Quelle n’est pas ma joie – Jens Christian Grondahl

« Voilà, ton mari est mort lui aussi, Anna. Ton mari, notre mari. J’aurais aimé qu’il repose à côté de toi. »

Quelque part dans la banlieue de Copenhague, Ellinor, la narratrice, a septante ans, lorsqu’elle perd son époux, Georg. Elle se décide à vendre rapidement leur maison cossue afin de retourner à Vesterbro, lieu de son enfance. Elle gamberge s’épanche et s’adresse à Anna, sa meilleure amie et la première épouse de Georg. Anna, par ailleurs décédée dans un accident avec Henning, le premier époux d’Ellinor et son amant. Certes, les deux époux avaient une liaison mais entre eux, il n’a jamais été question d’animosité ni d’acrimonie et la faculté de discernement et de compréhension avaient pris le dessus entre les deux survivants.

Quelle n’est pas ma joieEt pour remémorer une vie de couple bancale, bâtie dans la privation de l’autre, s’étourdir de la relation plutôt décontractée qu’elle entretient avec ses beaux-fils, se libérer d’anciens secrets enfouis, Ellinor se confesse à son ancienne amie, décédée depuis quarante ans.

À travers une plume élégante et délicate, l’auteur sonde les âmes dans ce qu’elles ont de vrai mais aussi d’ombragé, dans ce que les protagonistes connaissent de failles, d’écueils et de secrets scellés qui attendent le drame pour ressortir de l’alcôve d’un cœur meurtri, celui d’Ellinor en l’occurrence dans le présent récit. Comme à l’accoutumée, l’auteur, que j’ai apprécié à maintes reprises, scrute avec talent les relations humaines, quelles qu’elles soient : la famille, le couple, l’amitié.

Les messages qui émanent de ce roman succinct de toute beauté regorgent de bienveillance et d’harmonie. D’un bout à l’autre de l’histoire, Ellinor se dévoile, de ses désarrois, de la perte de son amie Anna âgée à l’époque de trente ans à peine, des non-dits quant à la liaison d’Anna et Henning, de son deuil puis enfin de sa solitude.

Un roman qui parle de lendemains de deuil, de lendemains de solitude mais l’auteur évite avec brio de tomber dans le pathos et la sensiblerie de pacotille en nous invitant à une méditation sur le sens de la vie lorsque les meurtrissures et les stigmates du passé laissent entrouverts de nouveaux horizons plus sereins.

Quelle n’est pas ma joie de Jens Christian Grondahl

Date de parution : 8/2/2018  

wallpaper-1019588
La femme au manteau violet • Clarisse Sabard
wallpaper-1019588
Tsipora et le vengeur de sang
wallpaper-1019588
Le Bal des folles, Victoria Mas
wallpaper-1019588
Le Secret de Ji, tome 2 - Le Serment orphelin
wallpaper-1019588
Dossiers froids : une enquête d’Isidore Lune
wallpaper-1019588
C'est lundi ! J'ai lu, je lis et je pense lire #6 - 2020
wallpaper-1019588
Bakhita de Véronique Olmi
wallpaper-1019588
Paul Morand : Tais-toi