Dry

Dry

En matière de survie, il n’y a pas de seconde ou de troisième place qui tienne. C’est la médaille d’or ou la tombe. Et je ne crois pas que les autres se rendent compte à quel point nous sommes proches de la fin.

Neal & Jarrod Shusterman, publié en 2018. Science-fiction

La note

3,5/5

La critique

Tu sais à quel point j’ai adoré La faucheuse du même auteur, et j’avais hâte de retrouver sa plume dans un autre roman de SF, même si j’avais aussi un peu peur d’être déçue… Heureusement, Dry s’avère être une bonne surprise, malgré quelques défauts.

Le plus terrifiant avec ce livre, c’est la crédibilité et le réalisme des événements. Vu l’état de notre planète actuellement, ça ne m’étonnerait même pas que nous vivions la même chose qu’Alyssa dans années à venir, et c’est pour cette raison que je vais commencer dès aujourd’hui à faire des réserves histoire d’éviter de mourir desséchée. Non plus sérieusement, l’auteur décrit un univers très proche du notre et par conséquent très convaincant, d’une manière certes un peu lente parfois, mais qui gagne en profondeur au fil des chapitres et des rencontres avec les personnages. Le côté survie est bel et bien présent même si l’auteur s’attarde beaucoup plus sur les comportements et la psychologie de ses personnages dans des situations toujours plus catastrophiques, et voir ces persos changer du tout au tout a été assez impressionnant. C’est un roman que j’ai eu du mal à poser, mais il n’est pas exceptionnel pour les raisons suivantes.

Si j’ai beaucoup accroché à l’histoire, j’ai un peu moins apprécié les personnages qui sont parfois bêtes comme des balais. La protagoniste passe son temps à mettre tout le groupe en danger, et ça aurait pu être comique si les autres ironisaient sur la situation, mais non pour eux tout est parfaitement normal. Du coup, la narration d’Alyssa en prend un coup et c’est celle que j’ai le moins appréciée. Globalement, les persos restent un peu superficiels et j’ai du mal à croire que c’est le même auteur qui a créé Citra dans La faucheuse… Je retrouve un peu du côté badass de Citra dans le personnage de Jacqui, qui est la meilleure et que j’aurai préféré voir en perso principal (et de loin). Kelton quant à lui m’a souvent fait grincer des dents par ses réflexions et ses comportements, souvent déplacés (espionner sa voisine chez elle avec un drone c’est bof bof quand même). Mais bon, chacun apporte à sa façon un coup de pouce à la survie de tous et on sent qu’il y a une vraie dynamique de groupe malgré quelques quiproquos.

Bref, une bonne histoire mais il y a des trous dans l’intrigue, et on sent que quelques passages ont été « vite faits bien faits », puisque c’est un one shot… et je ne cracherai pas sur une suite même si la fin se suffit à elle-même.

Merci à la Collection R pour l’envoi ! 


wallpaper-1019588
La silencieuse qui nous murmure à l'oreille
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Ils ont rejoint mon Himalaya à lire
wallpaper-1019588
Dad - Tome 1 - Filles à papa, Nob
wallpaper-1019588
'Le grogneux rempile' d'Iris Rivaldi
wallpaper-1019588
{Challenge 9.1} Héros de L’Olympe, Tome 1 : Le héros perdu, Rick Riordan – @Bookscritics
wallpaper-1019588
Switch Love 01 de Akane Ogura
wallpaper-1019588
Ming Lo déplace la montagne. Arnold LOBEL – 1982 (Dès 6 ans)