C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Mais !! Je suis encore en retard ! J'en suis troublée, cela ne m'arrive jamais dans la vraie vie.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017) L'excuse du mois : Durant le mois de Novembre, je participe au NaNoWriMo, un défi d'écriture frappadingue dont je vous reparle tout en bas, et qui épuise bien 50% de mes capacités littéraires. Sachant que les 50% restants sont consacrés à l'exercice d'un métier lui aussi littéraire, c'est donc avec 0% de mon cerveau, mais beaucoup d'émotion, que j'entame aujourd'hui la rédaction de cet article.

§

Dixième édition de ce nouveau rendez-vous mensuel, qui rime avec " C'est lundi, que lisez-vous ? ", et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l'adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j'ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d'ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m'a fait " Wahou " le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j'ai fait de mieux le mois dernier
C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Ce mois-ci, en tout, j'ai lu 20 livres, dont : 10 romans graphiques...

...7 romans, 2 essais (pluzoumoin) et 1 recueil de nouvelles :
(Je les réunis car leur addition donne 10 , ce qui me permet d'avoir 2 rangées égales, et j'aime quand c'est tout bien aligné.)

1) TOP & FLOP

Alerte : entre les nombreux Top et les nombreux Meh, ce mois-ci, la catégorie " Top & Flop " est un peu longue. Aussi, TOI là, qui ne liras pas tout, voici mon Top 4 absolu, toutes catégories confondues. Ne les rate pas :

TOP 4

Vas-y tu peux sauter tout le reste et retourner hiberner, petit ourson mal léché. Car ceci is the best of the best, top of the hip, king of the pop. Oh yeah.

C'est parti pour les catégories :

Catégorie 2e étoile à droite et tout droit jusqu'au matin
(Aussi connue sous le nom Quand je suis partie pour le Pays Imaginaire, je pensais pas que je m'amuserais autant, ni que le voyage serait si beau.)

Le vainqueur incontesté

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Le challenger

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)
    Le Livre de la poussière, de Philip Pullman (Gallimard Jeunesse, 2017)
C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

*hurle*

C'EST TROP BIEN !!

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

J'avais commencé une critique ici-même mais elle prenait des allures de soliloque cocaïné (ce qui n'est pas un problème) et commençait à grandir de façon indépendante et dévorer mon article de l'intérieur tel un ver solitaire (ce qui, en revanche, est un problème), aussi j'ai amputé la bête pour en faire un article complet plus construit, qui paraîtra dimanche.

Néanmoins, je ne peux pas vous laisser en plan ainsi.
Que dire de La Belle Sauvage ? Tout est parfait.

  1. Le style est à la fois élégant, exigeant... et limpide.
  2. L'entrée dans l'univers, qu'on en soit familier ou non, est aussi naturelle qu'excitante ; le monde du Livre de la Poussière s'étend de scène en scène jusqu'à être rapidement très vaste, sans jamais nous perdre pour autant, et tout en gardant toujours notre curiosité et fascination éveillée.
  3. C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Nous avons un nouveau petit héros, Malcolm. Moi qui craignais un Syndrome Enfant Maudit (à la sauce " on s'englue éternellement dans de vieilles peaux moisies "), je suis ravie ravie ravie.
  4. C'est de l'aventure. De la pure et belle aventure, à croquer comme un fruit volé au sommet d'un arbre secret, rien qu'à toi.
  5. C'est si joliii... certains écarts, petits nids dans le récit, m'ont fait penser à du Timothée de Fombelle, à ce que j'aime tant chez lui : ce goût trop mim's pour les scènes de nature et de famille et tous ces petits riens chaleureux.
  6. C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)C'est dingue et ambitieux, ça joue avec les légendes féériques anglaises autant qu'avec les peurs ancestrales, d'une façon qui m'a rappelé Jonathan Strange & Mr Norrell.

C'est. Trop. Bien.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Le collège noir est une série qui te colle de délicieux frissons dans le dos, tandis que tu te rappelles tes fantasmes horrifiques de gamin(e) en colo : et si, là, à minuit, un monstre surgissait de sous le lit, et si on était forcés de s'enfuir à toute berzingue avec les copains, et si on vivait d'épouvantables aventures super dangereuses mais géniales ?

Une série de BD fantastique qui a le goût des vacances interdites.

*

Catégorie J'ai soupiré par le cœur, ça faisait un peu mal
(Aussi connue sous le nom Joli et badant, mais plus joli que badant) C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Le lauréat :

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Le challenger :

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Avertissement : livre de très grande qualité. Si si. Regardez, j'ai fait un macaron :

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Jane, le renard et moi est une bande-dessinée par le même duo d'incroyables autrice & illustratrice que l'on doit blâmer pour le très beau Louis parmi les spectres.

