Dans la war zone du punisher : dixon, romita jr et janson

DANS LA WAR ZONE DU PUNISHER : DIXON, ROMITA JR ET JANSON Les relectures de l'été :
Le Punisher n’a pas attendu l’arrivée de l’irrévérencieux Garth Ennis pour s’imposer auprès d’un large public, même si force est d’admettre qu’il traversait une bien mauvaise passe lorsque l’irlandais s’est penché sur son chevet. Pourtant, dès sa création sur les pages d’Amazing Spider-man, puis l’apparition d’une première mini série toute dédiée au personnage, Franck Castle a cristallisé une certaine radicalisation de l’opinion, une certaine vision de voir le comic-book, dans une Amérique marquée par l’ère Reagan et son impitoyable économie de marché dérégulée. Il fut même un temps où le Punisher était le héros de trois titres mensuels simultanément : la série Punisher, le Punisher War Journal  première mouture, et enfin Punisher War Zone, confiée à Chuck Dixon en 1992. Ce dernier, pour un premier arc narratif de toute beauté, est associé à John Romita Junior, qui n’a certes pas besoin de présentations. Cerise sur le gâteau, l’encrage est de Klaus Janson, qui a toujours excellé dans les ambiances urbaines et glauques. Bien entendu, à force de presser une orange, on en extrait tout le suc, et il ne reste plus qu’un fruit vide et inutile bon à jeter : en 1995, après avoir vécu 41 numéros durant, la War Zone doit rendre l’âme en même temps que ses consoeurs, et le Punisher est amené à repartir de zéro. A force d’être partout, Castle a fini par se retrouver nulle part. Mais jetons un œil objectif sur les six premiers mois du titre, qui voient le Punisher employer une nouvelle méthode pour mener à bien sa lutte contre le crime organisé : plutôt que de liquider tout ce qui bouge en bon justicier solitaire, il décide cette fois d’infiltrer un clan mafieux (la famille Carbone) et de feindre d’être l’un des leurs (un simple homme de main aux méthodes expéditives) pour mieux les éliminer de l’intérieur. Castle utilise dans ce but un certain Mickey Fondozzi, un petit joueur au service des Carbone, qu’il terrorise dans une scène de torture que nous retrouvons telle quelle dans le dernier long métrage pathétique consacré à Pupu (directement sorti dans le circuit dvd, et pour cause, c’est absolument mauvais). Suspendu à des chaînes le torse à l’air, Mickey est menacé par la flamme intense d’un chalumeau. Le Punisher lui explique que l’intensité de la flamme est telle qu’elle commence par anesthésier les terminaisons nerveuses, d’où une première sensation de froid au contact de la peau. Puis il applique un esquimau gelé sur l’échine du malfrat pour le convaincre qu’il est en train de rôtir comme une dinde de noël : c’est drôle et ça marche ! Par l’intermédiaire de Mickey, donc, Castle infiltre les Carbone et profite pleinement des ambitions et de la suspicion des deux frères à la tête du clan ( diviser pour mieux régner… ) puis séduit la fille de l’un d’entre eux, Rosalie.  DANS LA WAR ZONE DU PUNISHER : DIXON, ROMITA JR ET JANSON Pendant ce temps, nous suivons (dans le premier épisode) les affres de Microchip, le partenaire expert en informatique de notre héros, qui doit recourir aux services d’un psy pour assimiler et digérer la perte récente de son fils, sacrifié sur l’autel de la lutte contre le crime (dans la série régulière The Punisher). La saga est bien rythmée, pleine de suspens, nous offre une version truculente d’un Punisher sans état d’âme et qui s’éclate dans son travail de sape, de l’intérieur. Romita Jr nous en donne une interprétation brillante et macho, catogan bien en vue, gros biscottos dehors et barbe de six jours. Ne manque, pour les lecteurs d’aujourd’hui, que cette touche d’irrespect acide, cette verve ironique et massacrante qu’Ennis a utilisé par exemple (et d'autres l'ont imité) pour raviver une série moribonde. Mais l’ambiance est aussi sombre et impitoyable, si ce n’est plus, que dans certains des récents Punisher : Max que nous a proposé Panini. Cette aventure de Frank Castle n’a pas été publié en Vf (dites moi si je me trompe) mais elle a fait l’objet, en Italie, d’un album complet en librairie, dans une collection nommée Marvel Gold qui présente les meilleures sagas des années 70 et 80 dans un format plus que digne, et dont en général nous trouvions l'équivalent chez nous, le même mois, dans un Best-Of Marvel. Le numéro un original possède une die cut cover du plus bel effet : le Punisher qui canarde de face, avec en relief son arme qui se soulève et se détache de la couverture pour un effet « double couche » assez réussi. Les fans du personnage feraient bien, s’ils n’ont jamais lu cet arc narratif, de se mettre à la Vo pour récupérer ces petits bijoux un peu oubliés, car je ne pense pas que nous les retrouverons en France de si tôt. Pour le film du même nom, par contre, laissez tomber : Punisher War Zone ne vaut pas même le prix du dvd vierge pour en faire une copie. Ou alors c’est que vous êtes vraiment peu regardant… DANS LA WAR ZONE DU PUNISHER : DIXON, ROMITA JR ET JANSON Likez la page Facebook, venez parler comics avec nous
&version;


wallpaper-1019588
(oldies) the punisher suicide run : tout le monde contre le punisher!
wallpaper-1019588
La mélancolie du kangourou de Laure Manel
wallpaper-1019588
C'est lundi que lisez-vous ?
wallpaper-1019588
Les éditions Milan ont chopé la sagesse
wallpaper-1019588
Les clés spirituelles de la richesse par Deepak Chopra
wallpaper-1019588
Destin brisé » D.F Novel
wallpaper-1019588
International Guy, Tome 3 – Copenhague de Audrey Carlan
wallpaper-1019588
Dans ma boite il y a... # 125