The sun is also a star

The sun is also a star
Auteur : Nicola Yoon

Traducteur : Karine Suhard-Guie

Genre : young adultt, romance
Titre original : the sun is also a starEdition : Bayard
Parution :  5 juillet 2017
Pages : 421 
Prix : 10€99 kindel 16€99 Broché
Commander sur Amazon : The sun is also a star
The sun is also a star
Daniel, 18 ans, est fils de coréens immigrés à New York. Il passe un entretien pour entrer dans la prestigieuse Université de Yale.Natasha vient de la Jamaïque. Sa famille, immigrée illégalement aux États-Unis, est sous le coup d'une procédure d'expulsion et devra quitter le pays le soir même. L'adolescente tente par tous les moyens de trouver une solution.Sous l'effet d'un enchainement d'évènements dus au hasard (ou au destin ?), Daniel et Natasha se rencontrent et vont vivre, le temps d'une journée, une belle histoire d'amour.Une histoire à laquelle viennent se mêler le jeu des coïncidences, la menace de l'exil et le poids des différences culturelles.


The sun is also a star
Quand la science rencontre l'amour
Daniel est un rêveur, un poète. Qui ne rêve que de trouver le grand amour, et vivre de sa plume. Natacha est une scientifique, aux idées bien arrêtées. À première vue, rien ne les prédestinait à se rencontrer, sauf une suite de quiproquos, des opportunités qu'ils ont su saisir. Natacha est sur le point d'être expulsée, son père ayant craqué le jour, où son rêve, était sur le point de se réaliser. Daniel lui, doit se rendre à un entretien, pour entrer à Yale, Si Daniel, tombe immédiatement sous le charme de Natacha, cette dernière est loin d'éprouver la même chose. D'ailleurs, elle ne croit pas en l'amour, seule la science la motive. Qu'à cela ne tienne, Daniel va se baser sur un article scientifique, pour lui prouver combien il est irrésistible.
J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Mais après une cinquantaine de pages, sans crier gare, Daniel et Natacha ont su me séduire. Rien n'est vraiment original dans l'intrigue, et pourtant comme dans la vraie vie, il existe une multitude, de conclusion, quelle sera celle, choisit par l'auteure ? Daniel arrivera t'il a sauver Natacha ? Arrivera t'il à lui faire comprendre que malgré leurs origines, ils sont faits l'un pour l'autre ?
Autant de questions qui nous tiennent en haleine, j'ai même été tentée plus d'une fois, de jeter un petit coup d’œil à la fin, pour voir comment se terminait ce livre.
J'ai su résister à la tentation. D'autant plus qu'il se lit facilement, d'une part par parce que la plume de Nicola Yoon est agréable, d'autre part parce que les chapitres sont courts, donnant ainsi une dynamique à notre lecture. Sans compter, que nos protagonistes sont attachants.
J'ai beaucoup apprécié le point de vue de l'auteure face à l’immigration. Les espoirs, les déceptions, les difficultés. Les attentes des parents face à leurs enfants, souhaitant pour eux ce qu'il y a de mieux. Afin qu'ils aient une vie meilleure que la leur. Parfois au détriment des aspirations de leur progéniture.
J'aime beaucoup également l'effet papillon dû aux choix de nos héros. Ainsi que de suivre l'histoire à la fois du point de vu, de Daniel et de Natacha, mais également par l'intervention de la voix off, même s'il m'a fallu du temps pour m'habituer au style.

Ce livre est une bouffée d'espoir. Jusqu'aux dernières pages, on ne sait pas exactement où l'auteure nous emmènera. J'adore l'idée, de mêler la science au sentiment pratiquement inexpliqué de l'amour. La corrélation des décisions que l'on peut avoir. Une belle histoire, qui nous fait rire, pour les plus sensibles pleurer, mais surtout, qui nous fait croire en la vie. Ce n'est pas un coup de cœur, mais il n'en est pas loin.
Ma note : 17/20A lire si vous aimez : Les belles histoires d'amour, les rencontres improbables.Passez votre chemin si vous n'aimez pas : Qu'un personnage, évolue en perdant tout ses préjugés. L'amour triomphant, grâce aux destinées.Morceaux choisit :Au bout du compte, elle choisit les deux : coréen et américain. Américain et coréen.Afin que ses enfants sachent d'où ils venaient.Afin que ses enfants sachent où ils allaient.L'avantage d'avoir un connard exceptionnellement doué comme grand frère, c'est que ça nous enlève la pression.Je n'ai pas envie de rester coincé à exercer un métier qui n'a pas de sens pour moi. La voie que je m'apprête à emprunter ? Elle est interminable. Yale. Faculté de médecine. Internat de deuxième et troisième années. Mariage. Enfants. Maison de retraite. Morgue. Cimetière.Peut-être que tomber amoureux de quelqu'un, c'est aussi en partie tomber amoureux de soi-même.Jubilation.Ça ne me ressemble pas.Alors, je me contrôle.Toutefois, mon sourire se mesure en kilomètres et non en centimètres.Pour sa part Daniel est en train de chercher les mots justes pour décrire les yeux de Natasha. Ils sont à la fois clairs et foncés. Comme si quelqu'un avait enveloppé d'un épais tissu noir une étoile brillante.

wallpaper-1019588
« Le cercle des plumes assassines », la première aventure de Dorothy
wallpaper-1019588
Yvon Paré nous parle de Claude-Andrée L’Espérance…
wallpaper-1019588
Cœur de Pierre, de Gauthier et Almanza
wallpaper-1019588
Alabama song (Gilles Leroy)
wallpaper-1019588
Sous hot tension – Inez Kelley
wallpaper-1019588
C'est lundi, que lisez-vous ? Episode 61
wallpaper-1019588
Titres DC Comics sortis le 6 décembre 2017
wallpaper-1019588
Le meilleur ami de l'homme