Lorsque j'ai refermé ce roman graphique, j'ai cherché l'air à grande goulée puis soupiré doucement.

- C'était pas bien ? m'a demandé l'amie assise à côté de moi.
- C'était TROP bien...
- C'est que... t'as l'air triste ?
- Chuis un peu triste.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Retenez-moi.

Je fais partie de cette race désespérée et envahissante de gens qui adorent qu'on les fasse pleurer (je crois sérieusement qu'on a un problème). Livre ou film, si tu m'arraches une larme, si tu me serres le cœur à l'étouffer, si tu me tortures bien lentement, délicatement, sans avoir l'air d'y toucher ->> JE T'AIME.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Donc bref, Jane, ça parle de ce drame mésestimé qu'on a tous connu enfant (ou plus particulièrement, adolescent) : être SEUL car SANS AMIS, ne pas trouver sa place dans un groupe, voire, en subir les moqueries. Bienvenue en enfer.

La petite narratrice est devenue le souffre-douleur de ses anciennes copines de classe ; elle marche désormais seule du collège à l'arrêt de bus, s'assoit seule dans ledit bus, et pour s'occuper, fait semblant de lire Jane Eyre pendant qu'un petit groupe de vipères persifle trois sièges derrière.

Je ne vous spoile pas l'histoire, mais tout ce que vous avez besoin de savoir c'est que s'il est instantanément évident que le dessin est fin et beau et touchant, le texte, lui, va vous surprendre par son style d'une grande justesse, d'une fine drôlerie, et son ton plein d'un douloureux et délicieux second-degré.

Une BD très courte, en petit format de poche, sur le thème du deuil.

Catégorie Prends-toi ça dans les dents

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)C'est un petit monsieur chauve qui va rendre visite à sa mère et la trouve transformée, monstrueuse. " Qu'est-ce qui est arrivé ? " lui demande-t-il. Elle lui raconte alors que chaque fois qu'elle pense à son défunt mari, les larmes, au lieu de couler à l'extérieur, se figent sur elle, tirent sa peau, qui glisse, pend, enfle. À chaque instant de détresse, elle devient un peu plus difforme. Je vous raconte la moitié d'une BD très courte, je suis désolée, voilà, mais elle est trop belle et à l'occasion, lisez-la.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

*

Le lauréat

Le presque challenger :

J'ai failli mettre Tortues à l'infini de John Green...
qui, à un cheveu près, se retrouve dans la diabolique catégorie " Meh ",
un peu plus bas (#oups)

    Tropique de la violence, de Natacha Appanah (Gallimard, 2016)

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Tropique de la violence conte l'histoire de Moïse, un garçon des Comores adoptés par une femme blanche en mal d'enfant installée à Mayotte, département français oublié des médias et des politiques où la petite bourgeoisie des continentaux côtoie des bidonvilles miséreux et ultraviolents. Dans un entre-deux, comme dans un rêve, à la recherche de ses origines et de lui-même, Moïse essaie de trouver sa place. Puis un jour, il bascule du mauvais côté, et malheureusement pour lui, c'est une pente qui ne fait que descendre.

Catégorie 27e intersidérale du lol

Ce roman, qui entremêle les voix âpres et vraies de personnages aux horizons différents, nous peint un pays trahi par lui-même et le drame de ses habitants. Rien de sociologique dans ce roman sous tension, qui flirte avec le réalisme magique et le thriller psychologique : que de la sueur, de la bile et des rêves.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

*

Le lauréat :

Les challengers :

    C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Le jour le plus long du futur, de Lucas Varela (Delcourt, 2015)

Le jour le plus long du futur est une BD sans texte, fantaisiste et hilarante, aux dessins ronds et doux façons chewing-gum, cruels et dingues façon Happy Tree Friends, et à l'humour caustique et absurde. Zaim bocou ça.

Voici un héritier direct de Bastien Vivès et Fabcaro, et si vous avez aimé Zaï Zaï Zaï Zaï, lisez-le sans hésiter !

    Comtesse, d'Aude Picault (BD Cul, 2010) (mention #Ouh les coquins)
MEH C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Tiens, une BD sans texte encore, et drôle et absurde aussi, mais surtout, une BD de fesse - ne venez pas jouer les #ChoquésDéçus si vous rougissez comme des communiantes en l'ouvrant. Moi qui n'ai pas aimé le platounet Idéal Standard de la même autrice, je me suis régalée de la finesse du trait et de l'imagerie convoquée dans ce volume libertin.

