Les Indispensables : Julius Winsome - Gerard Donovan (Seuil)


Les Indispensables : Julius Winsome - Gerard Donovan (Seuil)

De temps en temps, je referai remonter à la surface d'anciennes chroniques de livres que je considère comme des indispensables, des romans cultes, des coups de cœur qui auront marqué mon imaginaire d'une manière unique et indélébile. Voici ce que j'en disais en octobre 2009.


" Si je devais en une phrase résumer ma vie jusque-là, je dirais qu'à un certain moment j'ai vécu dans un chalet durant cinquante et un ans. "


L'histoire de Julius Winsome, c'est surtout l'histoire d'un lecteur. Un solitaire qui s'isole dans un coin de nature pour vivre sa vie comme on tourne les pages d'un livre : pages après pages, jours après jours. Une bûche au feu, de l'eau bien chaude pour le thé et le voici qui se plonge dans la lecture d'un des livres de la bibliothèque de son père. Il hume le parfum du papier, l'encre qui a servi pour élaborer les fiches des livres, les sens en éveille.

Julius ne vit pas seul dans ce coin de nature : c'est la nature qui le berce et qui peuple ses journées de mile bruits, saveurs et images. Il ne fait qu'un avec la terre qui l'entoure.

Il ne faut pas tenter de voir dans cette volonté de vivre seul un choix cachant une amertume particulière contre le genre humain. C'est juste une manière de se préserver. Julius dit que son père lui a appris à être fidèle. Alors quand il hérite du chalet à la mort de celui-ci, il applique le précepte paternel. Fidèle à cette terre, il sera.

Julius se contente d'un univers peuplé de fleurs colorées qu'il cultive, d'oiseaux qu'il abreuve et nourri, de livres qu'il chérie et de son chien. Il bricole de ci de là, pour gagner de quoi subsister l'hiver venu. C'est le bonheur vu de l'intérieur. Ce n'est pas un hymne à la solitude, c'est juste qu'il vit comme ça et qu'il le fait bien, sans gêner qui que ce soit. La preuve, quand l'amour pointe son nez, il l'accueille et quand il s'en va, il le laisse partir sans rancœur. Un peu comme quand l'hiver pointe son nez emportant avec lui les vestiges des trois saisons qui ont précédé.

" L'empreinte du Nord disparaît dès que le soleil brille à nouveau, effacée des collines et des arbres du Maine par le chiffon du soleil et par le souffle chaud de l'automne sur le bois. "


Il vie donc de ce qui l'entoure, il est un humain en harmonie avec son environnement, à l'écoute de cette nature qui l'accueille en son sein. Il nourrie ses cinq sens, il philosophe, il se souvient, il entretien sa culture comme il entretient son feu, il est au diapason avec son monde, sans violence, sans heurt.

Et le coup de feu annonciateur de ce premier meurtre est la fausse note qui va perturber la partition de Julius. Son chien a été mortellement atteint d'une balle à bout portant. Assimilant ce qui vient de se passer, Julius ne va pas sombrer dans une rage destructrice. Il va rester le même, sans s'embraser, en continuant à raisonner comme il l'a toujours fait, avec calme et parcimonie. Pour rétablir ce déséquilibre, il va chasser le responsable de cet acte, même si pour cela, il doit éliminer quelques innocents... Il va tuer en étant pleinement conscient de ses actes, froid, comme son environnement, sans passion, sans folie incontrôlée.

C'est intéressant de faire le parallèle entre ce qui arrive à Julius et l'arrivée de l'hiver. Tel la morsure du froid qui va planter ses dents dans la chair des êtres qui oseront s'aventurer dans la forêt sans y être préparer, Julius va incarner ce froid implacable qui va mettre un terme à la vie de ceux qui se croyaient bien " armés " pour l'affronter.

C'est bien sûr emprunt d'une certaine naïveté mais Julius est en accord avec lui-même. Il sait très bien que pour atteindre le coupable, il va devoir atteindre d'autres personnes. Des dommages collatéraux ? Peut être mais Julius ne le fait pas par sadisme ou par cruauté. Il le fait parce que c'est ce qui lui semble la chose à faire. C'est difficile de trouver une excuse à son geste mais c'est aussi facile de comprendre qu'il n'avait pas autre chose à faire, comme si c'était irrémédiable.

Du coup, on serait curieux de voir ce donnerait une évaluation psychiatrique du personnage. Comment les influences de son grand père, de son père et son isolement pourraient tenter d'expliquer son geste. Comment sa déception amoureuse pourrait servir de déclencheur et facilement expliquer les évènements en voulant trouver une justification rationnelle. L'amertume par exemple. Alors que nous savons qu'il n'en est rien. La mort du chien l'a juste rendu triste. Un point c'est tout.


" Lorsqu'un chien lève la tête et aboie tout en vous regardant un peu de biais, cela signifie qu'il est d'humeur joueuse et sait que vous le taquinez. [...] Si vous ne comprenez pas son langage, tout ça n'est que du bruit. Ces types qui rodaient dans la forêt ne comprenaient pas mon langage shakespearien, me semble-t-il, même si c'était du pur anglais et que j'articulais avec soin. J'aurais pu tout aussi bien leur aboyer après. Avec le temps on devient tous des chiens. "

Parce que le roman n'est pas une apologie du meurtre. C'est une fable de la nature. Les actes de Julius sont en fait à l'image de cet extrait. Il y a ce que l'on va se contenter de voir et ce que l'on va chercher à comprendre. C'est un peu le nœud du problème : la compréhension de l'autre. Parce que tenter de comprendre l'autre, c'est tenter de mieux se comprendre soi même. C'est aussi notre quotidien de lecteur, non ?

Julius Winsome, quinquagénaire, vit solitaire dans un chalet au cœur de la forêt du Maine. Fils et petit-fils d'anciens combattants qui lui ont transmis leur horreur de la violence, Julius ne chasse pas, contrairement aux hommes virils de la région. Il préfère chérir ce que son père aimant lui a légué : les milliers de livres qui tapissent son chalet et le Lee-Enfield, ce fusil rapporté par son grand-père anglais des tranchées de la Première Guerre mondiale. Son unique compagnon est son chien Hobbes. La mort de ce dernier, abattu par un chasseur, déclenche chez cet homme doux une fureur meurtrière. Les halles crépitent alors dans la forêt enneigée. Julius Winsome est l'histoire tendue et émouvante d'un " étranger" à la fois hypersensible et détaché, amoureux de la langue et misanthrope. Avatar du Meursault de Camus, qui tuait "à cause du soleil ", Julius Winsome tue à cause de la neige, symbole de pureté et de deuil.
Écrit dans un style puissant et poétique, ce récit d'amour, de vengeance et de mort est à l'image du paysage, âpre, froid, cinglant. C'est aussi un hymne à la nature et à ses créatures sauvages.

Traduction de Georges-Michel Sarotte.


Frédéric Fontè, www.4decouv.com


wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Les Limbes - opus 1 - de Olivier BAL
wallpaper-1019588
Ce qui nous consume… | Georgia Caldera (#2)
wallpaper-1019588
Lost Rider de Gaëlle Sage
wallpaper-1019588
"J'adorais mon père quand j'étais encore un être humain. Puis il est mort, j'avais faim, puis ça a été le bateau. Puis rien. Puis l'Amérique. Puis John Cole. John Cole était mon amour, tout mon amour était pour lui".