« Un fruit amer » de Nicolas Koch

« Un fruit amer » de Nicolas Koch

© Editions De Saxus

Présentation de l'éditeur :

Comté de Woodbridge, Alabama, 1963.
En pleine ségrégation raciale, le Ku Klux Klan répand la terreur au nom de la suprématie blanche alors que la communauté noire fait entendre sa voix pour obtenir plus de droits. C'est dans ce contexte explosif qu'un fait divers va mettre le feu aux poudres. Un matin, le corps d'une jeune blanche violée et battue à mort est retrouvé dans les bois. Elle n'est autre que la fille d'un riche entrepreneur de la région qui est lui-même membre du Klan.
Qui a bien pu la tuer ? Pour les autorités, ça ne fait aucun doute : c'est l'œuvre d'un Noir. Peu avant le drame, la victime avait écrit au FBI, car elle craignait pour sa vie. Le Bureau dépêche alors sur place l'un de ses agents afin de tirer l'affaire au clair. Ce dernier va découvrir qu'elle a été tuée et il va se retrouver au cœur de la haine des hommes, face à une vérité dérangeante...

Mon avis :

Nous sommes en 1963 dans le Comté de Woodbridge en Alabama. Le contexte de l'époque n'est pas des plus réjouissants. Alors que la communauté noire tente de faire entendre sa voix et d'obtenir la reconnaissance de leurs droits notamment lors de la manifestation organisée par le SCLC qui se tint à Birmingham le 7 mai de la même année, l'opinion publique est toujours très divisée et le Ku Klux Klan prônant la suprématie blanche reprend vigueur...

Lorsqu'un matin, la fille d'un riche entrepreneur est retrouvée morte, les autorités n'hésitent pas à faire porter le chapeau à cette même communauté noire...

Peu avant sa sortie au mois de février, j'avais été interpellée par cette couverture très " enflammée ", dévoilée au compte-goutte par l'éditeur. Le teasing était parfait, chaque élément augmentant l'envie d'aller plus loin et de découvrir ce roman.

Son auteur, Nicolas Koch, prend le temps, à l'entame du livre, de nous replacer dans le contexte de l'époque, celui de la ségrégation raciale, loin d'avoir complètement disparue à l'heure actuelle. Une mise en contexte claire, informée qui ne peut qu'éclairer le lecteur quant aux tenants et aboutissants de l'histoire.

Ensuite vient le temps de l'enquête suite à la découverte du corps de cette jeune fille. Une enquête mêlant les autorités de la ville à l'agent spécial Dwayne Olsen du FBI qui se retrouvera bien malgré lui pris au cœur de cette haine....

Ce thriller va au-delà de l'utilisation d'un fait historique pour construire la trame du roman. Il parvient à marier les deux à la perfection.

A une époque où les élans suprémacistes refont plus que jamais surface, ce roman ne peut que nous frapper en plein cœur. Les personnages, les uns attachants, les autres détestables, sont forts et renforcent l'intensité du roman. En véritable raconteur d'histoire, l'auteur nous transporte au cœur d'un récit embrasé où son écriture fluide, addictive et très cinématographique ne peut que nous happer et nous marquer au plus profond de nous-même.

Je remercie Babelio et les éditions De Saxus pour la découverte de ce roman à l'occasion d'une opération " Masse Critique " mais aussi pour la découverte d'un auteur que je n'hésiterai pas à suivre !

Nicolas Koch, " Un fruit amer ", Editions De Saxus, 28 février 2019, 498 pages.


wallpaper-1019588
Maestro de Thibault Prugne, François Morel, et Jean-Pierre Jolieard
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
Son agenda Mortelle Adèle
wallpaper-1019588
{Musique} Playlist #41 : Ce qu’écoutent mes abonnés (vol.4) – @Bookscritics
wallpaper-1019588
Leden Falls #1 – Première lune – Marilyne Weiss
wallpaper-1019588
À jamais #2 – L’indomptable Carah – Stefany Thorne
wallpaper-1019588
Louise Chennevière : Par où commencer?