§

Plusieurs lectures ce mois-ci m'ont fait claquer ma langue de gosse impatiente, ou soupiré lourdement comme la lectrice gâtée que je suis. Ce ne sont pas des FLOP mais des " Meh ", la plupart dus au fait que je me les étais salement hypés, et les ai ouverts en frétillant du derrière.

De gauche à droite, mes " Meh " du plus petit au plus gros :

Pourquoi ces " Meh " ?

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Tortues à l'infini est plutôt un bon roman car John Green est de toute façon un bon écrivain et ne parvient pas à rater un roman même quand il essaie fort fort. Celui-ci est donc tout de même cool, mais il s'agit à mes yeux...

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)
  1. de son moins romanesque (il ne se passe rien, dans ce roman),
  2. d'un roman pas super bien construit,
  3. de son moins bon, pas de discussion.

Malgré cela, Tortues est écrit avec une verve moderne, jeune, vive, cultivée, légèrement décalée, cette verve propre à John Green si souvent imitée et jamais égalée. Si je le place parmi les " Meh ", in fine (j'ai pas mal hésité), c'est qu'il m'a PESÉ de ouf, d'une façon qui n'était ni voulue (?) ni nécessaire me semble-t-il. Il parle de maladie mentale et, sans doute parce que c'est un sujet deeply personal à l'auteur, il en parle de façon un peu insistante pour être sûr qu'on comprenne bien ; or, sorry, je suis venue là pour lire un roman, pas un fil Tumblr culpabilisant.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Histoire de vérifier que je n'avais pas tout simplement grandi depuis le dernier John Green (paru il y a six ans !), et que mon souvenir des prés radieux de Nos étoiles contraires n'était pas une arnaque intellectuelle que me jouait mon cerveau, je viens de me replonger dedans. Verdict : j'adore, c'est brillant, fin, superbement construit, il se passe des choses - bref, c'est bien Tortues qui m'a trahie, pas ma mémoire...

Pour les curieux ; on pourrait dire que ce roman est parent de :

    Le fils de l'ombre et de l'oiseau, d'Alex Cousseau (Le Rouergue, 2016)

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Ce roman sur trois générations, presque quatre, mêle réalisme magique, quête mystique, et aventure de cow-boys.

Très curieux, ce " Meh " : je ne vois pas où l'auteur veut en venir au bout de 200 pages (il y en a 400). C'est plutôt joli mais je n'ai pas réussi à rentrer dans l'aventure, sans doute parce que les constants bonds dans le temps forcent le lecteur à abandonner le protagoniste toutes les quarante pages. J'avais ressenti cela à la lecture de Fondation, d'Asimov, par exemple : c'est bien vu, ça m'intéresse (intellectuellement), mais le livre a selon ma conception subjective, un handicap émotionnel structurel.

Qu'on me tue mes héros dans un grand tremblement cathartique à la Game of Thrones, je comprends, mais qu'on me laisse sans nouvelles, pour les retrouver (morts ou vifs, d'ailleurs) des années plus tard et me faire le résumé de leur vie, wallah, c'est abusé. J'étais là, moi !! Sagement assise au premier rang ! Qu'est-ce que c'est que ce machin mal branlé où tout se passe dans les couloirs et les coulisses ?

À vrai dire, ce " handicap ", que j'appellerai le " Constant callback " correspond à une attente littéraire que tout le monde ne partage pas - et que j'ai un peu de mal à formuler mais, au fond, je suis sûre d'avoir raison, hello insupportable Miss Je-Sais-Tout -

I KNOW, ok - mais quand même, laissez-moi t' expliquer le constant callback.

Dans la vie, on a ces amis qu'on ne voit pas assez souvent ni assez longtemps pour dépasser le stade de la longue " récap depuis la dernière fois ", et avec qui la relation, de fait, n'évolue pas. On tourne en rond dans le bouillon de nos anciennes aventures sans réussir à arriver au stade ou l'on crée de nouveaux souvenirs. C'est un cocon doux mais un peu triste et, au fil des années, le lien se délite. Or, il arrive, comme ici, qu' il se passe un phénomène similaire en littérature : le personnage nous échappe pendant des ellipses, et la narration peine à sortir du " résumé des événements ", à nous faire vivre de nouvelles aventures... On se retrouve à sans cesse redémarrer de zéro avec le perso, comme on se rappellerait après une longue absence. Constant callback.

