[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

kath 1

  • Éditeur : Éditions du Petit Caveau (2014)
  • Pages : 420
  • Genre : Fantasy
  • Prix : 18.90€
  • Acheter Kath, tome 1

Les vampires : une espèce plus ancienne que l’humanité.
Kath fut leur reine après avoir mené la rébellion contre son père, le premier d’entre eux.
Aujourd’hui, elle sort d’un long sommeil et découvre un monde changé. Une grande partie de sa mémoire a disparu durant son enfermement.
De la Sibérie aux États-Unis, en compagnie de son vassal, elle traque les indices qui l’aideront à reconstituer le fil de son histoire qui se confond avec celle de l’humanité.
Lorsque l’historien Jess Andrews croise sa route, il cherche à en savoir plus sur la mystérieuse inconnue et lève peu à peu le voile sur un univers étrange…

Mon avis

Kath est réveillée après plusieurs années passées, enfermée sous la glace dans une grotte. A son réveil, elle retrouve son fidèle vassal de toujours, Anthon Soldek. Amnésique, elle va tenter de retrouver sa mémoire, et pourquoi elle était endormie en Russie…

Je ne peux pas en dire plus sur le contenu du roman, car je n’ai absolument pas compris où voulait en venir l’auteur. Il n’y a aucun fil conducteur, on ne sait pas ce que veut faire Kath, pourquoi elle est réveillée, pourquoi nous avons l’impression que son vassal la manipule… Rien. Et c’est un énorme problème qui se justifie par le fait que l’auteur passe sous silence tous les moment importants qui nous aiderait à comprendre l’histoire de Kath.

En effet, Kristoff Valla saute d’un moment à l’autre avec beaucoup trop de rapidité. D’un paragraphe où Kath n’a plus de mémoire, dans une chambre d’un hôtel en Russie, qui ne se reconnaît pas en se regardant dans un miroir, pour passer au paragraphe suivant où elle sait qui elle est, qu’elle était reine des vampires, à Berlin, préparant le vol d’un collier important à ses yeux. Entre temps, on ne sait pas ce qui s’est passé. Et c’est comme ça tout le temps, si bien que nous n’essayons pas (et Kath non plus), de rechercher sa mémoire. Ou alors elle le fait, mais nous ne le savons pas.

Autre problème, la multitude de flashback. Autant au début, c’était très bien amené: suivant une situation, Kath avait des flashs de sa vie d’avant. Pendant qu’elle revivait ces différends moment, le temps s’écoulait autour d’elle. Mais à partir d’un moment, les flashs vont et viennent à chaque moment important, cassant la dynamique de l’histoire. En effet, difficile de quitter une bataille contre un commando de mercenaires pour se retrouver dans une soirée mondaine absolument calme.  Et c’est à partir de ces moment là que quand Kath à un flash, le temps s’arrête autour d’elle, à la fin des flashback nous reprenons l’histoire principale comme si rien n’avait eu lieu.

Les descriptions des scènes les plus banales sont absolument parfaites, on s’y croirait, mais quand on se retrouve dans une scène d’action, une bataille ou quoi que ce soit, les descriptions sont quasi-inexistantes. Je n’ai pas ressentit l’urgence du moment, l’adrénaline, la fureur des quelques combats… Je me suis ennuyée. J’ai donc voulu m’intéresser à l’intrigue politique, mais elle m’a paru tellement plate et … incompréhensive, car encore une fois, l’auteur a passé tous les moments les plus importants sous silence. Concrètement, quand Jess et Donovan rencontrent Morigian, j’aurais plus voulu suivre Donovan pour suivre l’intrigue politique que suivre Jess qui prend des photos avec son téléphone des objets qui l’entoure, activité en somme inutile à la vue de la suite… Ou encore quand Kath échafaude des plans, je veux la suivre, je ne veux pas suivre son vassal qui rumine parce que sa maîtresse n’est pas là! Et c’est tout le temps comme ça…

Au final, nous en apprenons bien plus sur le passé de Kath en lisant l’annexe des personnages en fin de roman, car tout y est expliqué. Éléments qui auraient eu plus d’utilité dans l’histoire, que dans une simple annexe.

En bref, une bonne idée de base qui aurait pu me séduire si je ne m’étais pas autant ennuyée. Néanmoins merci aux éditions du Petit Caveau et au forum Au cœur de l’Imaginarium pour cette lecture.

Contenu similaire [Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Réseau(x) : Black Urubu – Vincent Villeminot

2016-05-21 17:22:49 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Pouvoirs obscurs, tome 1 : L’invocation – Kelly Armstrong

2016-05-21 17:17:09 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Réseau(x), tome 2 – Vincent Villeminot

2016-05-21 17:11:22 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Calling Cthulhu : Le magicien – Gaëlle Dupille

2016-05-21 17:05:24 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Native, tome 1 – Gala de Spax

2016-05-21 16:44:43 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Ce qui nous lie – Samantha Bailly

2016-05-21 15:31:14 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Le rédempteur, tome 1 : Une lueur dans les ténèbres – Sébastien Tissandier

2016-05-20 23:24:01 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] La petite mort, volume 2 : Le secret de la licorne-sirène – Davy Mourier

2016-05-20 23:18:00 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Megan Chase, tome 1 : Démons personnels – Stacia Kane

2016-05-20 23:10:01 avelantia

18

[Chronique] Kath, tome 1 : Renaissance – Kristoff Valla

[Chronique] Revanche – Cat Clarke

2016-05-20 23:01:11 avelantia

18


wallpaper-1019588
Top 5 : Mes lectures scolaires catastrophiques !
wallpaper-1019588
Défi lecture 2017
wallpaper-1019588
Time to Choose #10
wallpaper-1019588
« Le cercle des plumes assassines », la première aventure de Dorothy
wallpaper-1019588
Avis Série Stranger Things
wallpaper-1019588
VLOG | 24h de lecture ⏳📚
wallpaper-1019588
Justice league : la review du film (justice league the movie)
wallpaper-1019588
De rose et de noir - Thibaut Lambert