The Ivy Years, Tome 4 : L’heure de vérité de Sarina Bowen – Une héroïne qui a du cran !

The Ivy Years, Tome 4 : L’heure de vérité de Sarina Bowen – Une héroïne qui a du cran !Rennie Road Books – Année 2017
414 pages

Cela fait plus d’une année que je suis tombée sous le charme des romances de Sarina Bowen. Tout d’abord, j’ai fait la rencontre de Corey et Hartley dans « Notre année trouble » qui fut mon premier coup de coeur de l’auteure. Puis, j’ai fait la connaissance de Scarlett et Bridget dans « Notre année cachée » ainsi que de Rikker et Graham dans « L’homme de l’année » une romance qui met en avant un couple homosexuel et un nouveau coup de coeur. Sur trois romans lus, avoir deux coups de coeur c’est énorme. Je ne m’attendais pas que ce quatrième tome soit également un coup de coeur intersidéral – eh, oui rien que ça.
Un conseil : lisez les romans de Sarina Bowen !
Je remercie Laure Valentin et Sarina Bowen pour l’envoi de ce service presse numérique.

Elle ne voulait pas d’un héros pour la vie.
Il ne voulait pas d’une histoire sans lendemain.
Bella est manager de l’équipe masculine de hockey sur glace de Harkness. Pour la jeune étudiante au contact facile, adepte de l’amour libre et des corps à corps musclés, le sexe est comme une seconde langue, qu’elle pratique couramment alors que d’autres bredouillent encore. Ce que l’on peut raconter dans son dos ne la trouble pas vraiment. Elle ne comprend donc pas pourquoi son sublime voisin a tant de mal à rester ami avec elle après la nuit torride qu’ils ont passée ensemble. Elle sait qu’elle ne devrait pas s’en soucier, mais quelque chose dans son regard couleur expresso la fait douter.
Rafe s’en veut terriblement d’avoir perdu sa virginité sous l’effet de l’alcool dans une histoire sans lendemain. Son éducation catholique stricte lui a toujours appris à aimer son prochain – mais pas avec une bouteille de vin et une boîte de préservatifs. Les murs ancestraux de Harkness ont été témoins de son grand moment de gêne. Mais quand Bella est victime de malchance et subit les coups bas d’une association d’étudiants, Rafe est là pour l’aider à recoller les morceaux.
Bella ne veut pas de l’aide de Rafe. Elle a même décidé de tirer un trait sur les hommes. Dommage que l’étincelle indéniable qui s’est allumée entre eux ne se laisse pas éteindre aussi facilement.

Quand, je reçois un mail de Laure Valentin, je passe immédiatement en mode fangirl, car il y a de grandes chances pour qu’elle nous annonce la parution d’un nouveau Sarina Bowen. Vous pouvez imaginer mon état d’excitation en apprenant la parution du quatrième tome de la sa Ivy Years.

Bella est une jeune femme qu’on apprend à connaître dès le premier tome et pour qui j’ai littéralement fondu dans le troisième tome.
J’ai souvent un coup de foudre littéralement pour les héros, et dans de plus rares occasions, il m’arrive d’avoir le coup de foudre pour l’héroïne. Pour cela, il faut que l’histoire de l’héroïne soit émouvante, qu’elle me touche au plus profond de moi, mais surtout qu’elle est un fort caractère. Ce dernier point est le plus important, car il n’a rien de pire pour ma part qu’une héroïne qui se laisse marcher sur les pieds sans répliquer. Bella a rempli toutes ces conditions.
Passionnée de hockey sans savoir en faire, elle est embauchée en tant que manager de l’équipe, un fait rarissime dans un milieu aussi macho ! Sans famille ou presque, Bella a choisi de faire de l’équipe sa famille.

Rafe est un héros plus-que-parfait. Le teint hâlé, l’accent chantant, Rafe est un cuisinier hors pair qui a été élevé dans le respect absolument des femmes. Pour lui, il est impensable de coucher avec une fille sans y mêler les sentiments.
On ne pouvait pas trouver des héros plus différents les uns des autres. Et chacun a des choses à apprendre de l’autre.

Bella est un personnage féminin que j’adore. Elle assume totalement sa féminité et sa sexualité. Elle se comporte parfois comme un véritable mec. J’ai presque honte d’écrire cette phrase, car à l’heure actuelle nous ne devrions plus cataloguer les personnes selon leur sexualité.

Sarina Bowen met en avant un personnage féminin au caractère affirmé. Cependant, ce n’est pas la femme parfaite, elle peut aussi avoir des moments de faiblesse et perdre sa confiance en elle. L’auteure a l’incroyable don de se renouveler à chaque nouvelle romance et de me surprendre. Sarina Bowen dans cette romance aborde des sujets d’actualités comme le harcèlement moral, les agressions physiques et la sexualité.
Après le hastag, « balance ton porc », « L’heure de vérité » traite de sujets plus que brûlants. Vous ne resterez pas insensible aux charmes de Bella et Rafe.

The Ivy Years, Tome 4 : L’heure de vérité de Sarina Bowen – Une héroïne qui a du cran !Retrouvez le roman sur Amazon !
The Ivy Years, Tome 4 : L’heure de vérité de Sarina Bowen – Une héroïne qui a du cran !

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Publicités &b; &b;

wallpaper-1019588
L'exception de l'illustration en littérature jeunesse exposée en primeur à Strasbourg avant de rejoindre sa nouvelle fondation suisse
wallpaper-1019588
Les pêcheurs de Chigozie Obioma
wallpaper-1019588
C'est lundi que lisez-vous ?
wallpaper-1019588
C’est lundi…Que lisez-vous?
wallpaper-1019588
C'est lundi que lisez-vous ? #183
wallpaper-1019588
Batman #44
wallpaper-1019588
Les carnets rouges de Carole et Antoine FLUCHARD : LNF
wallpaper-1019588
Hawkeye #16