Crime d’avril ne tient qu’à un fil • Elodie Delfa

Crime d’avril tient qu’à Elodie Delfa Crime d’avril ne tient qu’à un fil • Elodie Delfa

Éditions Alter Real, 2021 (313 pages)

Ma note : 12/20

Quatrième de couverture ...

Perséphone Murier a le vent en poupe : elle s'apprête à reprendre l'entreprise d'événementiel de sa tante Janis. Pour sa première mission, elle doit dénicher le lieu idéal pour le mariage de l'une de ses amies. Morne Étang, ce domaine entre vignes et garrigues, dans le sud-ouest de la France est parfait pour ça !
Mais le rêve tourne au cauchemar. Entre les hôtes du manoir qui sont tout sauf accueillants et le terrible orage qui les coupe brutalement du reste du monde, le séjour de Perséphone s'annonce très mal.
Au moment où elle pensait que la coupe était pleine, Perséphone découvre un cadavre dans l'étang... Et la noyée porte sa veste !
Quels terribles secrets cachent les résidents ? Et qui est vraiment Adalric Toussaint-Malvac, le séduisant viticulteur héritier de Morne Étang ? Perséphone n'est pas au bout de ses surprises !

La première phrase

" Il y eut un grand " boum " et la boutique de souvenirs d'Igor Stavinov explosa dans l'azur radieux de Cancún, emplissant l'atmosphère d'une épaisse fumée sombre chargée de débris. "

Mon avis ...

À l'approche de l'hiver, j'aime souvent me plonger dans un bon cosy mystery (emmitouflée dans un plaid et un carré de chocolat à la main). Après avoir rencontré l'impayable Agatha Raisin ainsi que lady Georgiana de Rannoch (de la série Son espionne royale), Perséphone Murier n'a rien à envier aux autres héroïnes de . Cette trentenaire énergique et pleine d'humour fait également montre d'un sacré caractère. Crime d'avril ne tient qu'à un fil est le premier roman d'une série la mettant en scène. Cerise sur le gâteau, les intrigues se déroulent en France ce qui contribue à dépoussiérer quelque peu le genre.

Sud-ouest de la France. Domaine de Morne Étang. Perséphone Murier travaille dans l'événementiel et pense avoir trouvé LE lieu idéal pour organiser le mariage de sa meilleure amie. Notre héroïne peut compter sur le soutien de la propriétaire du château : madame Toussaint-Malvac. Si seulement tout ce petit monde ne se montrait pas aussi sinistre à son égard... La châtelaine espère un coup de pub pour mettre en avant le domaine familial, mais on ne peut pas dire qu'elle accueille notre héroïne à bras ouverts. Son fils, un séduisant viticulteur, semble quant à lui absorbé par les récoltes et ne lui décroche pas un regard. Qu'à cela ne tienne, Perséphone entend bien faire le tour de la propriété avant de prendre ses cliques et ses claques. Mais comble de l'horreur, le cadavre d'une domestique finit par être retrouvé dans l'étang. Perséphone se mue donc en apprentie détective en évoluant dans une atmosphère à la Cluedo.

Crime d'avril ne tient qu'à un fil fut une lecture sympathique mais qui ne fera sans doute pas date dans ma mémoire. La grande force de ce récit tient au personnage de Perséphone. J'ai aimé sa drôlerie, sa maladresse ainsi que son caractère bien trempé. Elle n'a en effet pas sa langue dans sa poche et n'hésite pas à commenter les travers des uns et des autres. Ceci donne lieu à quelques joutes verbales, et j'ai aimé être le témoin des liens qui se font et se défont entre nos personnages.

Côté intrigue policière, Elodie Delfa nous livre un récit classique. On se plaît à soupçonner tout un chacun et les fausses pistes ne manquent pas. Le final se montre inattendu, mais sans doute beaucoup trop tiré par les cheveux pour réussir à me convaincre. D'autres petits détails (le manque de professionnalisme des enquêteurs, le côté parfois trop caricatural de certains des protagonistes) font que je suis totalement passée à côté d'un possible coup de cœur.

Vous l'aurez compris, j'ai aimé faire la connaissance de Perséphone et j'ai trouvé le tout plutôt divertissant malgré quelques bémols. Crime d'avril ne tient qu'à un fil se déguste un peu comme on regarde un téléfilm de Noël. On passe un bon moment à l'instant t, sans trop en attendre davantage.

Extraits ...

" - Votre maison est magnifique, madame Toussaint-Malvac !
- Vous pouvez m'appeler madame la comtesse, condescendit-elle. Désormais, c'est à mon fils Adalric, qu'appartient le domaine. Les hectares, les vignes et le manoir. Je lui ai fait donation de ma part à la mort de son père, il y a de cela quinze ans. C'est un garçon travailleur. C'est tout ce qui compte par ici. Un fils doit toujours honorer sa famille, ne croyez-vous pas ?
- Oh, euh... oui, sans doute, bredouilla Perséphone.
La vieille détourna le regard, fit rouler son fauteuil vers la pièce face à l'entrée et la jeune femme la suivit.
- Entrons dans le vif du sujet, déclara la comtesse en s'effaçant pour laisser passer son invitée. Voici la salle de cérémonie ! "


wallpaper-1019588
Tous 2, le roman de Testu est philosophique et spirituel à la fois