L’Homme qui marche

9782203396043


L’Homme qui marche

Auteur : Jirô Taniguchi
Éditeur : Casterman
Parution : septembre 2003 [1992]
Pages : 160
Prix : 14, 50 €
Note : ★★★★★

   J’avais longtemps entendu parlé de cet auteur et, en tant qu’amatrice de manga, je ne pouvais plus passer à côté des œuvres de Taniguchi. Même en France, c’est un des mangaka les plus considérés et les plus appréciés, notamment pour ses talents scénaristiques mais également pour la candeur et la profondeur qui se dégagent de ses livres. J’avais donc le choix entre de nombreux ouvrages – l’auteur n’étant pas peu productif -, et c’est le titre tout simple mais inspirant de L’homme qui marche qui m’a séduite.
   Le canevas est simple : on suit, par courts épisodes piochés dans sa vie, un homme qui passe son temps à découvrir de nouveaux quartiers de sa ville. Il y a très peu de dialogue, mais beaucoup d’images épurées qui donnent une certaine magie à ces promenades.
Il faut savoir que j’aime particulièrement les livres qui parviennent à saisir la beauté du « rien ». Autrement dit, les romans où les BD qui ne racontent rien d’autre qu’un quotidien, que des tranches de vie sans élément notoire qui sortirait de l’ordinaire. Ces œuvres sont donc le plus souvent descriptives et contemplatives. Je trouve que c’est un moyen de reconnaître un bon auteur : pouvoir décrire la normalité de façon à ce qu’elle devienne poétique n’est pas un exercice évident. C’est aussi pour cela que L’homme qui marche m’a beaucoup plu, mais qu’il ne plaira pas forcément à tout le monde. Il faut déjà avoir un certain penchant pour la littérature contemplative, sinon ça risque de ne pas être votre tasse de thé.
   Par ailleurs, je ne suis pas une grande fan des dessins de Taniguchi, qui respirent un peu trop le vieux manga des années 70 à mon goût. Mais je dois dire que dans leur contexte, ils se fondent dans l’histoire sans problème. D’ailleurs, le peu de détails et le peu d’écritures nous obligent à nous concentrer sur l’image épurée que l’on a devant les yeux, et l’on apprend alors à s’émerveiller de ces mêmes petites choses que le protagoniste trouve si belles.
   Ce fut donc pour moi une belle découverte de l’univers de cet auteur incontournable, que je conseille vivement !
   Et vous, avez-vous lu ce manga ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Si non, vous tente-t-il ?
∼ Val ∼


wallpaper-1019588
Aurores Boréales, tome 3 : Changement de rythme (Freya Barker)
wallpaper-1019588
Jeu non intentionnel • Logihy
wallpaper-1019588
Jeu non intentionnel • Logihy
wallpaper-1019588
Brunetti et le mauvais augure de Donna Leon