Ceci mis à part, à qui recommandé-je ce roman ? (Car il est plutôt bon je crois, et c'est aussi moi l'handicapée, ici.) À ceux qui aimeraient lire un récit à la rencontre de :

    Naissance des cœurs de pierre, d'Antoine Dole (Actes Sud Junior, 2017)

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Le pitch d'un ennui délétère ne me bottait pas des masses (dystopie où tu entres dans le " Programme " à l'adolescence, Programme où les sentiments sont interdits ; je pense que j'ai lu ce résumé plus de quarante fois en deux ans), mais le nom d'Antoine Dole, oui, et sa sélection pour le Prix Vendredi, encore plus.

Mon ressenti ? Je me suis ennuyée, mais pas pour la raison escomptée, car le roman est plutôt futé dans sa façon de prendre nos attentes à revers. Non, mon ennui est plutôt dû à des choix narratifs : on a un ressenti à fleur de peau centré sur les divers miasmes intérieurs et extérieurs des personnages, très peu de vraies scènes, et une queue de poisson finale assez frustrante : on nous relate de façon indirecte des tas d'événements qu'on aurait vraiment préféré vivre.

Si mon ressenti pourtant négatif vous donne malgré lui envie de lire ce livre, c'est normal je crois, et tant mieux : la narration très intimiste, émotive et charnelle, littéraire mais peu scénique, est un domaine dans lequel l'auteur excelle, et je crois que je n'avais tout simplement pas envie de ça à ce moment-là.

On pourrait dire que ce roman est au croisement de :

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

On m'avait recommandé ce roman graphique en raison de 1) mon coup de cœur pour Blast, de Larcenet et 2) mon goût du macabre et de l'humour noir.

Monsieur " Mardi-Gras des Cendres " s'appelle ainsi car il est mort entre le Mardi-Gras et le Mercredi des Cendres, et dans le curieux enfer désertique où a atterri sa squelettique personne après son trépas, c'est ainsi que l'on recense la populace. Une quête de sens commence pour lui, dans ce monde insensé et cruel. Tous les ingrédients sont réunis pour que je passe un bon moment, mais MALHEUR : le protagoniste, incrédule et tapageur, m'agace autant que s'il tapait un scandale injustifié dans la file devant moi au supermarché.

J'avais tout le temps envie de l'estourbir.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)C'est mon ami Tom de La Voix du Livre qui m'avait chaudement recommandé cette lecture, et il y a en effet un allant, une vivacité dans la narration adolescente, à demi loufoque, à demi sociologique, qui m'ont plu, et je vois ce qui l'a embarqué. On se laisse porter, c'est frais et drôle, souvent. Mais deux problèmes centraux m'ont finalement fait lâcher le livre vers la moitié :

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)
  1. Ça n'en finit plus de démarrer, et
  2. Mondieu la mentalité.

Parfois, y a pas, c'est vraiment pour des raisons éthiques qu'on ne peut pas poursuivre un livre. Ce roman passe son temps à nous faire approuver en sous-texte : le slut-shaming, un sexisme innocent et ravageur, du mépris social, des blagues sur le viol...

On a aussi une ribambelle d'incohérences dans l'incarnation des personnages. Donc, dommage car le début me plaisait, mais à la longue, ça me crispait.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Je vous invite à lire l'avis de Tom sur La Voix du Livre pour découvrir une critique positive de ce roman. De mon côté, je dirais qu'il est l'enfant mal élevé de :

...Et Lupiot a enfin fini la partie Top & Flop de ce mois-ci ! Bravooooo. On l'applaudit avec des sourires crispés en retirant discrètement le scotch de nos paupières.

2) CHRONIQUES D'AILLEURS

§

DING-DONG à tous ceux qui s'étaient endormis !

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)

