La fortune des Rougon d’Émile Zola : le début d’une épopée familiale

"Voyez-vous [...] ce n'est pas à nous qu'il appartient de frapper notre famille. Ils ont mal agi, ils seront terriblement punis un jour. "

La fortune des Rougon d’Émile Zola : le début d’une épopée familiale

Édition : Le Livre de Poche

Première année de publication : 1871

Qui n'a jamais entendu parler des Rougon-Macquart ou d' Émile Zola ? Ce grand auteur naturaliste du XIXème siècle ne vous est sans doute pas inconnu. Pour quiconque passé par le collège ou le lycée, ce nom doit vous rappeler des souvenirs. Personnellement, la première œuvre que j'ai lu de cet auteur était sa nouvelle L'attaque du moulin , qui m'avait d'ailleurs marquée. Depuis, je me suis promis de lire l'œuvre complète de cet auteur. C'est donc sans grande surprise que je me suis lancée le défi de lire tous ses romans du cycle des Rougon-Macquart dans l'ordre chronologique , en commençant bien évidemment par le premier tome : La Fortune des Rougon .

Pour vous resituer un peu mieux le contexte, je tiens à rappeler que l'ensemble des Rougon-Macquart , aussi connu sous le titre Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire , regroupe vingt romans écrits par Zola entre 1871 et 1893. Dans cette œuvre, l'auteur a tenté de représenter la société du Second Empire en explorant les dérives de l'Homme et le pouvoir de l'hérédité sur une même famille, explorée au cours de ses vingt romans sur cinq générations. Bien que j'aie décidé de lire ces romans dans leur ordre de parution, il est important de rappeler que chaque tome peut se suffire à lui-même et se lire indépendamment des autres

Dans ce premier tome, Zola met en place la généalogie qui n'aura de cesse d'être son fil directeur au cours des dix-neuf livres suivants. L'on découvre l' origine des Rougon-Macquart avec la naissance de leurs vices héréditaires et de leurs caractères antagonistes au sein d'un même ancêtre : Adelaïde Fouque. Cette femme sera le point départ de cette grande épopée familiale et donnera naissance à deux fils nés de deux pères différents : Pierre Rougon et Antoine Macquart. Dès lors, l'on assiste à la création d'une famille aux branches complexes qui ne cesseront de s'entrecroiser dans les tomes suivants. L'auteur entame alors une fresque sociale des plus magistrales en nous livrant ce premier tome dans lequel nous assistons depuis Plassans à la révolution qui mettre Napoléon III au pouvoir . Différentes intrigues politiques vont se nouer dans ce petit village et sans grande surprise, opposer les deux familles Rougon et Macquart.

" Pendant près d'une vingtaine d'années, chacun y vécut à son caprice, les enfants comme la mère. Tout y poussa librement. En devenant femme, Adélaïde était restée la grande fille étrange qui passait à quinze ans pour sauvage ; non pas qu'elle fût folle, ainsi que le prétendaient les gens du faubourg, mais il y avait en elle un manque d'équilibre entre le sang et les nerfs, une sorte de détraquement du cerveau et du cœur, qui la faisait vivre en dehors de la vie ordinaire, autrement que tout le monde. Elle était certainement très naturelle, très logique avec elle-même ; seulement sa logique devenait de la pure démence aux yeux des voisins. Elle semblait vouloir s'afficher, chercher méchamment à ce que tout, chez elle, allât de mal en pis, lorsqu'elle obéissait avec une grande naïveté aux seules poussées de son tempérament. "

Comment parler d' Émile Zola sans parler de sa plume ? Car oui, c'est ce que je préfère chez cet auteur et qui me fait adorer chacun de ses écrits. J'ai littéralement été captivée par son écriture et j'ai retrouvé la même sensation que lors de ma lecture de L'attaque du moulin . L'auteur s'applique à nous dépeindre l'âme humaine sous toutes ses formes avec un ton tantôt dramatique, tantôt réaliste, et je mentirai si je disais que cela ne m'a pas touché. Cet accent mis sur la psychologie des personnages et leur caractère rend l'action lente mais certains passages sont tout de même plus rythmés, notamment vers la fin du roman où l'histoire s'accélère réellement. Comme toujours lorsqu'on lit un écrit d' Émile Zola , il faut s'attendre à de nombreuses descriptions . Personnellement, ces dernières ne me dérangent absolument pas, au contraire. J'aime beaucoup cette impression de mélancolie qui s'empare de nous et donne une certaine force au récit, aux décors mais aussi aux personnages en nous plongeant dans une reconstruction historique très bien menée.

Les personnages quant à eux sont très bien exploités et représentes à merveille cette société mise à mal. J'ai particulièrement aimé Silvère et Miette qui sont tout simplement parfaits dans leur rôle de martyr. Leur innocence et leur volonté de changement sont très touchantes. Pour se retrouver dans cette abondance de personnages, qui dans ce premier tome sont encore peu nombreux au vu des autres encore à venir, je vous conseillerai tout de même de vous munir d'un arbre généalogique de cette famille, très facilement trouvable sur internet, afin d'éviter de vous perdre.

Cette lecture a confirmé mon amour pour l'écriture de Zola et sa façon de dépeindre le monde. Certes, il existe plus optimiste, mais sa mélancolie et son pessimiste, si l'on peut l'appeler ainsi, sont très intéressants. Ce premier tome n'est pas celui qui comporte le plus d'action mais il pose les bases d'une histoire complexe qui n'aura de cesse de s'étoffer par la suite. Un livre qui laisse présager encore de nombreuses aventures à venir pour cette famille à la rivalité grandissante.


wallpaper-1019588
Les anges noirs de Berlin
wallpaper-1019588
Les anges noirs de Berlin
wallpaper-1019588
'Queen Bee' de Gaïa Alexia
wallpaper-1019588
La Quête du Temps - Temps 1 - Errances - Lise Barrow