X-Men Blue #14

Mojo Worldwide continue dans nous montrant les X-Men combattre malgré eux pour la nouvelle télé-réalité. Cullen Bunn et Jorge Molina sont aux commandes de ce bordel télévisuel.

Si le crossover avec réussit bien quelque chose c'est de donner l'impression qu'on passe d'une action à une autre comme on zappe à la télé ; d'ailleurs la fin du numéro montrant les héros sortir de l'émission a un rythme plus posé, moins frénétique.

Si l'intention est louable, la réalisation rend l'histoire secondaire et les choses promises à la fin du précédent chapitre (comme une Sentinelle possédée par le Phœnix Force) ne sont qu'accessoire. Du coup, les X-Men combattent bêtement plein de méchants et cela est exécuté sans âme ni beaucoup d'intérêt.

La seule chose qu'amène ce crossover est le changement de statut de Magneto - à noter qu'aucun autre super-héros se pointe voir de plus près les piliers envoyés sur Terre par Mojo. Tout ce bordel n'est d'ailleurs pensé que pour faire sortir le roi du magnétisme de l'ombre même si les répercussions ne me paraissent pas très importantes. Il s'agit donc d'un prétexte puisque même les actions du personnage - et de ses alliés - sont sans grande importance, il va remplacer les autres X-Men dans le zapping des grands moments des mutants.

D'ailleurs, ce n'est pas très bien fait à cause d'un manque de cohérence total. Par exemple, Polaris se demande où ils sont arrivés en rentrant dans le pilier et c'est Magneto qui lui répond alors que la mutante était actrice - malgré elle - desdits événements.

Jorge Molina semble fatigué en fin d'épisode. À un moment même, j'ai cru qu'un autre artiste a pris le relais. Mais non, il est simplement fatigué et ça se voit...

X-Men Blue #14


wallpaper-1019588
Félix (Le clan Wilde #2) de Lucy Lennox
wallpaper-1019588
Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver de Sonia Dagotor
wallpaper-1019588
5 suggestions de lecture à l’émission Bien entendu | 18 juin 2021
wallpaper-1019588
Emilie Chazerand & Aurélie Guilleret / Amour et confettis