Davantage que des chroniques, j'aimerais partager trois adresses de blogs jeunesse que j'ai découverts et feuillète régulièrement (oui, comme des magazines), et comme c'est le jeu, je vous propose l'une de leurs chroniques en lien, mais sachez que c'est plus pour l'ensemble de leurs publications que je les aime que pour cette chronique-là précisément.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)
    Les Lectures du Monstre, tenu par un " Charmant Petit Monstre ". On y trouve de la littérature, du cinéma, et d'autres bouts de culture et de vie. Les plus :
  1. Du lol à revendre
  2. Un optimiste qui vous prend la grisaille à rebrousse-poil, j'ai toujours le smile en sortant de ma lecture
  3. Des articles rythmés, illustrés, généreux et critiques
  4. La meilleure critique des Petites Reines, so far ? I JUST LOVE IT OKAY
C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)
    Plumes de lune, tenu par les jumelles Kin et Kara. On y trouve essentiellement des articles critiques de livres de SF, fantastique et fantasy. Les plus :
  1. Un ton fun et franc, parfois corrosif
  2. Un esprit critique piquant
  3. Je sais toujours, à lire l'article, si je vais aimer le bouquin ou pas, signe selon moi qu'il s'agit d'une bonne chronique. (Que je sois " raccord " ou pas, d'ailleurs.)
  4. Cf. la seule critique de Phobos nuancée qui m'ait enfin éclairée vraiment sur ce phénomène de la blogo.
3) AILLEURS SUR LE WEB
    Le blog de L'Ourse bibliophile. Elle y parle beaucoup de livres et notamment de livres jeunesse, mais pas que : de cinéma, mais aussi de questions de société, de féminisme et d'intersecitonnalité par exemple, et je ne sais pas pourquoi tous les blogs que je suis parlent de ça, c'est bizarre didonc. Les plus :
  1. La densité impresionnante de ses articles
  2. Son excellent goût en littérature jeunesse (#very partiale je suis)
  3. Ses " Parenthèses 7ème art " géniales où elle nous critique tous les films intéressants du mois non sérieusement
  4. Cette chronique de Moonrise, de Sarah Crossan qui me donne très envie.
C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Toujours là pour t'aider à procrastiner.

§

Ok c'est le moment d'être des intellectuels : je vous propose de découvrir les billets de Clémentine Beauvais sur L'écriture créative.

Il s'agit des comptes-rendus hebdomadaires des cours qu'elle donne à la fac à des angliches qui ont vachement de la chance de l'avoir comme prof. L'avantage incomparable c'est que tu peux t'asseoir devant ton écran et regarder, le temps d'un article, des gens (elle et ses élèves) réfléchir pour toi au sujet de la littérature jeunesse, et en ressortir plus cultivé(e) et plus curieux(se).

Les premiers billets sont là :

4) HAPPY NOMBRIL
  1. Cours d'écriture créative pour enfants à l'université
  2. Écriture créative, session 1 - Intro
  3. Écriture créative, session 2 - Personnages et caractérisation
  4. Écriture créative, session 3 - La " Voix "
  5. Écriture créative, session 4 - Style I. Oralité et sonorités

C'est tellement bon tout ça.

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017) C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017)Pitin je galère.

§

Les choses qui me rendent heureuse ce mois-ci :

    Je me marie. PAS CE MOIS-CI. En août 2018. On a trouvé notre lieu de réception, notre photographe, dressé notre liste d'invités, réfléchi au buff- oh mon dieu c'est horriblement lourdingue à raconter. Mais ça me rend heureuse. Une anecdote à raconter : plusieurs ami(e)s m'ont demandé si nous ferions un mariage thématique Harry Potter. Je ne vois pas pourquoi ils demandent ça,

    mais la réponse est non. Lorsque j'ai émis, comme ça, l'idée de glisser dans notre décoration de mariage des petits clins d'œil Harry Potter (genre, pour les noms de tables), mon promis m'a regardé d'un regard très regardant, yeux écarquillés, et a lentement pointé du doigt l'étagère Harry Potter que j'ai percée et montée et décorée sur le mur du salon au-dessus de la télé, avant d'articuler silencieusement : " Non ".
    Et j'ai lu dans ses yeux " ENOUGH ".

C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017) Tu peux ajouter ton article " C'est le 1er " à la liste en cliquant sur la grenouille bleue (je le reporterai manuellement ci-dessous !) : C’est le *6* je balance tout #10 (novembre 2017) Les fantastiches C'est le 1er, je balance tout de novembre 2017 : Si je t'ai oublié, laisse-moi un petit cri plaintif dans les commentaires, tel un animal abandonné :

Aannnd, CUT.
L'article est fini, avec 6 jours de retard. Fml.

§

À dimanche pour une critique du Livre de la Poussière, et à la semaine prochaine pour deux articles cuisinés aux petits oignons par mes minions.

D'ici là bonnes lectures !
T'as vu comme je te mets la pression avec mes s.


wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
La douceur de nos champs de bataille de Yiyun Li
wallpaper-1019588
Le dernier des Clayborne de Julie Garwood
wallpaper-1019588
Absolute Carnage #1
wallpaper-1019588
L’Echo de la Jungle T1 (Pica, Erroc, Cazenove, Richez, Tranchand, Guénard) – Bamboo – 10,95€