant différents thèmes comme les migrants, le succès, la recherche de soi, l'amour entre autre.
La construction est originale, chaque roman s'emboîtant dans le principal comme des poupées russes.  Le livre est composé de trois parties.  J'ai de loin préféré la première plus dynamique et efficace.  La suite m'a moins convaincue, m'enlisant dans la lecture même si le thème et la construction m'ont convaincue.  Peut-être pas lu au bon moment.
Ma note : 6.5/10
Les jolies phrases

C'est l'incertitude qui fait peur.  On a toujours peur de ce qui vient, jamais de ce qui se produit, puisqu'on ne peut rien y changer.
C'est comme ça et pas autrement : de temps en temps on a tenté de lénifier le peuple pour éviter l'hystérie collective.
La fiction possède cet étrange effet de vous happer comme si tous les éléments étaient vrais.  Ils sont vrais pour l'auteur et le lecteur, mais seulement s'ils sont cohérents.
Dans un roman, il y a aussi tout ce qui ne sera pas dit de l'histoire que tu veux raconter.  Ce qu'il appartient au lecteur d'imaginer.  La part de l'ange, celle qui s'évapore comme dans le whisky.
On se sent fragile quand on écrit, Clara.  Indigne de l'histoire qu'on porte et qu'on veut raconter.  Je le vis chaque fois.  Mais la peur est dans ta tête.  Ce n'est qu'une pensée, pas la réalité.
On n'est jamais sûr de rien d'autre que du présent.
Tu ne contrôles pas le roman, c'est lui qui te contrôle.
Prends l'exemple d'Orwell : il a créé de véritables paradigmes dans la tête des gens !  L'impact de
1984 sur le vingtième siècle est immense.  Et pourtant a-t-il changé le cours du monde ? Empêché une seule guerre ou la robotisation ?  Si la littérature peut réellement quelque chose, c'est sur l'esprit et le coeur des individus.
Les choses finissent par arriver, mais jamais comme on l'imaginait, ni au moment où on le pensait.  Ni au bon endroit.  Et quand elles se produisent, il est rare que nos réactions soient aussi spontanées qu'on l'aurait voulu.
Le tiers sauvage, c'est cette chose qui vit en toi et que tu nommes insatisfaction.  Cette chose qui te pousses à écrire.  Ta part d'ombre, la petite bête qui te grignote, cette voix qui te parle dans l'oreille et t'empêche de dormir.



Le tiers sauvage   -   Aliénor Debrocq 
Le tiers sauvage   -   Aliénor Debrocq

wallpaper-1019588
Les comics que nous attendons le plus en 2022
wallpaper-1019588
Les Temps ultramodernes de Laurent Genefort
wallpaper-1019588
La Bibliothèque de Minuit – Matt Haig
wallpaper-1019588
Nécrophonie