Lever de rideau sur Terezin - Christophe Lambert


Lever de rideau sur Terezin - Christophe Lambert
Victor Steiner, dramaturge juif, est arrêté et déporté en novembre 1943. Il est envoyé à Terezin en Tchécoslovaquie. Présenté comme un camp différent et plus humain, Steiner va vite se rendre compte que derrière l’apparence de paisible petite ville, la vérité est toute autre.
Si sa renommée va d’emblée lui attirer les faveurs du SS Waltz, grand admirateur de son œuvre,Steiner se retrouve contraint d’accéder à une requête pour le moins surprenante. Waltz lui demande d’écrire une pièce qui sera joué lors de la visite de contrôle de la Croix-Rouge internationale. Les nazis ont tout prévu. Tout le camp doit donner le change face à ces visiteurs. Terezin doit passer pour un camp modèle, exempt de toute violence, et la pièce de Steiner doit être le point d’orgue de cette visite.
Le pari est complexe, le temps compté, mais impossible pour l’auteur de refuser, le nazi ne saurait évidemment tolérer un refus. L’enjeu prend une nouvelle ampleur quand un groupe de prisonniers vient annoncer à Steiner qu’il compte profiter de la représentation de sa pièce pour réaliser leur projet d’évasion…
Je connaissais peu de choses sur le camp de concentration de Terezin avant de commencer ce livre si ce n’est que Robert Desnos y est mort du typhus en juin 1945. Il se trouve que beaucoup de personnalités y ont été envoyées, artistes, écrivains, compositeurs, cinéastes et comédiens. De quoi susciter l’inspiration d’un romancier…
C’est justement de création dont il est question dans ce livre, au-delà du cadre particulier dans lequel il se déroule. Comment arriver à créer dans des circonstances qui n’ont rien de favorables ? Arriver à écrire sous la contrainte. Où comment la création peut susciter l’évasion, au sens figuré dans un premier temps puis au sens propre, peut-être.
J’ai aussi beaucoup apprécie l’idée de mise en abyme, la pièce dans le roman dont on suit l’évolution tout au long du livre. Pièce que l’auteur nous propose à la fin du récit. De même, le parallèle avec Molière, personnage de la pièce, et son travail, est vraiment bien trouvé.
Avec ce roman pour ados aux personnages attachants, à l’écriture rythmée et accrocheuse, l’auteur Christophe Lambert réussit amplement son pari de Lever de rideau sur Terezin.

 ***


Lever de rideau sur Terezin - Christophe Lambert

Dessin d'enfant retrouvé au camp de Terezin...


 ***


"L'art est une version stylisée de la vie."
"A ses yeux, rien ne pouvait remplacer cette farandole d'émotions. Les planches rendaient la vie plus belle, plus intense..."
"- vous êtes nés à une mauvaise époque, monsieur Steiner,. Vous et beaucoup de vos semblables faites les frais de choses qui vous dépassent. Oui, nous arrêtons, oui, nous déportons et, oui, vos conditions de vie sont difficiles... Les Soviétiques ont un proverbes pour ça : "On ne coupe pas un arbre sans faire voler des copeaux !" "
Lever de rideau sur Terezin - Christophe Lambert
Merci à Babelio et aux Éditions Bayard !
L'avis de Sandrine du blog Tête de Lecture
BayardISBN 978 2 7470 5683 0457 pages2015
14,90€

wallpaper-1019588
Sigló
wallpaper-1019588
L’Académie du Disque d’Argent #1. Vagabond 21 • LP Hurel
wallpaper-1019588
Les comics que nous attendons le plus en 2022
wallpaper-1019588
Les Temps ultramodernes de Laurent Genefort